Catégories

18 déc 2014

Ces moments de silence, suivi de: comment je me suis pété la gueule dans les profondeurs de la STM

cisse-jambe-casse_c4co_-g5jqt

Presque un mois sans dire un mot. J’en ai eu envie quelquefois, puis j’oubliais, tout simplement. Je me suis posé la question, à savoir si ça signifiait que je n’avais plus rien à raconter, si je n’avais plus envie de m’expliquer ma propre vie…

La conclusion est plus subtile (difficile?) qu’une simple rationalisation de mon état. Je vis souvent le même genre de petite descente quand le projet sur lequel j’ai travaillé meurt à petit feu tranquillement. Ce n’est pas la peine de ne plus le vivre; durant ces moments, je me rends compte que j’ai fait le tour, et qu’il faudra éventuellement quelque chose, car l’humain est en constante quête de renouveau. Et ce renouveau, je ne l’ai pas encore retrouvé, et je ne suis pas convaincu que je le retrouverai dans le roman, mais ça, qui sait…

Je pourrais parler de ménage dans ma vie, mais ceux qui importent sont au courant.

Je pourrais parler de mon ex, mais j’en ai fait le tour, même si j’ai vécu tout un lot d’émotions en le croisant dernièrement.

Je pourrais parler de ma vie de couple, parce que je suis en couple avec un homme.

Je pourrais parler des ventes de mon roman, mais elles vont si bien qu’il ne reste que des miettes de livres ici et là.

Je pourrais parler de mon psy, de mes efforts pour atteindre un équilibre alimentaire, de ma manière de contrôler mes mauvaises pulsions en ce qui a trait à l’alcool.

Je pourrais me féliciter d’avoir terminé mon traitement pour cesser la cigarette lundi dernier.

Mais je pense que la vie m’a fait attendre, parce qu’elle ne voulait pas que j’écrive encore. Elle préférait me donner un nouveau défi; soit celui de me casser la gueule dans les profondeurs de la STM.

Eh oui, la STM s’est bien vengée de mes innombrables piques concernant son service et le salaire trop élevé de ses dirigeants. C’est comme si l’entreprise de transport en commun avait planifié une incantation vaudou contre moi. En fait, c’est ce que j’aimerais pouvoir dire, pour me cacher derrière ma connerie humaine, mais j’en suis venu à la conclusion qu’il fallait que j’affronte ma stupidité comme un grand. Car c’est l’un des défis que la vie m’a donné dernièrement. Voici donc le récit qui a chamboulé ma vie en trois secondes…

C’était samedi dernier, en fin d’après-midi, je devais prendre le métro, puis prendre un autobus, puis prendre un train. C’est le chemin à suivre pour se rendre chez mon copain, qui habite, comme j’aime le dire, en campagne. Je n’étais pas en retard. Peut-être un peu juste, mais si la lumière au coin de la rue était restée rouge quelques secondes de plus, probablement que je n’écrirais pas ces lignes aujourd’hui.

J’ai donc dévalé les escaliers roulants de la station de métro, comme je l’ai fait des milliers de fois. Un couple niaisait et prenait son temps devant moi, et j’ai senti l’impatience grandir dans mon ventre. C’est que j’entendais déjà le wagon qui s’en venait à quai. Quand je l’ai aperçu, il était déjà là depuis un bon moment (5 secondes). Je n’avais pas encore entendu la petite musique qui t’annonce, en te narguant presque, que c’est trop tard. J’ai donc dévalé les quelques marches en écoutant cette chanson maudite et en voyant les portes commencer à se refermer. Il me restait trois secondes. J’aurais pu simplement insérer mon sac de gym entre les portes et causer une réouverture, mais tout à coup, le défi était de réussir à rentrer dans le wagon, à y faire passer mon corps en entier. Et je me revois, aux pas de course, propulsant d’abord mon sac devant moi, réussissant à poser un pied à l’intérieur du wagon.

Ce que je n’avais pas prévu, c’était la mince couche d’eau sur le quai. La température douce qui rend la neige en slush, tout ça traîné par les bottes des gens… Mon soulier n’avait rien vu venir non plus, et c’est à ce moment que le glissement s’est produit. D’abord, dès la première fraction de seconde, je me suis étendu de tout mon long dans le wagon; j’ai presque pensé crier « victoire! ». J’aurais eu l’air complètement fou étendu au sol, mais bahhhh, j’avais vécu pire humiliation. Mais lorsque j’ai entendu un «CRACK!» par-dessus la musique de mes écouteurs, j’ai compris avant même de hurler ce qui venait d’arriver. Mon pied gauche, entre le quai et le wagon, dans ce petit espace vide où rien ne devrait s’insérer, à défaut de ne plus jamais le revoir. J’y ai vu mon pied; se tordre, se mutiler, devenir guenille dans un mouvement qui n’avait rien de naturel. Je suis tombé, le pied coincé, et mon propre poids a fracturé ma cheville… c’était inévitable. Et je le savais déjà, alors j’en ai profité pour hurler et sacrer, couché par terre, pendant que le wagon reprenait sa route vers la prochaine station, comme si de rien n’était.

Quand des passagers ont tenté de me toucher la jambe, j’ai tout de suite crié qu’il ne fallait surtout pas, qu’elle était sûrement cassée. Je me suis donc agrippé à deux gaillards, jeunes et beaux d’ailleurs (je l’ai remarqué; c’est bien la preuve que ce n’était pas mon jour de mort haha). Les deux mecs m’ont fait monter à l’étage vers le changeur. L’un a dit: « ça paraît que tu as mal! » C’est là que j’ai compris que je dégoûtais à pleine sueur, en choc traumatique, sur l’adrénaline. J’étais trempé de partout.

Le changeur était une exception à la règle: super sympathique. Il m’a servi de l’eau, m’a donné des essuie-tout pour m’essuyer la face un peu. Je ne voulais pas appeler d’ambulance, car j’étais tout près d’un hôpital. J’ai attendu les policiers du métro; encore deux beaux jeunes hommes gentils. Ils m’ont soutenu dans ma triste marche jusqu’à l’hôpital de l’autre côté de la rue. Et là-bas, une belle attente allait commencer.

Un seul médecin pour voir la pièce entière remplie de gens. Système de santé pathétique. Vraiment. Et la niaiserie encore pire; impossible de passer une radiographie avant que le médecin l’autorise. Ri-di-cu-le. Je savais pourtant que j’avais une fracture, c’était inévitable. Mais non, j’ai dû attendre 4 heures pour voir un médecin cinq secondes qui m’a dit que tout ce qu’il y avait à faire était d’aller faire… une radiographie (nonnn??? Vraiment??!) En observant les méthodes et les règles complètement ridicules de l’hôpital dans lequel je me trouvais, j’ai compris pourquoi le système de santé était ridiculement engorgé. J’en ai d’ailleurs vu de toutes les couleurs durant mon attente.

Je suis sorti vers 22h00 le soir, avec un plâtre temporaire et un verdict que je connaissais déjà au fond de moi: fracture de la cheville gauche. Le médecin n’étant pas capable de lire une radiographie comme il faut, il m’a donné rendez-vous le lundi suivant, afin qu’un radiologiste donne son avis sur la blessure (le technicien m’ayant fait passer la radio ne devant pas être assez qualifié, je suppose).

Je suis sorti de l’hôpital avec une constatation; bon dieu, il ne faudrait pas être sur le bord de la mort et atterrir dans cet endroit! Heureusement, ce n’était pas mon cas, et j’étais bien accompagné de mon meilleur ami Thomas. On a ensuite passé la soirée ensemble. Ça faisait un bail qu’on ne s’était pas vu. J’aurais préféré d’autres conditions, mais la vie ne nous laisse pas toujours le choix. Elle ne lui a pas laissé beaucoup de choix non plus; il a dû me déshabiller pour la pose du plâtre et il a joué au taxi. En poussant mon fauteuil roulant dans le couloir de l’hôpital, on s’est passé la réflexion qu’on ne vivait jamais de moment comme les autres. Nous, on ne vit pas des enterrements de vie de gars ou des mariages; on est surtout là quand l’un ou l’autre est dans la deep shit. C’est ça, la vraie amitié.

Plus tard dans la soirée, Juan est venu faire son tour, complètement saoul, et ça a permis de détendre l’atmosphère. C’était une belle visite. Mon mec est venu me voir le lendemain, puis lundi mes parents sont venus me chercher pour aller passer du temps à la maison familiale. J’ai eu droit à un arrêt de travail jusqu’en janvier, mais comme mon assurance au travail est merdique (pas d’assurance courte durée), j’ai dealé pour pouvoir continuer à travailler de la maison. Je me tape présentement des 12 heures par jour. Mais de toute façon, je n’ai que ça à faire.

Je ne serai donc pas très très sorteux durant le temps des Fêtes. L’an passé, c’était la grippe du siècle. Cette année, c’est l’handicap. J’essaie de prendre tout ça avec un grain de sel. La rengaine «chanceux dans sa malchance » s’applique souvent dans ma vie.

Toute cette aventure me fait réaliser qu’on ne sait jamais quand la vie peut basculer. Sans prendre un ton dramatique, mais… c’est si vrai qu’on ne sait pas quand notre dernier souffle sera venu. Et je suppose que c’est correct comme ça. Je ne peux pas dramatiser la chose, parce que je chignais qu’il ne se passait pas grand-chose dans ma vie dernièrement. Eh bien, voilà le nouveau défi. En fait, il y en a deux; et le plus difficile ne sera pas dans les mouvements, mais bien au niveau de la prise de poids. En arrêt de travail, mais aussi en arrêt de gym (ou du moins de cardio), j’espère que ça ne fessera pas trop fort sur la silhouette. Pour le reste, ce sera un bel indice d’observer qui viendra me voir et qui ne sera pas là. Une autre méthode pour connaître ses vrais amis en soi.

Ce qui est le plus chiant quand on perd l’usage temporaire d’une jambe? SE LAVER! Bordel que c’est un casse-tête! Une chose est certaine en tout cas, je vais économiser de l’argent. Vous imaginez? Je ne peux pas faire d’épicerie, et je ne peux même pas décider d’aller m’acheter une bouteille de vin au coin de la rue.

Sinon, je suis un danger public en fauteuil roulant. Et je suis un danger pour moi-même avec des béquilles (le p’tit Jezus ne serait pas content de m’entendre sacrer de même lol).

Alors voilà! Je vous souhaite un beau temps des Fêtes; plus actif que le mien (ce ne sera pas difficile!). Pour ceux qui cherchent encore mon roman, il reste 19 copies au Québec et 5 copies en France. J’ai aussi deux copies que je peux dédicacer pour ceux qui passent par Paypal (voir les infos dans le coin droit!) Dépêchez-vous ;)

Lire plus
22 nov 2014

Damien Rice – Montréal (review)

rice

C’était hier soir que la mini-tournée de Damien Rice se terminait au Métropolis de Montréal. On connaissait la générosité de l’artiste en concert, mais le public ne s’attendait certainement pas à avoir droit à un si long spectacle. Après un peu plus de trois heures sur scène, pas de doute possible, pari gagné. Damien Rice réussit son retour et dépasse les attentes. On remercie d’ailleurs le vin et le saké, car oui, ils ont leur part de responsabilité durant cette soirée!

Ce n’était pas gagné d’avance. Lorsque le chanteur s’est pointé sur la trop grande scène du Métropolis, il semblait fatigué et un peu irrité. Il n’a pas adressé la parole au public, public qui était plutôt bruyant lors des premières chansons. Je ne comprendrai jamais ceux qui hurlent durant les passages calmes d’une chanson en concert; c’est comme interrompre un coït de façon radicale en parlant de sa belle-mère. Il faut croire que l’excitation de ne pas avoir vu l’artiste depuis 8 ans devait jouer chez certaines personnes.

Seul avec sa guitare, Rice a donc enchaîné les titres comme un automate. Il aura fallu attendre 7 pièces avant que quelques mots ne sortent de sa bouche. Mais une fois qu’il commence, Rice a du mal à s’arrêter. Et puisque le public en redemandait, c’est là qu’on a compris peu à peu que l’on s’enlignait vers un concert d’anthologie.

Il n’y a pas à dire; les nouvelles chansons de l’album My favorite faded fantasy s’harmonisent parfaitement aux vieilles pièces; elles apportent même un nouveau vent de fraîcheur et j’ai trouvé ces dernières compositions beaucoup plus intéressantes que les pièces de « 9 ». Puisque Rice avait fait la demande de fermer les bars de la salle pour toute la durée du concert, plusieurs personnes ont opté pour l’achat d’une bouteille de vin. Avoir su, j’en aurais acheté deux!

Oui, je le reconnais, j’étais le « fatigant » qui demandait sans cesse The Box en gueulant sans gêne. Et Rice, de répondre: « You’re so demanding!», mais à ma défense, je sais qu’il adore les propositions venant du public. J’ai donc obtenu ce que je voulais. Et je dois dire que j’en ai obtenu plus, car j’avais préparé le terrain sur Twitter. C’est fou comment Twitter a changé la relation à l’artiste. En résumé, il y a une semaine ou deux, j’apostrophais Rice pour lui suggérer d’interpréter la longue pièce de son nouveau disque It takes a lot to know a man. Je justifiais mon choix en lui disant que pour sa dernière date de tournée, ce serait parfait de terminer avec une chanson qu’il n’a encore jamais jouée. Fruit du hasard ou petit bout de phrase qui fait son cheminement dans la tête d’un artiste, j’ai été agréablement surpris de le voir jouer cette chanson, et pas seulement quelques petits accords, mais plutôt presque au complet. Il faut dire que ce qui s’était passé avant, avec Cheers Darlin’ (il invite une jeune femme sur la scène et ils s’enfilent une bouteille de vin complète en plus de quelques verres de saké) a dû le détendre, car on a ensuite eu droit à un artiste qui ne veut plus quitter la scène.

J’ai donc poussé ma chance un peu plus, réclamant I remember (avec plusieurs autres personnes dans la foule). Rice a construit un beau climax, répétant « I remember » des dizaines de fois durant ses histoires pour nous narguer, avant de jouer autre chose. Mais après 22 chansons, il ne manquait que celle-ci. Et c’est sur cette pièce, rappelant le fantôme de la voix de Liza (qui ne l’accompagne plus du tout et ne travaille plus avec lui non plus) que Rice a quitté le Métropolis. Un peu plus et on devait le sortait de la scène de force!

Un beau concert de fin de tournée, et surtout une promesse de revenir au Théâtre St-Denis en avril (je prédis le 9 ou le 12 avril).

Pour quelqu’un qui avait affirmé haut et fort que j’allais me faire chier en raison d’un concert acoustique sans groupe pour l’accompagner (sans piano non plus!), je dois me rétracter et avouer que j’ai passé une soirée digne des meilleurs concerts de 2014, et pour une fois, je peux même dire que j’ai obtenu tout ce que je voulais entendre. C’est un petit baume qui a permis d’effacer l’annulation du concert d’Interpol la veille. Là aussi, j’avais travaillé fort sur Twitter pour obtenir deux chansons! Demandez et vous recevrez, non?

 

Lire plus
04 nov 2014

Ce qu’il en reste [mise à jour]

PEJ_fblanc


 
MISE À JOUR DES DERNIERS STOCKS!
 

On approche terriblement vite de la fin des ventes de Peut-être jamais. Pour un roman qui devait durer maximum 3 mois sur les tablettes, je peux dire mission accomplie! Après 9 mois en vente, aucune librairie n’a effectué de retour précoce. Dans le milieu de l’édition québécoise, c’est somme toute un bel exploit, et c’est surtout signe que mon plan marketing n’était pas illusoire, et, peut-être aussi, que le roman était pas mal haha ;)

Ceux qui n’ont pas eu encore la chance de se procurer le livre peuvent encore le faire à certaines adresses précises que je vous donne ci-dessous. Je le redis; ce sont les derniers stocks, il n’y a pas de retour de librairies. Voici donc la liste et le nombre de livre en stock en date du 18 novembre:

 

 

Vous pouvez bien évidemment cliquer sur les liens de ces librairies pour commander le roman par Internet afin de le recevoir par la poste. Pour ce qui est des 4 exemplaires en ma possession, il suffit de m’écrire ou de faire votre achat directement à la droite de cet écran ou sur www.maximecollins.comPremier arrivé, premier servi.

Lire plus
01 nov 2014

Long Long way

Damien-Rice-cover-image

Avertissement: je me sers d’une pseudo critique de disque pour tout ramener vers moi et ma vie. Time to get personnal.

C’est toujours comme ça les débuts de novembre. On se promène dans le froid qui commence. Les morts retournent à leur mortalité. Les gens sont hung over de leur party d’Halloween auxquels je ne participe jamais. Je hais me déguiser. Ça doit faire partie d’un processus inconscient: j’ai tant cherché à savoir qui j’étais qu’il n’est plus question de le masquer. Bref. Novembre amène inévitablement le côté « réchauffons-nous à la maison avec un petit gin et écoutons de la musique émotive pour prendre conscience de nos pertes et de nos gains ».

Trame sonore parfaite: le nouvel album de Damien Rice, My favorite faded fantasy; qui sort seulement lundi ou mardi, mais je m’en contre-fou; au prix où il vend ses billets de concert, j’écoute l’album avant le temps sans le moindre remords! Je suis particulièrement heureux de l’entendre. Un de mes amis me disait que Damien lui avait manqué. C’est un peu le même feeling que j’avais. Sur cet album, il y a deux perles entourées d’excellentes chansons, soit: It takes a lot to know a man (une pièce de près de 10 minutes, mélancolique comme ça faisait longtemps que j’en avais entendu dans ce genre), mais surtout The Box, la petite pépite de l’album; simplement parfaite. La présence des violons qui se marient avec le piano est d’une subtilité étonnante, et on s’étonne à se laisser porter dans un mélancolique-espoir qui coïncide trop bien avec cette période de l’année. Bref, si vous aimez les songwriters acoustiques et symphoniques, garochez-vous sur ce nouvel album.

Et puis, le froid, novembre, la noirceur, l’isolement, la musique mélanco… tout ça ne peut que me faire penser à ma vie présente. Mon meilleur ami me disait dernièrement que plusieurs belles choses m’arrivaient, mais que j’avais tout de même l’air blasé. Je n’ai pas su le contredire, parce qu’il devait y avoir une partie de vérité dans ses paroles. Ce n’est pas que je suis blasé, en fait, c’est que j’apprends à vivre avec la résignation, cette dernière étape du deuil.

Ça m’aura pris 5 ans et deux mois. Comme d’habitude. Parce que c’est toujours la même chose. Je m’enferme dans une boîte, je continue de vivre avec les fantômes, je me saoule à la mélancolie, aux histoires heureuses du passé et j’oublie de vivre ce qui se produit maintenant, ce qui se déroule sous mes yeux. Puis, un jour comme un autre, un matin d’automne, je me réveille et c’est différent. Je ne pleure plus depuis 2012. Je ne le pleure plus. Il s’efface dans le brouillard; même ses yeux sérieux qui me regardaient jouir ne sont plus aussi clairs. Et peu à peu, je finis par hausser les épaules. La résignation. Savoir que se battre est vain. Qu’il n’y a plus rien à aller chercher. Non, ce n’est pas une libération. C’est surtout le naturel de la vie. La logique pure. Le fait de ne plus voir quelqu’un l’éloigne automatiquement. Et à petits pas, on finit par se convaincre: si l’autre ne veut plus de nous dans sa vie, il ne mérite plus qu’on s’attarde une seule seconde à son être.

Alors, ce serait faux de dire qu’il n’y a pas de mélancolie à écrire ces lignes. Ce serait faux aussi de parler de libération. En fait, la réalité, c’est qu’il n’y a rien. Et peu importe s’il y avait mélancolie ou libération, il n’y aurait rien tout de même. Plus rien à changer. Plus rien qui peut faire la moindre différence. Nous sommes une histoire. Une histoire du passé. Comme celle qui la précédait, comme la première qui m’avait tant ravagé. Et en repensant à la première, on sourit. Tout simplement. C’est tout ce qui reste à faire. Même pas besoin de se dire qu’on était fou, aveuglé par l’amour ou la présence de l’autre. Ça n’a plus d’importance.

Il en restera des photos, des courriels, des lettres, des souvenirs. Et pour moi, il en restera un roman. Est-ce une bonne chose ou non? Ce n’est pas la question. Ce fut le cas avec les relations précédentes aussi. Mais j’ose espérer avoir appris, et ne plus me lancer dans quelque chose du genre à l’avenir. Peu importe. S’il y a une chose dont j’ai conscience, c’est que j’en ai assez parlé. Mon ex peut maintenant aller rejoindre le destin de son personnage.

Je vais bien. J’ai vendu toutes mes copies, mais mieux encore, il n’y aura presque pas de retours de librairies, car elles ont tout vendu elles aussi.

2014-10-27 18.42.24

Je me revois encore, à pareille date, il y a deux ans, à pleurer comme une madeleine alors que je terminais l’écriture de ce livre. Ça reste un accomplissement, mais ce ne sera jamais l’accomplissement de ma vie. Parce qu’il renferme beaucoup trop de souffrances pour être réellement positif. Alors je m’accroche à ce dont je me suis toujours accroché; les retours de lecture, les remerciements sur l’aide que mes écrits ont pu amener, même les relations toxiques qui se sont terminées après la lecture de ce roman. J’avais oublié la générosité des lecteurs. Car chaque histoire écrite renferme des centaines d’histoires similaires.

J’ai rencontré mon traducteur littéraire en personne, jeudi. Il arrivait directement de Victoria, en Colombie-Britannique. Il n’a fallu qu’un demi-verre de vin rouge afin que le courant passe. On a fini par vider la bouteille. J’ai écouté son parcours avec fascination, j’ai apprécié son honnêteté. J’oublie souvent que les gens qui m’ont lu ont un peu l’impression de me connaître. Et je suis surtout heureux de ne pas décevoir ou trop être à côté de l’image qu’ils ont de moi, à travers le prisme de Gabriel.

Nous allons continuer notre projet de traduction. Nous sommes tous les deux convaincus qu’il y a un marché anglophone pour mon roman. C’est toujours agréable de savoir que quelqu’un d’aussi expérimenté en traduction peut visualiser la voix du personnage et déclarer en toute honnêteté que le livre se lit d’une traite, un peu à la manière d’un roman policier. Quand mon traducteur m’a annoncé que sa femme s’appelait Sarah, et qu’il avait un entourage rempli de références par rapport aux noms des personnages de mon roman; ça m’a fait sourire. Mais surtout, ça me montre qu’encore une fois, on lit pour se créer sa propre histoire; avec son passé et ses références. Je dois avouer que j’étais tout de même très heureux d’avoir tant de commentaires positifs de la part d’un homme, un homme hétéro. C’est encore une preuve que le roman n’a pas de frontière.

Je commence aussi tranquillement à me mettre dans la peau de mon prochain personnage: un jeune homme complètement obsédé par son poids; qui pratique le surentraînement, qui flirte avec l’anorexie et qui met sa vie en danger avec des produits pas trop clean. Pour écrire un livre, je dois me mettre dans la peau de mon personnage principal. Alors, je n’échappe pas à la règle. J’ai recommencé l’entraînement 4 à 5 fois par semaine, un vrai entraînement souffrant et difficile. J’ai faim tout le temps. Et c’est justement cette alerte du cerveau dont j’ai besoin. Vivre avec l’impression de ne pas avoir assez mangé, vivre tous les désagréments psychologiques d’une certaine forme de «restriction» alimentaire. Mon psy capote un peu; car ce genre d’expérimentation peut virer très mal, mais je suis suivi et peu importe ce que me diront les autres; si je veux écrire une histoire qui a du sens, je dois me plonger dedans avec la même obsession de mon personnage. Et puis, on ne se le cachera pas; j’ai du poids à perdre de toute façon! Ça va me faire bizarre de me retrouver comme à 15-16 ans, dans le même pattern, mais qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour donner un peu de vraisemblance à un personnage. Je m’y engage à 100%, parce que je n’ai pas le choix de le vivre moi-même si je veux le transposer de façon réaliste.

Dans les autres nouvelles, ça fera bientôt deux mois que je ne fume plus la cigarette. Ça a fait drastiquement baisser ma consommation d’alcool également. Ça tombe bien, parce que je n’arrive pas à me sortir de mes dettes de l’épisode de Google de cet été. Chaque fois que je rembourse une carte de crédit, j’en fais grimper une autre. Ce petit jeu peut continuer très longtemps. Mais avec des paiements de 1300$ aux deux semaines, ce n’est pas évident de tenir la route. Je ne sais pas si ça ajoute au fait que je donne une impression de moi à l’air blasé, mais je n’ai pas le choix de vivre dans le strict minimum, de moins sortir et d’éviter les restaurants (mon personnage de roman refuserait tout restaurant de toute manière; car il n’aurait pas le contrôle de ce qu’il ingurgite). Je ne sais pas si la vie m’offre un beau test, ou si c’est moi qui le crée pour me punir d’être une mauvaise personne. Je ne saurais dire pourquoi j’ai toujours cette impression d’être une mauvaise personne. C’est un sentiment ancré en moi depuis tant d’années; j’ai toujours eu l’impression d’être en tort, d’être mauvais, méchant, égoïste, cruel… Tout ça vient inévitablement des anciennes relations, de ce qu’on m’a lancé pour me blesser, de ce que le quotidien m’amène pour m’abaisser un peu plus chaque jour.

Ça n’a que très peu d’importance. Du moins, pour l’instant. Je continue mon petit chemin. J’expérimente. Je grandis. J’apprends à vivre avec l’adulte en moi. J’ai longtemps été confiné dans une boîte maudite, on m’a souvent attribué une personnalité, un genre, un jugement ou une impression. Je suis en constant apprentissage pour tenter de me foutre de l’opinion des autres. Mais avouez que ce n’est pas toujours facile. Ça se travaille, évidemment. Au contraire d’un acteur qui se fait juger sur son apparence, moi, on me juge sur mes écrits et ce que je dis/pense. Peu de gens le savent, outre les écrivains bien sûr, mais c’est la forme de jugement la plus difficile à gérer. Un acteur peut se cacher derrière son personnage, peut justifier ses paroles en se cachant derrière un scénariste. Mais l’écrivain, lui, est sur la ligne de mire. Il va au front, il se fait atteindre par les projectiles; ces paroles malhonnêtes qui sont souvent lancées par rapport à des extraits de livres, des bouts de texte hors contexte, etc. Se battre contre ça est inutile. Il vaut mieux livrer un livre et fermer les yeux, choisir ce que l’on veut entendre.

Ça fait cinq longues années que je repousse mon évolution; le fait de devenir vraiment adulte. Mais ça se termine maintenant. Je garderai mon cœur jeune, mais mes actions ne seront plus juvéniles. J’ai cessé de pleurer le passé. [Je te le laisse, Erik!] Je suis bien où je suis, à présent. Entouré de ceux qui comptent, loin des gens négatifs, même dans mon lit. J’ai fait la paix avec ceux qui me cherchaient des ennuis. En fait, ça ne vaut pas la peine. J’ai aussi fait la paix avec ceux que je croyais mes amis, mais qui ne sont en fait que des connaissances. Ça va, la vie se chargera de décider de notre sort. Plus envie de me battre pour les amours, les amitiés, les histoires d’embrouilles familiales. Ça ne me concerne plus. Je reprends le contrôle de mon être; que ceux qui m’aiment vraiment me suivent, et que les autres prennent un autre chemin.

J’aurai 31 ans dans quelques jours. Et je n’ai jamais été aussi zen de toute ma vie. J’ai accepté ma réalité. J’ai choisi mes prochains défis. Il y aura des échecs, c’est inévitable, mais qui ne tombe jamais ne peut pas réellement triompher. Et puis, n’est-ce pas le propre même de la vie? On finit tous par se casser la gueule quelquefois. Ceux qui réussiront sont ceux qui le reconnaissent.

Lire plus
28 oct 2014

Good morning!

quebecreads-1couleur

Je peux enfin en parler; «Peut-être jamais» fait sa première incursion dans le marché anglophone, et vous pouvez déjà lire un long extrait du roman traduit en anglais sur le site de QuébecReads ainsi qu’une critique (également en anglais) de David Warriner.

 

Ça sonne tellement bien, je trouve! Voilà une nouvelle aventure qui commence!

We spend our lives running away from something. Or from each other. It’s inevitable. We’re living proof of that. Here. Now. I want to think about something else, but I just can’t shake this sense of unease. We’re already somewhere else, far from conflict. And we’re acting as if nothing is wrong. [read the full excerpt]

 

Lire plus
18 oct 2014

Mes coups de cœur et mes déceptions de l’automne télévisuel 2014

tele3

Déjà la mi-saison télévisuelle qui se profile. Avec la température extérieure, on a parfois de la difficulté à se souvenir qu’on a déjà passé la mi-octobre. Qu’est-ce qui m’a intéressé cet automne en télévision, et qu’est-ce qui m’a déçu? Voici mon analyse des émissions que j’écoute ou que j’ai écoutées. Un constat simple; j’écoute beaucoup trop de télé (mais rarement en direct).

LE CLASSIQUE

Je parle de classique, mais pour moi, malgré ses cinq saisons, la sixième saison de The Good Wife reste encore du bonbon et agrémente mes dimanches soirs. J’ai écouté la série en rafale, et je trouve que c’est de la cruauté que de devoir me contenter d’un épisode par semaine. Retrouver Alicia Florrick (Julianna Margulies), c’est comme retrouver une bonne amie, celle dont on ne se lasse jamais d’entendre les histoires rocambolesques. Les quelques premiers épisodes de la saison étaient un peu plus lents, mais le tout a repris son envol avec l’épisode de dimanche dernier. S’il y a une série intelligente américaine à regarder, c’est bel et bien celle-ci.


 

LES ÉMISSIONS RÉCONFORTS

Plusieurs émissions réconforts sont de retour cette année. Quand je parle de ce type d’émission, j’inclus souvent les sitcoms et les comédies légères. Je pense à The Big Bang Theory, Modern family, American Dad, The Simpsons… Par contre, je dois avouer avoir perdu un intérêt complet envers la sitcom New Girl (depuis la 3e saison en fait. On pourrait résumer le tout par une série où le but est de crier plus fort que l’autre. Blahhh) Même chose avec une autre émission criarde: Hell’s kitcheen. Concept surutilisé qui commence à tourner sérieusement en rond. Ça se remarque en voyant que Ramsays tente de se diversifier avec d’autres types d’émissions.

Une autre émission réconfort que je regarde religieusement (mon côté gai sûrement), c’est Project runway. Chaque année, je me dis que ce ne sera pas aussi bon que l’année précédente, mais je finis par rester scotché à l’écran et j’écoute la saison au complet. En plus, cette année, on a eu droit à beaucoup de drama avec cette chère Korina, du vrai bonbon pour la télé!

Saturday Night Live m’amuse toujours autant même si le casting devient de plus en plus nouveau. On s’ennuie vite des vieux de la vieille (mais ça, c’est surtout signe que je vieillis). Ça faisait du bien de revoir Stefon la semaine dernière, mais sans Seth Meyers, on dirait que ce n’était pas tout à fait pareil.

D’ailleurs, au Québec, j’ai aussi deux émissions réconforts, soit Les Parent (on ne se tanne pas, de voir le beau Joey je veux dire haha) et bien sûr C’est juste de la TV, avec sa nouvelle mouture (oui, j’ai même appris à aimer Jean-Michel Dufaux, même si je trouve qu’il coupe encore un peu trop la parole aux autres; d’ailleurs, Dave Ouellet est devenu moins patient cette saison-ci.) Et ce que j’aime de C’est juste de la TV, c’est que l’équipe n’échappe pas à ses propres règles, et elle n’a pas peur de se mettre elle-même au réparateur, comme lors de ce fameux Quiz long et chiant d’il y a quelques semaines. Il en valait pourtant la peine simplement pour avoir ce moment de télé avec Marie-Soleil Michon qui laisse tomber tellement elle ne comprend plus le pointage (sa désinvolture était simplement parfaite). Je n’ai pas trouvé l’extrait en HD, mais voici un extrait de ce gros n’importe quoi!

On serait plusieurs à avoir fait part de nos commentaires négatifs sur le Twitter de l’émission. Gageons que ce Quiz ne reviendra pas (j’espère bien en tout cas!)

 

NOUVEAUTÉS

Au niveau des nouveautés américaines, c’est définitivement How to get away with murder qui m’a conquis cet automne. C’est joué gros, c’est parfois caricatural, il y a même certaines incohérences, mais c’est ce qu’on appelle du bon divertissement. Et ça passe vite vite vite. Je sais, on n’y croit pas pour deux secondes qu’un prof peut amener ses élèves sur une scène de crime ou qu’un délateur peut être libéré le jour de même alors que le procès n’est même pas terminé, mais ça n’enlève rien au plaisir. Et que dire des scènes plus chaudes entre Connor et des garçons! Non, je ne regarde pas juste pour ça, mais je ne peux m’empêcher de trouver le traitement de l’homosexualité bien fait, même si c’est un peu twisted. Ça me rappelle ce que j’ai pu écrire parfois! Gâtons-nous et regardons-en une!

 

Au niveau du Québec, ma série coup de cœur est définitivement Au secours de Béatrice. Et pourtant, je hais les séries qui ont pour décor un hôpital. Mais ici, le terme est exactement parfait: l’hôpital joue un décor, à peine un peu plus par moment. Le ton et le jeu des acteurs: parfaits et égaux. Que dire de Sophie Lorain; on se plaît à la revoir enfin au petit écran. Et j’ai de la difficulté à m’expliquer pourquoi, mais dans cette série, Gabriel Sabourin rayonne de sex appeal! C’est un acteur que j’ai toujours respecté, et je dois dire qu’ici, il est chaud. Et je m’étonne moi-même de le penser!

Bon, il paraît que certains ont grincé des dents en voyant la manière dont le psy pouvait se comporter durant la saison. Je comprends l’image faussée que cela pourrait donner, mais il faut se rappeler qu’on peut s’en permettre un peu plus en télé, donc je passe par-dessus ça pour le moment.

C’est un peu drôle que cette année, deux séries avec deux personnages féminins forts de ma jeunesse prennent le contrôle de notre téléviseur québécois. En effet, je parle de Sophie Lorain, mais je lance également un clin d’œil à Macha Grenon, qui revient aussi à l’écran après un long moment. En 1995, il s’agissait de mes deux actrices préférées dans la télésérie Scoop!

lorainmacha

Mais je dois faire un aveu, je n’ai pas accroché à la série de Macha Grenon, Nouvelle adresse. J’ai écouté deux, trois épisodes, et je ne sais pas, le déclic ne se fait pas. Peut-être que le sujet est trop loin de moi, car je ne connais encore personne dans mon entourage atteint d’un cancer. Ou du moins, personne très près de moi. Si on me demandait de choisir entre Sophie et Macha, c’est clairement Au secours de Béatrice qui gagnerait le pari. Et il en fallait beaucoup pour me faire revenir vers TVA!

 

LES DÉCEPTIONS

Ça arrive, même dans les meilleures séries télé; parfois, on étire la sauce et une série devient un gros n’importe quoi. Parfois, la série continue tellement longtemps qu’elle semble détonner avec la réalité dans laquelle elle a lieu. C’est dommage de cesser d’écouter ou d’écouter avec difficulté une série que l’on a jadis tant aimée.

C’est un peu ce qui se produit avec Toute la vérité cette saison. D’ailleurs, on a annoncé qu’il s’agissait de la dernière saison. Je pense qu’il était temps que ça se termine. Tous les acteurs ou presque sont déjà ailleurs, occupés par d’autres projets plus nouveaux. Le traitement fait au personnage de Patrice Robitaille (suicide ou non) n’était pas des plus subtils. Mon avis reste que l’acteur était trop en demande ailleurs et qu’il n’avait plus d’heures de tournage à offrir. Je me trompe peut-être, mais c’est un peu l’impression que j’ai de cette nouvelle saison. Ça joue sur le pilote automatique, sachant que de toute façon ça ne revient pas. Tout ça me semble soudainement manquer de profondeur.

Les Enfants de la télé ne me parle plus autant qu’avant non plus. Oui, les animateurs sont différents, le concept est le même, etc. Mais je ne sais pas si c’est ce qui cause mon désintérêt. Je suis plutôt là à hausser les épaules; si j’y pense, je l’écoute, sinon, ce n’est pas plus grave que ça.

Et non, je ne vous parlerai d’aucune émission de chansons ou de danse, car je hais ce type d’émission. Je n’en reviens pas encore que Gregory Charles a su réussir à obtenir une 2e saison du Choc des générations en ces temps de coupures à Radio-Canada! Même chose pour Un Air de famille, ou l’autre émission de TVA avec le gars des Grandes Gueules. Mais bon, je pourrais aller plus loin en disant que je hais Glee autant que toutes les comédies musicales, je vais donc me taire avant de me faire des ennemis farouches haha!

Je ne parlerai pas de Tout le monde en parle, simplement parce que c’est la même rengaine année après année. Ça manque de croustillant et de punch, mais voyez ce que ça donne quand Dany Turcotte essaie de faire une blague un peu plus salée; les matantes s’enflamment sur les réseaux sociaux et ça part en vrille. Je comprends un peu mieux pourquoi l’émission est si sage, mais je continue à croire que c’est pourtant le rôle de cette émission du dimanche que de ne pas être complaisante. Quand on dit qu’il se passe plus de débats au 125, rue Marie-Anne, dans l’émission de Christiane Charette (que j’adore), ça veut tout dire!
 

UN POUCE EN BAS POUR CBS

Je n’arrive pas à croire que CBS ait annulé la sitcom Friends with better lives. C’est une grave erreur à mon avis, car ça aurait très bien pu devenir une excellente sitcom une fois bien rôdé. Les premiers épisodes devaient évidemment mettre les personnages en place, mais la série devenait de mieux en mieux à chaque épisode. Et quelle joie de retrouver le ptit Dawson! Peut-être que le réseau trouvait que ça tournait trop autour de blagues sexuelles? Je ne sais pas, mais il faudrait bien qu’un autre réseau reprenne la série; je continue à croire qu’elle en vaut la peine.

Ceux qui ont aimé Friends devraient s’y plaire.

 

Bref, voilà encore une saison télé fort occupée, avec ses hauts et ses bas, comme à l’habitude. Maintenant, je sais ce que vous vous dites: lâche la tv pis va jouer dehors! 
 
Ok, Ok!

Lire plus
30 sept 2014

Critique : Tomorrow’s Modern Boxes – Thom Yorke

Tomorrows-Modern-Boxes

Ce n’est plus une surprise pour beaucoup de gens; presque tout le monde est au courant que Thom Yorke a sorti un nouvel album solo vendredi dernier.

Je me suis laissé quelques jours pour mieux faire mijoter le tout avant de balancer une critique sur laquelle je voudrais revenir plus tard. Maintenant, après plusieurs écoutes, me voilà convaincu: Thom Yorke a livré un effort qui présente somme toute quelques intérêts, mais qui ne révolutionnera pas son statut de bidouilleur.

Je vais tout de suite l’avouer, je préfère Yorke avec Radiohead que le Yorke électro. Attention, je ne dis pas que tout est mauvais quand il est seul. The Eraser était un excellent album. Et même sur la toile, j’ai lu plusieurs opinions qui disaient préférer ce nouvel album à ce qu’il a livré avec Atoms for Peace. Sur ce côté, je ne suis pas d’accord, et voici ce que j’en pense.

Tomorrow’s Modern Boxes n’est pas un mauvais album, il contient quelques titres intéressants, mais sur 8 chansons, je n’en apprécie que la moitié. C’est un score qui me fait penser à l’album The king of Limbs. En effet, le dernier disque de Radiohead (encore 8 morceaux! On s’ennuie des longues tracklists de 14 chansons de la période Hail to the thief!) n’était réussi qu’à demi.

Le problème avec Yorke, c’est que son travail en solo reste un travail solitaire assez hermétique. Il y a bien Nigel, mais je serais curieux d’entendre un album de collaborations entre Yorke et d’autres musiciens. Ce qui reflète un peu mon état d’esprit à l’écoute de ce dernier disque: je trouve qu’il manque d’envolées et de punch. C’est trop calme, un peu plat, et l’émotion vient rarement.

Je ne déteste pas ça, j’aime aussi la musique calme et relax, mais ce genre de downtempo (parfait pour l’automne, j’en conviens) finit par me lasser rapidement. Sur une courte galette de 8 pièces, l’effet se fait ressentir encore plus vite.

A Brain in a bottle annonce tout de suite le portrait de ce qui suivra. La voix de Thom Yorke joue à cache-cache, parfois derrière une beatbox, parfois à l’avant-plan. C’est agréable, il n’y a pas de doute, mais on doit reconnaître que la force vocale du chanteur n’est plus ce qu’elle était. Ou alors Yorke n’avait pas envie de grandes envolées. C’est peut-être un choix esthétique. L’impression qui s’en dégage, c’est que tout cela est bien gentil, mais en comparaison à The Eraser, où les morceaux me semblaient mieux construits, ici, tout me semble tourner en boucle. Boucles de voix, boucles de synthé, boucles de piano, boucles de beatbox et quelques effets électro discrets.

Ça fonctionne bien sur la chanson Guess Again! Mais on dirait presqu’un remix de Pyramid song. Heureusement, il y a bien une petite perle et je dirais même que l’oeuvre de ce disque ne réside qu’en une seule pièce: The Mother Lode. Même si on joue encore dans la répétition et les boucles, la voix de Yorke prend enfin son rôle au sérieux et occupe toute la place en tant qu’instrument. Les deux dernières minutes représentent ce qu’il y a de plus émotif, à mon avis, sur ce nouvel album solo.

J’aime bien la mélancolie de Trust Ray également. Mais je dois avouer que les dernières chansons me laissent de glace (jeu de mots plate à propos du titre de la pièce There Is No Ice (For My Drink)!) Je ne sais pas, après 5 morceaux dans un même genre, je trouve que l’album manque de substance et se répète. Pink section me donne une impression de remplissage. Peut-être que mon avis va évoluer avec le temps, mais pour moi, l’album d’Atoms for peace reste supérieur à cet album solo. Je sais que plusieurs me contrediront, mais c’est ma conclusion.

Maintenant, il ne reste qu’à espérer que Yorke se soit vidé l’âme en solo, mais surtout qu’il sera d’attaque pour le nouvel enregistrement de l’album de Radiohead. Les gars sont en studio depuis début septembre. On verra bien combien de temps ça va leur prendre avant de balancer un nouvel album sur la toile, méthode qui semble avoir gagné le cœur du groupe.

 

Lire plus
28 sept 2014

Coming out, saison 2

comingout
coming out
 

Mercredi dernier, c’était le lancement de la deuxième saison de Coming out, la série web réalisée par Mathieu Blanchard.

Je ne m’en cacherai pas, j’avais bien aimé la première saison de Coming out, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle j’avais demandé à Mathieu Blanchard de réaliser la bande-annonce de mon roman Peut-être jamais.

Le 25 septembre dernier, Mathieu Blanchard nous présentait la suite de sa série, à la façon Netflix, soit en balançant les 12 épisodes d’un seul coup. Vous pouvez donc voir toute la deuxième saison sur le site EnVedette.ca. C’est un choix volontaire de la part du réalisateur (et je lui avais fait part de mes appréhensions, mais je respecte sa décision). En fait, comme les épisodes durent entre 9 et 12 minutes, on pourrait dire qu’on se « gave » de la saison d’une seule traite, peut-être un peu trop rapidement pour prendre un certain recul.

En deux heures à peine, j’ai donc dévoré les 12 épisodes de cette nouvelle saison. Encore aujourd’hui, j’aurais préféré en avoir deux ou trois épisodes par semaine, simplement pour ne pas tout regarder comme un boulimique.

Dans ces nouveaux épisodes, la première chose qui nous frappe, c’est le changement de perception du personnage central (Mat). Lors de la première saison, on sentait le personnage principal beaucoup plus antipathique. On commençait donc à l’apprécier vers la fin de la saison, parce qu’il devenait de plus en plus fragile, ou plutôt parce qu’on s’était attaché à son côté un peu snob, voire diva.

La deuxième saison nous ramène un Mat plus calme, moins dans la confrontation et plus dans l’acceptation de ce que lui apporte la vie. Avec son retour, on retrouve ses démons, mais surtout cette relation ambiguë avec Ian, cet homme qu’il a (et aura toujours, nostalgiquement parlant) dans la peau. Et c’est là que Mathieu Blanchard excelle le plus; en nous présentant la vie à l’écran, car c’est souvent ce qui se produit dans certaines relations entre hommes; la passion avant l’amour, la sexualité avant la relation humaine.

Pour Mat, tout se mélange dans sa tête, et cette attirance est toujours présente pour l’amour du passé. Au fil des épisodes, il saura mieux comment définir cette relation particulière.

J’ai trouvé que cette saison était beaucoup plus sombre que la première, surtout dans les six premiers épisodes. Et, vous savez comme j’aime le drame! C’est donc quelque chose qui est venu me chercher plus personnellement, me faisant réfléchir à mon ex et à toutes ces histoires d’amour qui font du bien au début, avant de faire mal par la suite (mais, au final, on en redemanderait encore et encore)!

La seule chose qui m’aura irrité dans cette saison, c’est surtout un goût personnel, mais c’est au niveau de la musique francophone à la fin de certains épisodes. J’ai trouvé que la musique ne servait qu’à souligner les événements qui venaient de se produire peu avant. J’ai trouvé que ce n’était pas nécessaire d’appuyer pour faire comprendre l’épisode au spectateur. Mais c’est un avis très personnel, sachant que j’ai beaucoup de difficulté avec la musique francophone. Heureusement, la plupart du temps, les épisodes se terminent avec une musique sans voix, mais quand la voix y est et nous décrit étrangement la scène qui vient de se produire, ça casse mon moment de réflexion.

Outre ce petit détail, c’est une très bonne série, qui nous présente des personnages bien incarnés, pas surjoués. On joue dans la simplicité, sans forcer la note, et je crois que c’est vers cette orientation que devrait se diriger Mathieu Blanchard pour ses prochains projets.

En conclusion, on s’éloigne un peu du titre de la série, car l’évolution de la série suit l’évolution de la vie, et maintenant, le coming-out semble fait pour tous les personnages, indice qu’il est peut-être plus simple de sortir du placard en 2014 qu’il y a quelques années, mais peu importe, je crois que ce genre de série est très importante pour montrer des exemples aux plus jeunes, pour leur faire comprendre que ce n’est pas la fin du monde, et que tout finit par mieux aller. C’est d’ailleurs un peu ce que je voulais exprimer dans mon propre roman.

Une deuxième saison bien réussie! On se demande même s’il y en aura une troisième.

Lire plus
28 sept 2014

Et au pire on se mariera – Théâtre Prospero

ETAUPIREONSEMARIERA

Cette pièce de théâtre coup de poing, présentée jusqu’au 11 octobre prochain, est d’abord et avant tout un roman de Sophie Bienvenu (que je suis d’ailleurs en train de lire, car je ne dois pas avoir envie de fermer le chapitre tout de suite).

Nicolas Gendron, le metteur en scène, a su mettre tous les éléments en place pour intriguer le spectateur dès le départ; un décor sobre, mais un sol éclaté, un seul personnage, mais une actrice qui vous crache son énergie au visage et qui incarne une jeune fille de 13 ans jusqu’au bout des ongles. Cette comédienne, c’est Kim Despatis (et on pressent que ce n’est clairement pas la dernière fois que l’on entendra parler d’elle)!

Avec un texte aussi fort que celui de Bienvenu, il aurait été facile de se casser la gueule dans une incarnation caricaturale, mais malgré les 27 ans de Kim Despatis, on y croit dur comme fer, et cette énergie qu’elle nous crache au visage, on en redemande encore et encore.

Oscillant entre répliques humoristiques et moments dramatiques, Nicolas Gendron a su condenser le texte de Bienvenu pour livrer le cœur du roman sans en perdre les subtilités. Cette jeune fille qui nous raconte sa vie et l’environnement qui l’entoure (les putes trans, sa mère absente, l’ex-copain de sa mère un peu croche, son amant de deux fois son âge…) nous captive du début à la fin.

Imaginé comme un interrogatoire où l’on ne voit pas l’enquêtrice qui pose les questions, on suit le parcours et le passé (entre mensonges et vérités) de cette enfant qui a trop rapidement grandi en raison de son milieu et des gens qui l’ont accompagné. Si bien que la finale nous laisse songeurs. Peut-on croire Aïcha? Veut-elle protéger quelqu’un? Est-elle capable de se rendre jusque-là?

Peu importe, de toute façon, on lui pardonnerait tout, parce que sa voix, sa posture, ses histoires ou mensonges, tout ça nous happe dès les premières secondes de la pièce. Mais le plus essentiel, c’est qu’au-delà des mots, on se surprend à imaginer parfaitement les scènes racontées dans notre tête, on voit la mère, l’ex-copain, l’amant trop vieux. Tout ça est si limpide, comme si la voix de Kim Despatis venait s’imposer dans notre esprit pour dessiner les images de son passé.

Ça faisait longtemps que je n’avais pas vu une pièce de théâtre aussi captivante. C’est rafraîchissant.

Au théâtre Prospero, jusqu’au 11 octobre

Lire plus
28 sept 2014

Indécrottable optimiste

photosco

Une autre belle critique du roman Peut-être jamais sur le blog de Phil: « Les livres que je lis ». Attention, beaucoup de détails du roman sont dévoilés dans la critique. Ceux qui ne l’ont pas lu, spoiler alert!

J’adore l’expression qui m’est attribuée: indécrottable optimiste!

Lire plus
26 sept 2014

Tirage d’un exemplaire de Peut-être jamais

pej_mini_blanc

 

Comme convenu, j’avais promis que j’allais faire tirer un exemplaire de mon roman Peut-être jamais lorsque ma page d’auteur allait atteindre 500 membres. C’est maintenant chose faite! (Et il était temps, car il me reste 5 copies du roman seulement!)

Gagnez une copie gratuite du roman de Maxime Collins (incluant l’envoi postal à titre gracieux).
Le concours se déroule du 26 septembre au 17 octobre 2014 (17H HNE).
Pour vous inscrire, voici les 2 étapes à suivre:
1- Cliquez sur «J’aime» pour aimer la page de l’auteur.
2- Cliquez sur «J’aime» ou écrivez un commentaire sous l’article annonçant le concours.

Soyez futé et augmentez vos participations en demandant à vos amis de s’inscrire aussi!
Le concours est ouvert à tous, peu importe votre lieu de résidence.
Bonne chance!

Pour ceux qui seraient trop impatients, il me reste encore 4 exemplaires à vendre! Vous pouvez faire l’achat du vôtre grâce au lien Paypal à votre droite. Sinon, rendez-vous sur www.maximecollins.com pour tous les renseignements! Premier arrivé, premier servi!

Lire plus
15 sept 2014

Dernière soirée

the-end

Ça y est. J’avais entouré la date de mon calendrier il y a deux mois déjà, voilà que cette date est arrivée. J’arrête de fumer à 23h59 ce soir. Je me demande encore sur quelle chanson je vais fumer ma dernière clope…

Pour les non-fumeurs, ça peut paraître débile, mais cesser de fumer, c’est un peu faire un deuil. Et vous commencez sûrement à me connaître, moi, mes deuils, je les vis à fond. Je n’ai pas le choix. C’est un peu dans mon ADN. Quand j’entreprends un grand virage, avant le deadline fatidique, je dois me rendre dans les contrées de l’extrême.

C’est ce qui explique sûrement pourquoi je me suis réveillé ce matin à 4h15, couché sur mon divan, dans les vapes, après avoir fumé et bu comme un trou. Même pas penser à souper. Certains trouveront ça enfantin, voire dramatique, mais j’assume complètement. Je suis un être qui doit aller au fond des choses avant de m’en départir. Il suffit de lire mon dernier roman pour le comprendre.

Arrêter de fumer, c’est bon pour ma santé, mais c’est surtout bon pour mon portefeuille. Je suis encore dans les dettes, et selon mes prévisions, je ne m’en sortirai pas avant le mois de novembre. J’ai décidé de prendre une attitude zen, du style « l’argent part et revient ».

Mon automne s’annonce très tranquille. Sans excès. Je me concentrai sur le gym, la bonne bouffe sans alcool et l’écriture. Il est temps de remettre la machine en marche. Je m’étais promis d’être non-fumeur avant mes 31 ans. Je tiendrai le coup. Cesser de fumer diminuera considérablement ma consommation d’alcool. Encore une bonne nouvelle pour mon portefeuille.

Ne vous étonnez donc pas si je vous envoie chier ou si je suis plus à pic. Ce n’est pas mon but, mais je sais ce que le manque de nicotine peut me faire. Les 8 premiers jours seront chaotiques. Ensuite, ça devrait se placer. Je croise les doigts.

Lire plus
14 sept 2014

Vos commentaires!

Aujourd’hui, j’ai reçu un xième commentaire à propos de mon roman Peut-être jamais. Ça m’a donné le goût de présenter les commentaires reçus sur Facebook. La plupart sont très bien! Mais il y a toujours des cons dans la vie…

Le commentaire qui m’a fait penser à écrire ce topic vient de Eddy, qui m’écrit ceci:

Je vous envoie un Mail pour vous remercier pour ce roman, qui est riche en émotion, qui arrive à associer la sexualité et l’amour sans problème ! C’est un des meilleurs romans que j’ai eu l’occasion de lire. En regardant la bande-annonce la première fois, Je m’étais dit que c’était un livre un peu basé que sur le  » sexe « . J’ai acheté le livre et je l’ai lu en 2 jours ! Puis j’ai regardé la bande-annonce une deuxième fois. Vous avez réussi à faire la bande-annonce parfaite, avec du suspense, et qui donne envie de regarder! Encore une fois, merci pour ce roman et bravo pour avoir fait un roman aussi touchant !

Des commentaires de ce genre, j’en ai reçu des centaines, et j’en suis très reconnaissant! En voici d’autres, venant de Facebook!

1 2 3

 

Évidemment, il y a toujours des connards dans la vie qui ne vivent pas en 2014. Même si j’essaie de calmer mes propos, c’est difficile de ne pas répondre en les envoyant chier!

4

Bref, parlez s’en en mal ou en bien, mais parlez s’en à ce qu’on dit! Ce qui me dépasse, c’est qu’encore des gens parlent de la religion pour justifier leurs propos homophobes. Quelle tristesse! Mais je n’en ai rien à foutre!

Il me reste 10 copies à vendre! C’est fou! Je ne pensais pas que le roman allait s’avérer un si grand succès!

Aussi; beaucoup de gens me demandent si j’ai écris d’autres romans. Bien sûr! Pour ceux qui ont adoré Peut-être jamais, je leur suggère d’acheter le roman précédent (soit l’adolescence de Gabriel, qui se nomme Alexandre, dans le roman Pile ou Face!). Vous pouvez obtenir tous les détails de mes romans (et les commander) ici en version papier ou ici en version numérique.

 

Lire plus
06 sept 2014

Un pouce en l’air, deux pouces en bas!

medoc

On ne peut pas dire que la fin de l’été me soit très chanceuse, mais on peut dire que je suis un peu innocent aussi! L’histoire de mon aventure débute très «niaiseusement»…

La semaine passée, bonjour les grandes chaleurs, mais je tiens le coup et je vais au gym quand même. Il faut dire que depuis quelque temps, je suis assez motivé niveau sport et je fais environ du cardio 5 fois par semaine (en intervalles oui oui les puristes!)

Or, qui dit chaleur et cardio, dit aussi transpiration. Et moi, j’ai beau sortir de la douche après un gym, mon corps continue encore de carburer.

J’aime beaucoup une paire de jeans que j’ai portée quelques mois l’été passé, avant de la ranger parce que j’avais l’impression que le jeans me donnait de l’eczéma aux mains. Je suis retombé sur le jeans il y a deux semaines, et je l’ai essayé pour le fun. Quel confort! J’ai oublié cette histoire d’eczéma, en me disant que je verrais bien si dans deux jours, mes mains allaient recommencer à me faire des peaux sèches. Ce ne fut pas le cas.

Pourtant, je n’ai pas fait le lien tout de suite, mais chaleur, gym, transpiration et jeans louche… qu’est-ce qui s’est produit? Je me suis mis à faire une petite irritation entre les cuisses. Rien de très grave, des petits boutons inoffensifs.

Et c’est là que ma connerie continue. Je ne sais pas où j’ai entendu ça, mais on m’a souvent dit que lorsqu’on fait des petits boutons de chaleur, le gant de crin est une bonne solution pour revenir à une douceur de peau plus normale.

Peut-être… sauf quand la peau est déjà irritée? Bref, j’ai frotté ça avec le gant de crin qui se trouvait dans ma salle de bain. Et dans mon intelligence suprême, je me suis dit, mais pourquoi ne pas ajouter un peu de douceur. Je me souvenais que ma mère, qui faisait de l’eczéma aux mains, se badigeonnait tout ça de vaseline et mettait des gants pour la nuit. Why not?

J’ai donc appliqué une bonne couche de vaseline pour bébé sur l’irritation, puis je suis allé me coucher.

Une nuit passa… lol

Le lendemain, SCANDALE! Peau boursouflée, cloques d’eau; c’est pas beau pantoute! Pas trop le temps d’y penser, je remets mon jeans satanique et je pars travailler. Et tout au long de la journée, je sens le travail de l’infection qui commence.

Le mercredi soir, je commence à capoter et vais voir un pharmacien qui me dit de simplement appliquer du Polysporin. Wow! Le lendemain, le truc a doublé. Et là, je fais l’erreur d’aller sur le web, et de regarder de belles images sur Google. Pis là je chie dans mes culottes, car je commence à croire que j’ai de l’herpès ou des condylomes. Ouch. Je sais, je sais; ne jamais allez voir des photos ou des trucs/traitements sur le web, mais avouez, c’est plus fort que nous, on y va pareil!

Ce qui nous amène à aujourd’hui, et à ma belle aventure dans le système de santé québécois. Dès 8h00, on me refoule au CLSC, car trop de monde et pas assez de médecins (je ne sais pas pourquoi je mets un « s » à médecin, je soupçonne qu’il n’y en avait qu’un seul). On m’envoie dans une autre clinique. J’arrive là-bas, cool, c’est presque vide. Bizarre pour une clinique qui ouvre à 8h (il doit être 8h40 au maximum). C’est là que j’apprends que le médecin chill arrive seulement à dix heures du matin. Dans ma tête, je me vois déjà encore au travail à vingt heures ce soir, et j’en ai pas vraiment envie. Et c’est la qu’une amie me parle d’une clinique magique: La clinique médicale en route, qui est située directement dans la Gare Bonaventure. Ce qu’elle me dit, on dirait que je n’y crois pas tout de suite. Je me dis que je vais la maudire si elle a tort, mais je prends une chance et je quitte la clinique où j’étais le 6e sur la liste, mais à 10h, puis je marche 15 minutes au soleil tapant, avec ma plaie fraîche dans mon jeans (pas le même ce jour-ci). Je maudis ce 30 degrés et cette idée de me décider seulement .

Arrivé à la clinique, je m’informe et on prend mon numéro de cellulaire. On me dit que ça devrait être autour de 15h30, mais on ne peut rien promettre au niveau de l’heure. MAIS ON S’EN FOU. Pour moi, c’est une révolution. Enfin une clinique qui comprend la vie des travailleurs et qui vous appelle 5 minutes avant votre rendez-vous. Résultat: je suis reparti travaillé et je n’ai pas perdu ma journée à garder ma place pour voir un médecin 5 minutes! Magie!

Je ne sais pas si c’est répandu, mais moi je ne connaissais pas ça du tout en tout cas!

J’ai reçu un appel à 13h pile! Ça y était! C’était bientôt mon tour. Je n’ai même pas eu le temps de m’asseoir dans la salle d’attente, on me faisait déjà passer dans un cabinet. Cinq minutes plus tard, le médecin était là. Une jolie Asiatique coquine. Comme ma plaie se situait dans une zone où je devais baisser mes culottes, je lui ai offert la photo que j’avais prise la veille, mais elle voulait voir le réel. Et elle, d’ajouter: «Pourquoi je me priverais si je peux me gâter!». Alors, j’ai baissé mes culottes et mes boxers. Je me suis passé la réflexion que ça faisait un bail qu’une femme n’avait pas vu ma graine!

Quelques minutes plus tard, j’avais en main ma prescription et je repartais travailler. J’ai définitivement trouvé ma clinique favorite à Montréal!

Et j’en sors rassuré; pas de MTS en vue, seulement une infection de la peau. Fiou! Elle m’a dit de jeter mon gant de crin. C’était fait depuis longtemps!

Un gros pouce en l’air pour la Clinique médicale en Route!

Et deux gros pouces en bas pour le programme de fidélité le plus crosseur au monde: AIR MILES!

airmiles-2-630x180

Déjà, ce cher Air Miles avait court-circuité mes plans par deux fois. Avant, il fallait 190 points pour obtenir des billets de cinéma gratuits. Tout près du but, il y a quelques mois, voilà qu’Air Miles change les règles et augmente le paiement à 200 points. Je me dis que ce n’est pas la fin du monde, et j’attends patiemment d’obtenir les 200 points. Quand je les atteins, la promotion n’existe plus. Connerie!

Alors, je me dis, à quoi bon! Je change mon programme Air Miles Rêves pour un programme Air Miles Argent à 100%. Je sais que je dois acheter un portable chez Bureau en gros et j’aurai donc déjà plusieurs Air Miles dans mon solde Argent. Lors de mon changement, on m’envoie un courriel pour me dire qu’on a bien reçu mon changement (avec date et heure à l’appui).

J’achète mon portable durant la fin de semaine de la fête du Travail. J’obtiens 66 Air Miles. Pas mal pour un début!

Mais aujourd’hui, je me rends compte que les points se sont déposés dans mon solde Rêves! J’ai la preuve du changement et la preuve sur ma facture que le paiement de mon achat a été fait après le changement, mais évidemment, on m’astine (dans un français médiocre! Il faut que je vous copie l’extrait, sans altération!):

Bonjour Maxime,

Ici Cindy encore une fois et je vous remercie d¿avoir pris le temps de nous contacter a nouveau. Je suis tres desolee Maxime mais nous n¿avons pas facon de transferer vos AIR MILES au Compte Argent. Maxime, si vous desirez, vous pouvez contacter un Superviseur par telephone au 1-888-413-1311. Quand vous nous appelez, veuillez appuyer sur 2 pour le Francais et apres sur 1 pour le Groupe de Relations aux Adherents. Nous sommes ouverts du lundi au vendredi de 8 h (HNE). Nous sommes egalement disponibles le samedi de 9 h a 18 h (HNE). Nous nous demandons excuse pour tout inconvenient que vous avez subi Maxime et je vous remercie pour votre patience.

WoW! Pensez-vous vraiment que je vais aller m’obstiner avec quelqu’un qui ne sait pas aligner trois mots en français? I give up!

Alors voilà pour les petites histoires merdiques de mon anecdotique de vie. Sourions, ça pourrait toujours être pire!

Lire plus
01 sept 2014

La nouvelle étape

echelons

Fac le 1er septembre est arrivé. Ma dernière journée en tant que mon ancien moi (hey! Faut bien se convaincre hein). Avec le temps, je me rends compte que j’ai toujours été effrayé par le changement. Je sais, je sais, le changement fait souvent peur. Mais j’en suis à un point où ce changement est nécessaire; pour mon équilibre personnel et mental. Osti que ce ne sera pas facile!

Je viens de transférer mon CELI dans mon compte en banque. Tout ça pour payer mes dettes. On me dit que c’est à ça que ça sert un CELI, mais j’avais plutôt envisagé que ça servait à payer un cashdown sur un condo ou une maison, ou à faire un projet de voyage… Bahh… c’est la vie, l’argent, ça part et ça revient (j’espère).

Je recommence le Champix demain. Si vous me sentez dépressif pour les trois prochains mois, vous saurez pourquoi! Inutile de dire que je fume comme une cheminée depuis quelques jours. Je sais que j’ai toujours eu des dépendances. Je suis fier d’avoir réglé la pire (ceux qui ont lu mon roman comprendront), mais j’ai cette tendance de l’extrême qui n’en finit plus de vouloir finir. Ça fait partie de la game.

Mon laptop est mort vendredi dernier. J’ai dû en acheter un nouveau (eh oui, encore de l’argent sur la carte de crédit, comme si j’avais besoin de ça là!). Je viens tout juste de transférer tous mes fichiers importants. Avec mon nouveau portable, il n’y a plus de lecteur CD/DVD. C’est vraiment con. Ça m’a obligé à copier toutes mes archives qui se trouvaient sur CD. Ça m’a aussi obligé à regarder des choses que je n’aurais pas dû revoir. Retour de la spirale vers les histoires passées.

J’ai quand même réussi relativement bien à me libérer de ce passé pour de bon. Mais il me rend nostalgique, évidemment. Pourtant, pas question de m’apitoyer sur mon sort. Changer, c’est aussi rayer de la carte le passé. Et Dieu sait que pour moi, c’est tout un défi.

Mon plus gros problème ces temps-ci, c’est de me donner le go. Le GO pour accepter le changement, pour en finir avec ces soirées embrouillées sous l’alcool et les clopes. Cette fois-ci, c’est un peu comme le dernier appel; si je n’y arrive pas, j’ai bien peur de ne jamais y arriver. Alors, je joue toutes les cartes possibles. Cet automne sera tellement dramatique; on dirait que je peux le sentir. Et pour combler le tout, j’ai des nouveaux voisins en-dessous de chez moi. Je les vois déjà d’un très mauvais œil. S’ils sont aussi turbulents qu’aujourd’hui, je vais définitivement m’ennuyer du bébé naissant, qui braillait encore il y a quelques jours! Mais il faut accepter le changement. Le voir de façon positive. I try.

Comme je ne comblerai plus mes soirées d’alcool et de débauches, je vais réellement devoir me trouver de nouveaux passe-temps. Je le sais, ce sera hyper plate au début. Il faudra que je tienne le coup sans flancher. Et il faudra vraiment que je me remette à l’écriture.

Mon dernier roman a fait son temps. Il sera encore en vente jusqu’au 14 septembre environ (dans la plupart des librairies). C’est angoissant. Pas parce qu’on me retire d’une surface de vente; surtout parce que c’est encore le vide depuis la fin de cette aventure. Il faudra recréer, retravailler, souffrir, mais surtout tenter de trouver un filon, une histoire, un drame; quelque chose qui me porte et me pousse vers la création. Ce sera tout un défi après une pause de près de 6 mois.

Mais il le faut. Il le faut pour me sauver de ma léthargie.

Lire plus
21 août 2014

Roman en vente PARTOUT dans le monde

PEJ_fblanc

 

Bonne nouvelle pour les lecteurs francophones qui ne vivent pas au Canada! Il est maintenant possible de vous procurer un exemplaire papier dédicacé de Peut-être jamais PARTOUT dans le monde!





Passez votre commande dès aujourd’hui en utilisant Paypal!
Revoyez la bande-annonce du roman [version remixée par Muse]

Bande-annonce du roman Peut-être jamais de Maxime Collins from Maxime Collins on Vimeo.

.

Lire plus
18 août 2014

La fin du luxe

Google_Closed

 

Oui, je sais, certains ont remarqué que j’avais volontairement effacé une publication il y a quelques jours. Je la reprends en d’autres mots, maintenant.

J’annonçais dans ma dernière entrée supprimée que je venais de perdre un client de 8 ans: Google. Ce n’est pas rien, surtout en ce moment, où j’avais des investissements de plus de 8000$ en jeu. Ça fait partie de la vie. J’ai joué à la roulette russe, en faisant confiance à Google (qui payait sans faute depuis 8 ans quand même), mais également en étant obsédé par la montée des chiffres. Des chiffres virtuels qui ne se transféreront pas dans mon compte malheureusement.

 Je ne peux m’en prendre qu’à moi-même, certes. Je reste calme. L’argent, ça part et ça revient. Le hic, c’est que je devrai vivre comme un pauvre pour les six prochains mois. Le deuxième hic, c’est que mon cerveau ne le comprend pas encore. Le petit coquin me glisse à l’oreille: «un peu plus, un moins de dettes, qu’est-ce que ça change?»

Il faudra que je l’envoie chier ce petit cerveau! Je ne peux pas l’écouter, ce serait de la folie. Je dois rembourser 6000$ (sans compter mes dépenses mensuelles) d’ici 21 jours! Défi de taille pour quelqu’un qui a toujours eu le contrôle sur ses finances.

Le pire, c’est que j’ai toujours eu un jugement inconscient envers mes amis. Je l’avoue à demi-mot, mais je me suis toujours dit que savoir gérer ses finances devrait être automatique dans l’esprit des gens. Malgré les embûches. Quand on est endetté, on ne s’endette pas plus, ça va de soi. Mais la perception change quand on se retrouve dans une situation similaire. Je fais moins le malin, maintenant.

Mon automne s’annonce tranquille. Très tranquille. Je passe de 70h de travail par semaine à environ 38h. Du temps libre que j’aurais jadis comblé avec de l’alcool (ben quoi, soyons honnête jusqu’au bout!) À présent, impossible de garder le même rythme que la vie d’avant.

J’essaie de récupérer le positif de la chose. Plus de temps, moins de brouillard, plus de solitude, moins de sorties. Je suis triste et zen à la fois. La vie vient de m’apprendre une belle leçon; même si on travaille fort pour son argent, des injustices peuvent arriver. Je suis loin d’avoir volé Google. J’ai travaillé honnêtement, avec passion et intérêt. Mais ce n’est pas une garantie de paiement. C’est la vie, il faut que j’en revienne.

Je me demande même si c’est un message du destin. Un truc volontaire pour me permettre de me remettre à l’écriture (et d’arrêter de chialer que je n’ai pas le temps parce que je travaille trop). C’est ici que ça se joue, en fait. Vais-je prendre ce temps et cette solitude pour en faire quelque chose de productif? À suivre…

Dans un autre ordre d’idées, j’ai présenté mon ami/copain/chum (on prend notre temps, on n’est pas trop certain) à ma famille, dimanche. Il a bien fait ça. Il faut dire que ce n’était pas difficile en comparaison à mon ex, qui disait trois mots dans mes soupers de famille. Je crois que mon mec a fait bonne impression. Ce n’était pas difficile d’être plus apprécié que Luc. Je ne sais pas où cette histoire me mènera, mais ça confirme une de mes théories: on ne peut jamais être heureux dans tous les domaines de notre vie en même temps. Soit on fait de l’argent, soit on vit l’amour.

Je me sens dans une situation où je n’ai pas le contrôle, où je laisse aller les choses, où je veux bien laisser le futur au destin. Mais une chose est certaine, il faudra changer mon mode de vie. Et je sais que je vais en baver. J’ose me mettre comme défi de remplacer mes sorties et mes consommations par des séances d’écriture et de sport. Peut-être que je rêve en couleurs. Peut-être. Mais c’est le programme de l’automne. Et pour le reste; je suis encore vivant, l’argent ne fait pas le bonheur, et je tenterai de m’en souvenir même dans 6 mois, quand je recommencerai à en faire.

Bonne fin d’été à tous!

P.S.: c’est le temps d’acheter mon roman si vous voulez me refiler un coup de pouce!

Lire plus
13 août 2014

Séance de dédicace!

fierte

Le samedi 16 août prochain, je participerai à la Foire du livre en plein air organisée par la Fierté. Je vous invite à venir acheter et faire dédicacer l’un des derniers exemplaires de Peut-être jamais.

Rendez-vous directement sur la Sainte-Catherine, coin Panet (en face du Second Cup). Vous pourrez m’y rencontrer de 13h00 à 17h00. Mon roman sera en vente au coût de 20$.

 

Au plaisir de vous y voir nombreux!

Bande-annonce du roman Peut-être jamais de Maxime Collins from Maxime Collins on Vimeo.

Lire plus
11 août 2014

L’événement «j’achète un livre québécois» et autres réflexions

littqc

 

Pour ceux qui ne le savaient pas encore, le 12 août est la journée pour encourager les auteurs québécois. Évidemment, vous pouvez acheter des livres québécois à l’année, mais le faites-vous?

Tant mieux si c’est le cas! Mais pour ceux qui n’achètent pas souvent de romans québécois, voilà votre occasion de soutenir les auteurs d’ici. Bien sûr, je vais prêcher pour ma paroisse et vous suggérez de mettre la main sur l’une des dernières copies de mon roman Peut-être jamais. Vous avez encore l’occasion d’acheter une copie dédicacée par la poste, ou vous pouvez vous rendre dans un Renaud-Bray, Archambault ou Coopsco pour obtenir votre copie papier. La version numérique est aussi en vente chez iTunes, Amazon ou Kobo.

Nous vous encourageons à vous prendre en photo avec votre roman et à publier le tout sur les réseaux sociaux, et notamment sur Twitter en utilisant le mot clé #LittQc

Je sens la fin qui approche, et je dois avouer que je suis très satisfait. Mon roman aura survécu plus de trois mois dans les librairies (le temps moyen pour la durée de vie d’un livre québécois).

Cette finale m’amène aussi à réfléchir à la suite. Je ne veux pas me mettre de pression, mais je commence à me questionner pour tenter de me motiver un peu pour la suite. Je n’ai aucune idée de ce que l’avenir me réserve niveau littéraire, mais on verra bien ce que la vie me réserve.

C’est un peu dans cette optique que j’ai décidé de continuer à vivre ma vie. À 30 ans, je me rends compte qu’on ne peut pas faire autrement. J’ai compris… non, j’ai accepté, que les gens passent dans nos vies, nous accompagnent un certain moment, puis s’en vont. Que ce soit pour un malentendu, en raison d’un conflit, simplement à cause du temps qui sépare ou même par la mort, il est utopique de croire que ceux qui sont présents en ce moment le seront jusqu’à la toute fin. Il ne faut pas le voir d’une façon dramatique, il faut simplement accepter le fait.

L’humain est avant tout un animal, avec des sentiments et une certaine intelligence, certes, mais nous nous comportons tous de la même façon. On quitte les gens, on rencontre de nouvelles personnes, la roue tourne et le cycle continue jusqu’à notre finalité.

Une fois que ce concept est compris (et accepté), l’existence paraît soudainement plus douce, moins difficile à surmonter. La raison est simple; on cesse de s’accrocher au passé. Certaines relations, dont on ne croyait pouvoir se passer, n’étaient placées sur notre chemin que pour nous faire apprendre, comprendre, grandir, guérir, etc.

Ce ne sont pas toutes nos relations interpersonnelles qui restent au même stade durant la vie. Nous évoluons tous vers un but, rarement précis, mais le chemin est un but en soi. Il est tout à fait normal que des gens se détachent et ne nous suivent pas sur la même route.

J’ai perdu beaucoup de gens que j’appréciais durant les deux dernières années. J’ai souvent eu le réflexe de prendre un ton dramatique, de me plonger dans la mélancolie et de chercher à en savoir plus sur les raisons d’un tel abandon. Mais je faisais fausse route. Quand quelqu’un nous quitte, il faut simplement laisser aller. Et on ne sait jamais, cette personne pourrait revenir dans nos vies. Ou pas. Mais on sera déjà quelqu’un d’autre de toute façon.

C’est un peu le même feeling que de rencontrer de vieux amis du secondaire qu’on n’a pas vus depuis longtemps. Souvent, un petit malaise plane. Ces gens que l’on avait placés dans une boîte à souvenirs ne ressemblent plus à l’idée que l’on avait d’eux à une autre époque. C’est la même chose avec les ex. Quand on les croise par hasard, le petit malaise est là. Persistant. Notre raison nous pousse à dire que la personne en question a changé; elle n’est plus la même, le lien partagé a disparu. Mais souvent, cette personne n’a pas changé, c’est simplement la distance et le fait de vivre autre chose avec d’autres gens qui nous indiquent la triste réalité des choses: certaines relations sont passagères. Certaines proximités, aussi intenses soient-elles, ne peuvent durer sur une longue ligne du temps.

Chaque rencontre peut se terminer comme un amour d’été. Quand la saison nous quitte, on en vient à se demander si on a vécu autant de complicité, si tout ça n’était pas un baume de notre inconscient qui reconstruit les souvenirs comme il en a bien envie.

Je ne cherche plus la vérité derrière mes échecs relationnels. Je préfère rationaliser le tout, me dire qu’une personne a été importante pour une certaine étape de ma vie, et son travail fait, elle s’en va ailleurs, pour réaliser un travail similaire avec quelqu’un d’autre. Et je représente probablement la même chose pour des gens que je ne vois plus non plus. It’s part of the process.

Une fois cette maxime bien comprise. Qu’en reste-t-il? D’abord, il y a ceux qui sont toujours là, ceux qui ne nous ont pas encore quittés malgré toutes ces années. Ce sont les plus importants, les plus essentiels. Puis, il y a les autres; ceux qui nous ont fait sourire, qui nous ont fait jouir, qui nous ont appris à devenir meilleurs ou à comprendre pourquoi nous n’étions pas si bons lors d’une certaine période.

Vivre est un long apprentissage. Je fais confiance au hasard et au destin, mais surtout aux personnes qui partagent un court moment ou un long moment sur mon chemin.

Je vous souhaite une belle fin d’été. À ceux qui sont encore à mes côtés, mais aussi à ceux qui ont, un jour, croisé mon amitié.

Toutes les informations pour se procurer Peut-être jamais

Lire plus
27 juil 2014

Comment rompre les liens avec les relations passées

bien-gerer-une-rupture

Voici une méthode efficace pour en finir avec les exs qui hantent vos pensées.

Traduction libre du texte de Jocelyn Daher.

  • 1. Asseyez-vous dans un endroit tranquille et confortable. Fermez les yeux et commencer par prendre 10 respirations profondes et lentes.
  • 2. Pensez à la personne avec qui vous voulez couper les liens.
  • 3. Imaginez votre corps. Essayez de visualiser un cordon venant du coeur ou de toute autre région du corps où votre esprit serait connecté à cette personne.
  • 4. Continuez à respirer et imaginez comment vous vous sentez lorsque vous coupez ce cordon entre vous. Vous devriez ressentir une certaine densité, la taille des cordes et pourquoi elles sont déroulées. Imaginez-vous entrain de couper les cordes.
  • 5. Demandez à votre subconscient de libérer tous vos contrats et vos obligations avec cette personne. Cela comprend toutes les invasions matérielles dans votre environnement (voiture, maison, etc.), demander la libération et le retour complet de votre bilan énergétique d’origine dans votre corps.
  • 6. Enfin, envoyez de l’amour et de la gratitude à cette personne (pour les leçons apprises durant la relation et après la relation) et remerciez l’univers pour le retour de l’équilibre dans votre corps et dans votre environnement physique. Visualisez la fermeture de ce portail énergique.

 

Cet exercice semble bien fonctionner pour moi. Je vous souhaite autant de succès à vous aussi. Pas facile de couper le cordon avec les exs. Mais le temps arrange les choses. Je suis passé par-dessus, j’espère que vous le ferez aussi.

Quand j’observe mes amis, mes amis hétéros, je vois une espèce de course à l’engagement qui me semble plutôt vilaine, mais je ne veux pas juger les relations de mes amis. Ça ne me regarde pas. Je sais que je suis différent. Que mon homosexualité me rend différent. Et ça me convient dans un certain sens. Pas que je ne veuille pas m’engager, mais je suis loin de la course vers le mariage et les enfants. Si ça se passe, ça arrivera. Point.

Grosse fin de semaine. Souper pour la fête de mon père (60 ans) jeudi. Au restaurant Mèson, un petit resto espagnol fort sympathique dans Villeray. Menu excellent, service exceptionnel et dessert à se péter la tête sur le mur (si vous y passez, il ne faut pas rater le gâteau au chocolat. Je n’en ai jamais mangé d’aussi débile!).

Mon père s’est un peu plus ouvert concernant la lecture de mon roman. J’ai bien vu que ça avait été difficile pour lui. Il a expliqué qu’il devait s’arrêter souvent, parce que son poing chauffait. Il aurait bien voulu le foutre dans la face de mon ex. Ça m’a fait sourire, car j’ai trouvé ça cute. Ça faisait du bien de passer du temps avec mes parents. J’avais l’impression que ça faisait une éternité que je ne les avais pas vu. Si heureux, d’autant plus!

Je suis allé en «campagne» vendredi. Bon, pas trop loin de Montréal (Deux-Montagnes), mais le simple fait de prendre le train m’a rappelé la France. Inspirant. J’ai eu du très bon temps. Ça m’a montré qu’on peut être près de Montréal, mais dans la nature aussi. J’ai abusé de l’alcool, mais je ne m’en fais pas.

J’ai décidé de retourner au régime Paléo, en ajoutant le Fasting à tout ça. Pour ceux qui ne savent pas ce que c’est, il s’agit simplement de faire des jeûnes de 16 heures avant de manger. Ça semble immonde, mais en comptant les heures de sommeil, ce sera facile. Je l’espère, du moins. De toute façon, je mange bien, je vais bien, la vie est belle.

Bientôt, j’annoncerai un événement spécial concernant une séance de dédicace pour mon roman en plein air. Vous viendrez me faire coucou si vous êtes à Montréal!

Lire plus