Posts tagged "projets"

Hiver 2019

Eh lalalala. Je n’arrête pas de me dire que je ne devrais pas écrire ici présentement. J’ai de la misère à comprendre la pulsion qui me fait écrire ces mots maintenant.

J’avais pourtant promis d’écrire ici une fois par saison. On y est. HIVER 2019.

OK. Soyons honnête; je ne sais pas pourquoi je veux écrire ici. Pulsion? Obligation? Truc égoïste? Je ne sais pas trop. Quand je regarde vers l’arrière, je ne peux pas me mentir, mon automne a été extra. Je vivais une petite relation sans conséquences avec un kid de 18 ans de Sherbrooke. Je savais que ça n’allait par durer. Je n’étais pas dupe. Mais il me rendait heureux. Ben oui, il avait une belle et grosse bite. C’est ridicule quand on y pense, non? Et pourtant…

2019 m’a amené beaucoup de shits. C’est pas une grosse nouvelle, mais je dois avouer que je ne m’attendais pas à autant. Certes, je vais bien. Ce n’est pas le plus gros problème. C’est juste que je me sens dans un no where. J’adore les gens que je fréquente, mais c’est comme si j’avais l’impression de les utiliser pour arriver à un certain bonheur. Et ça, c’est mal. Right?

Ce que j’ai envie de dire, c’est que je ne reviendrais jamais en arrière. En ce qui me concerne. Le seul truc qui me dérange, c’est que je ne sais toujours pas ce que je veux. Il y avait beaucoup d’illusions dans ma tête quand je pensais que changer mon style de vie allait tout modifier. En réalité, je me rends compte que j’ai encore beaucoup de fantômes du passé à chasser. Oui, j’ai plus de confiance en moi. Oui, je m’estime mieux que jadis, mais au final, je ne sais toujours pas ce que je veux, et ça, eh bien, c’est un travail de jour en jour.

En fait, je me rends tristement compte que j’ai pas tant envie d’écrire ici. Il me reste plusieurs démons à combattre; que ce soit au niveau de la consommation ou des relations intimes. Je me demande si un jour je me sortirai de ce cercle vicieux. Je pense que j’adorerais être capable de mettre une croix sur mon passé, sur la nostalgie, sur tous ces souvenirs que je ne voudrais pas avoir vécu (pour ne pas m’en rappeler). C’est une cause perdue, je le sais bien.

Le seul point positif, c’est que je me sens de mieux en mieux dans ma vie, dans mon corps, dans mes projets d’avenir. Mais encore là, je repense au passé; à ce que j’ai été, à ce que je voulais être, à ce que je suis devenu.

Je ne regrette rien de ce que je suis devenu. Je n’ai pas de remords de ne pas avoir fait ci ou ça. Je suis bien avec moi-même. Je veux simplement m’améliorer encore plus. Devenir un homme avec de la classe. Éviter le drama et les histoires du passé. Je me pense sur la bonne voie. Mais allons, ne soyons pas naïf. Il reste beaucoup de travail sur moi-même. Sur mon passé.

Et mes cheveux ne changent rien à cette histoire…

Je tenterai un 2e essai pendant l’hiver. Je me rends compte que je ne peux pas fournir une publication de blogue adéquate présentement. Pas par paresse. Non. Simplement parce qu’il y a tant de choses en suspend, que je ne peux simplement pas porter un masque et dire que tout va bien. Pourtant, tout va bien. Je n’ai pas besoin de me travestir pour le prouver. Je ne suis juste plus aussi effronté pour abattre mes cartes sur table. Il y a 20 ans, je m’étais promis de tout dire ici. Sans filtre. Sans censure. Sans rien. Je me rends compte peu à peu que c’est délicat. Je pense que vieillir donne une certaine envie; une envie de se retirer du monde public. De simplement devenir anonyme. Les blogues, c’est un peu ne plus être de son temps. Parler dans le vide. Dire des choses qui importent peu aux autres. Qui ne donnent rien par rapport à ceux qui sont vraiment importants.
Je voudrais m’excuser pour tant de gens; ces morts, ces relations disparues, ces sentiments étranges, ces doutes, ces expériences d’un soir, ces nuits de solitude, tout ça, tout ce mal et ce bien à la fois.

Je me contenterai donc de dire une seule chose; les êtres valent mieux que les likes, tout ceux qui naviguent autour de votre vie vaudront toujours plus que votre attrait virtuel. Ce n’est pas de la fake news, c’est simplement la réalité de la vie. Cessez de vivre pour le public. Vivez pour ceux que vous connaissez, ceux qui vous donnent une certaine importance dans leur vie. Vivez. Tout simplement.

On perd énormément de gens avec les années. Si vous avez atteint plus de 30 ans alors que vous me lisez; je pense que vous comprenez ce que je veux exprimer ici. L’amour est le meilleur des moteurs. L’estime des autres vaut uniquement la peine si vous décidez de vous estimer vous-mêmes.