Posts tagged "Satyriasis"

Mon avis sur les livres de Guillaume Lambert et de Stéphane Lefebvre

lambert

J’ai finalement terminé la lecture du livre de Guillaume Lambert. Plusieurs d’entre vous m’en avaient glissé un mot, parce que le synopsis de l’histoire ressemblait étrangement à mon roman Peut-être jamais.

J’hésite à qualifier ce livre de «roman»; d’abord parce qu’il fait à peine plus de 100 pages, mais surtout parce qu’il ne s’agit pas d’un roman construit en tant que tel. On est plutôt dans les bribes de pensées, dans des anecdotes racontées de manière déconstruite. La lecture est plaisante. Je m’y suis reconnu dans certains segments (surtout ceux liés à l’espionnage sur les réseaux sociaux). J’avais peur de ma lecture au départ, car je ne voulais pas retrouver un copier-coller de mon roman (surtout que Peut-être jamais est passé près d’être publié chez Leméac, donc j’étais méfiant). Mais force est d’admettre que mis à part le résumé derrière le livre, ce texte n’a rien à voir avec mon roman.

Le problème avec les livres qui ne font qu’une centaine de pages, c’est qu’il est impossible de s’attacher aux personnages. Ce n’est pas assez étoffé, ce n’est pas une histoire en tant que telle, ce sont des bribes, des pensées, des pièces de puzzle que le lecteur doit mettre en place. Je ne suis pas un grand fan de ce genre de livre, je préfère encore les romans qui s’étendent, qui nous font apprivoiser peu à peu un personnage central. Si vous avez aimé Peut-être jamais, vous aimerez probablement ce livre de Guillaume Lambert, mais comme je le disais plus tôt, pour moi, ce n’est pas vraiment un roman, c’est un essai littéraire, une autofiction fermée sur le récit mental de l’auteur. On en ressort avec… rien. Pas que ce soit négatif en soi, mais ce ne sera pas un coup de coeur pour moi. J’ai compris le défi de l’auteur, j’ai de l’empathie pour ce qu’il raconte, mais ça s’arrête là.

C’était quand même beaucoup plus intéressant que l’autre roman que j’ai lu; celui de Stéphane Lefebvre, Infidélités.

infidelites-stephane-lefebvre-ap-editeur

La prémisse du livre était pourtant très accrocheuse! Un mec hétéro annonce à son groupe d’amis qu’il est devenu gai. Malheureusement, on évacue toute cette histoire dès les premiers chapitres. La suite est une ribambelle de clichés par-dessus clichés sur les désirs d’un hétéro pour les femmes et pour l’adultère. Plusieurs phrases sont moralisatrices alors qu’elles essaient d’être modernes. J’ai eu de la difficulté à continuer ma lecture jusqu’à la fin. Dommage.

J’en profite pour vous souhaiter une excellente nouvelle année. Mon année 2016 devrait être assez différente des dernières années. Pour plusieurs raisons, mais j’aurai l’occasion d’en reparler. Santé et bonheur à tous!