Copier-coller

96915

Bon. Je ne pensais pas revenir à ce blogue avec ce sujet, mais puisque je me retrouve devant un problème éthique, je vais m’y attarder. Je viens de découvrir un autre forum de piratage où l’on partage gratuitement et illégalement mon dernier roman en version électronique.

Au début, la rage. La frustration de voir tous ces mercis un à la suite de l’autre. Pire encore, ça fait déjà plus de 8 mois que c’est disponible, offert à tous. Une fois la colère passée viennent les questionnements sur l’attitude à adopter. Oubliez la police, la police du web ou toutes ces niaiseries. Il est prouvé que de faire fermer un site de téléchargements illégaux ne sert à rien, sinon de motiver d’autres personnes à en ouvrir des dizaines d’autres.

Et c’est là que j’ai commencé à analyser ma frustration; jamais, au grand jamais, je n’ai téléchargé illégalement un roman sur ce genre de site. Si je n’ai pas envie d’acheter un bouquin, la bibliothèque me semble la solution la plus simple. Pourtant, si je faisais un Kanye West de moi-même et que je publiais une capture d’écran de mon ordinateur, on verrait bien que je suis présentement sur un site de streaming afin d’écouter la 4e saison de House of Cards.

J’ai voulu me tester plus loin. Qu’en est-il de la musique? Coupable, je suis. J’ai beau dire que je vais encourager les artistes que j’aime en concert (ce qui est vrai), je n’achète que ce que je ne réussis pas à trouver, ainsi que les artistes québécois. Mais c’est comme si ma façon de consommer la musique n’était pas similaire à ma façon de consommer des livres. Alors que j’ai un haussement d’épaules devant le téléchargement musical, je me colle au discours que Rogers Waters tenait à Tout le monde en parle dimanche dernier: à force de téléchargements, plus personne ne voudra créer. Et je suis tout à fait conscient que musicien ou écrivain, c’est du pareil au même. Construire une oeuvre prend des années de labeur, de doutes, de souffrance, de petites joies. Mais quand on regarde le résultat au niveau finances, c’était déjà pas du luxe, si on doit tout offrir gratuitement, à quoi bon y mettre tant d’efforts? Certains diront qu’il y aura toujours quelqu’un qui passera outre ces détails monétaires pour créer. Le hic? C’est qu’on se retrouvera avec de la création de gosses de riches. Et Dieu sait que ce n’est pas souvent là que se trouve le génie créateur.

Bref, toute cette histoire me fait sourire, car elle me montre deux facettes de ma personnalité. Certains pourraient me reprocher la chose en disant: c’est normal que ça te touche, ce serait de l’argent qui te serait dû! Mais je pense que ma réflexion va au-delà du simple intérêt mercantile. C’est comme si j’avais une échelle de gradation concernant le téléchargement illégal (et ce qui est bon, de ce qui est mal). Peut-être que c’est parce que le réflexe musical est plus vieux que le réflexe de lecteur. Après tout, les liseuses sont arrivées bien après les lecteurs MP3. Et présentement, je continue à me dire que je préfère vraiment le contact avec le papier lors de mes lectures. Je n’ai pas de bidule électronique pour stocker des centaines de livres (et je continue à garder un doute sur les personnes qui en ont autant sur leur machine. Les lisent-ils réellement?) Pourtant, je me rappelle qu’en 2004-2005, je refusais toujours de posséder un lecteur MP3. Je croyais encore aux disques compacts. Les temps changent. J’aime me dire que le livre connaîtra une finale différente. À suivre!

Dans un autre ordre d’idées, pour ceux que ça intéresse, j’en suis à la phase III (voir texte précédent). Je réalise à peu près une phase par mois. C’est sur 7 étapes. Tout va bien pour le moment (bon, ce n’est pas si facile, mais rien n’est facile). Ce qui s’amène dans les deux prochains mois sera complètement fou, alors que je ne promets pas d’être très régulier ici. Tout ça est un peu en réaction à ma vie passée, aux boulets que j’ai trop longtemps traînés. Ces 7 phases sont un peu l’entrée officielle dans le monde adulte (même si j’y suis depuis bien plus de 10 ans, je sais). Il y en a qui apprennent un peu moins vite que les autres, et alors? 😉

Ah oui! Dernière chose! Certains d’entre-vous ont remarqué que le site www.peut-etre-jamais.com redirige maintenant vers la section Livres de Pile ou Face. C’est normal. Je n’ai pas renouvelé le contrat d’hébergement cette année. Mais il reste encore quelques copies chez Archambault ou directement par moi! Ne vous cassez pas la tête à télécharger illégalement ce roman 😛

Amours plurielles

Tous-les-matins-du-monde_2Charles_1

Il n’y a pas à redire, même si la cause contre l’homophobie est loin d’être gagnée, pendant qu’une exposition de photos dans un parc subit la haine de certains radicaux imbéciles à Toulouse, en France, au Québec, ce même genre d’exposition peut avoir lieu dans un collège! Je sais qu’on a toujours été un peu plus à l’avance par rapport à notre niveau de tolérance à Montréal, mais je dois avouer que j’ai été charmé par cette petite expo dont les clichés ont été pris par Marianne Braunwell (avec la collaboration de Béatrice Noël et d’Amélie-Shuka Gadbois-Blanchette).

J’ai beaucoup aimé l’idée du projet, soit de mettre en avant-plan les élèves et les professeurs d’une école qui jouent très bien le jeu des amours plurielles devant la caméra (alors que la plupart des acteurs ne sont pas gais ou lesbiennes). Ces jeunes (et moins jeunes) ont sûrement dû démontrer beaucoup d’ouverture pour accepter de se mettre dans cet état de vulnérabilité, mais au-delà du risque posé, il y a surtout un naturel et une poésie qui se dégagent de tous ces clichés.

Une exposition qui nous amène à nous poser plusieurs questions sur la tolérance et la différence, et c’est terriblement d’actualité ces derniers jours, alors que l’on semble vivre dans un monde qui accorde beaucoup trop d’importance à la peur de l’Autre et de l’inconnu.

Je dois avouer que ma partie favorite de l’exposition a concerné une présentation sur cubes où l’on voit Tous les matins du monde en compagnie de Charles-Alexandre Brazeau Robinson et de Charles-Antoine Garneau.

Ce qu’il y a de beau, ce sont aussi leurs témoignages par rapport à cette expérience :

« Cela ne me dérangeait pas de poser pour Amours plurielles, je supporte la cause et je rendais service à une amie. C’était drôle, car je n’avais jamais vécu ce genre d’expérience, mais disons que c’était assez gênant au début, mais on s’habitue. » Charles-Alexandre Brazeau Robinson

« J’ai accepté ce projet, car je trouvais cela intéressant et que je trouvais que c’était une opportunité pour montrer qu’être homosexuel ce n’est pas mal. C’était assez malaisant lors de la prise des premières photos, mais plus qu’on en prenait plus on était à l’aise. » Charles-Antoine Garneau

Vous pouvez retrouver toutes les photos et divers textes concernant ce beau projet sur le site http://amoursplurielles.com.

 

 

 

La crise de la trentaine?

loe

J’aurais beaucoup de sujets à aborder aujourd’hui. Je ne sais pas trop comment commencer, donc ce sera sûrement du point par point.

Je veux d’abord commencer par le film Love de Gaspar Noé que j’ai vu lundi dernier. Vous devez savoir que je n’ai rien contre la sexualité explicite; pas du tout même, si elle sert le récit, il n’y a aucun problème. Mais l’impression que j’ai eue en voyant ce film, c’est que le réalisateur voulait tenir son public attentif en diffusant des scènes explicites. Sérieusement, en supprimant les scènes de cul de ce film, on a droit à tous les mauvais clichés de films français (la mort, le deuil, le temps, blablabla). Ça faisait longtemps que je ne m’étais pas emmerdé autant au cinéma. Gaspar Noé nous sert de belles phrases improvisées sur la vie humaine, et il nous balance des pipes, des trios, des orgies et des éjaculations en plein visage (c’est le cas de le dire)! S’il n’y avait pas ces scènes de sexe, le film serait encore plus vide. Et la mauvaise manie de ce réalisateur, c’est de prolonger le supplice, de faire en sorte qu’on soit exaspéré jusqu’à la fin. La scène avec l’enfant dans le bain est tellement pathétique, je ne peux pas croire que des gens se retrouvent et apprécient ce genre de navet. Je n’ai vu qu’un seul autre film de ce réalisateur (Irréversible), et au moins, dans ce film, on comprenait que la fin était plus lente, plus amoureuse et cheesy. Mais ici, les longueurs sont troublantes. Je ne suis pas sortie de cette projection choqué, je suis sortie du cinéma en criss, parce que j’ai eu l’impression qu’on m’a fait perdre mon temps.

amour

C’est tout le contraire qui s’est passé avec le documentaire L’Amour au temps du numérique de Sophie Lambert diffusé à Télé-Québec. Je lisais Judith Lussier dans le Journal Metro aujourd’hui, et je dois avouer que je n’ai pas compris son point de vue. On ne parle pas de tous les jeunes adultes, certes, mais on parle quand même de nombreux cas, même si ceux-ci ont été triés sur le volet. C’est une représentation assez exacte des amours que vivent cette génération qui vient (déjà) après moi. Je l’ai connu à ses débuts, et je dois avouer que je suis bien content de ne pas avoir grandi avec ces phénomènes de réseaux sociaux et d’hypersexualisation. J’étais à la limite, comme on dit. J’ai compris exactement le propos du documentaire, et quand certains journalistes essaient de minimiser la chose, j’ai l’impression que c’est le signe qu’ils n’ont pas vécu la chose et qu’ils croient que leurs propres expériences sont un exemple parfait du «je ne suis pas comme eux». Eh bien, désolé, chers journalistes, peut-être que vous étiez déconnectés de la réalité, mais ce documentaire représente bien la génération d’aujourd’hui, et quand même beaucoup celle qui vient avant.

Vous pouvez voir les deux parties du documentaire sur le site de Télé-Québec. Ça vaut le détour.

Je saute du coq à l’âne, et je voulais aborder le sujet des trolls sur Facebook et sur le Web en général. Bon dieu que c’est rendu grave! Je ne veux pas sonner dramatique, et j’accepte facilement la critique, mais ces derniers temps, j’ai l’impression que les réseaux sociaux sont devenus un Far West pathétique. Je reçois près de 5-6 demandes d’amitié par jour sur Facebook, et avant, j’acceptais tout le monde, mais j’ai dernièrement vécu beaucoup trop de trolling pour continuer à accepter tout le monde sans analyser leur profil. Quand on ne me spam pas sur mon mur Facebook avec des messages idiots de prêts ridicules, on me bitch sans même m’avoir lu. Je dois avouer que ça me fait sourire. C’est fou comme certaines personnes ont du temps à perdre à vouloir détruire les autres. Je m’amuse dans mes réponses, en jouant d’ironie, mais je me rends compte que tout ça commence à me tirer beaucoup d’énergie. Il faut que je me rende à l’évidence, je vais devoir commencer à mieux surveiller qui j’accepte et qui je refuse. C’est triste.

Sinon, dans les autres nouvelles, Renaud-Bray vient de renouveler mon entente de roman jusqu’au 31 janvier 2016. C’est fou! Ça fera bientôt deux ans que mon roman est sur les tablettes! Même dans les maisons d’édition normales, ce laps de temps est perçu comme un miracle. Je sais que l’histoire achève, mais je suis encore agréablement surpris des critiques qui sortent deux ans plus tard. Et les critiques me font parfois sourire. Je dois avouer que j’avais été chanceux; je n’avais pas vraiment reçu de critiques négatives sur mon roman. Mais parfois, les critiques sortent en même temps, et elles sont tellement opposées entre elles, que je ne peux m’empêcher de rire. Le meilleur exemple s’est produit cette semaine, où j’ai eu droit à une critique moyenne versus une critique parfaite. Voici une critique sur le site du Contemporaliste et en voici une autre sur le site Le Fil rouge. Attention aux spoilers pour ceux qui n’ont pas lu le livre encore.

Tout ça me conforte dans ma position sur le milieu de l’édition. Je dois l’avouer, je suis un peu un éditeur. Beaucoup même. Comme je me suis occupé de tous les segments du processus de publication de mon roman, je connais les rouages. Et tout ça me fait hésiter, ça me donne presque le goût de retourner à l’université pour approfondir mes connaissances en édition. Je crois que j’ai réussi là où peu de gens y sont arrivés. La question que je me pose, c’est est-ce qu’il y a un avenir dans le milieu de l’édition? J’en doute de plus en plus. J’ai l’impression que les prochaines années me donneront raison; que si un auteur veut vraiment se faire connaître, il devra se fier à lui-même, et certainement pas à une maison d’édition qui lui donnera 10 %. Quand je me compare aux autres écrivains qui ont publié dans les maisons traditionnelles, je ne peux que me réjouir de ne pas m’être fait avaler par le réseau. Entre faire 1500$ de profit et 15000$, je choisis la deuxième option. Mais je considère que tout le travail effectué n’en vaut peut-être pas la peine. Ce n’est en rien une question d’être reconnu par les pairs, ça, c’est un détail. Mais dans notre nouveau millénaire, je comprends que la façon d’éditer un livre n’est plus pareil qu’il y a quelques années. Les temps changent, et le milieu du livre a beaucoup de difficulté à s’adapter. Je ne sais pas ce que je deviendrai en tant qu’auteur, mais ce qui me rassure, c’est que je suis capable de mener à moi-même une maison d’édition qui fait du profit. Et ça, je reste surpris que les maisons d’édition normales ne l’aient pas encore compris, qu’elles ne soient pas encore venues chercher mes services. Ça sonne un peu pompeux, mais leur but n’est-il pas de faire de l’argent? Moi, je sais comment. C’est leur perte, comme on dit…

Je pense que je suis dans une sorte de crise de la trentaine. À me demander ce qui serait la meilleure avenue; continuer sur le chemin de l’indépendance, ou m’allier à une maison d’édition qui a déjà fait ses preuves.

Sense8 – N’abandonnez pas!

sense8

La nouvelle série des auteurs de la Matrice (Andy Wachowski, Lana Wachowski) a fait son apparition sur Netflix le 5 juin dernier. Les critiques ne sont pas du même avis que le pubic, et j’ai envie de croire que ces critiques ont seulement regardé les 3-4 premiers épisodes. Il ne faut pas abandonner et je vous suggère fortement d’écouter la série en entier!

Je dois le dire d’avance, je ne suis pas un grand amateur de science-fiction, de truc paranormal ou de films action-horreur-étrange. Mais je dois avouer que j’ai été conquis par cette nouvelle série. Le problème qui semble affliger plusieurs critiques, c’est que l’émission prend du temps à démarrer. Mais il faut être logique; nous avons affaire à 8 personnages dits « principaux », il faut donc mettre la table et donner une chance au spectateur de s’attacher à ces personnages. Les 4 premiers épisodes présentent donc un portrait de la vie de ceux-ci, et une fois qu’on y est, l’action peut commencer un peu plus, et je crois que les scénaristes ont vu juste, parce qu’on s’attache finalement à ces 8 protagonistes et on s’intéresse à leurs parcours, et surtout aux interactions futures qui se produiront entre eux.

Ça parle de quoi? Difficile à dire sans brûler des punchs de la série, mais en gros, ce sont 8 personnages reliés par la pensée (ils peuvent se déplacer mentalement dans l’univers des autres). Je n’ose pas en dire plus, pour vous laisser le plaisir d’apprivoiser. Certains semblent avoir critiqué la nouvelle série de Netflix en se basant sur des extraits qu’ils avaient vu; il faut dire qu’une scène de l’épisode 6 a particulièrement attirée l’intérêt des gens. Il s’agit d’une scène d’orgie entre les personnages. Vous pouvez la visionner ci-dessous, ça ne donne aucun spoiler, c’est simplement agréable à regarder haha (enfin, ça doit dépendre pour qui hehe). Donc, je défends la série contre ceux qui l’accusent d’être trop sexuelle (ont-ils vu des séries comme Games of throne ou True blood?)

Extrait de l’orgie de l’épisode 6 (Sense8):

C’est peut-être parce que je suis gai, mais je me suis fortement attaché aux personnages masculins de cette série (le policier, le petit voleur qui fait un full frontal dans l’épisode 5, l’acteur mexicain, qui me fait malheureusement trop penser à Vivian dans Les Anges de la téléréalité ahah), bref le casting est très intéressant et très éclectique. Couple lesbien, couple homo, fille trans [une vraie!], couple interracial, etc. Je dirais qu’il y en a pour tous les goûts et toutes les cultures.

Le plus gros reproche que je peux faire à la série de Netflix, c’est le générique du début. On voit clairement le copier-coller du générique de House of Cards. Ils ont changé la musique et les images, mais on est dans un plagiat remarquable! Heureusement, Netflix copie Netflix, donc on peut leur pardonner la chose. Voici ce que je veux dire:

Générique de House of Cards:

Générique de Sense8:

Je vous conseille donc vivement la série, même pour les gens (je dirais: surtout pour les gens) qui ne sont pas habitués à la science-fiction ou qui n’aiment pas nécessairement ce type d’histoire!

Retrouvailles du secondaire – La Presse+

presse

 

Aujourd’hui, un article sur les retrouvailles du secondaire a été publié dans le cahier Pause sur La Presse+ par la journaliste Isabelle Dubé. J’y ai participé.

Vous pouvez lire l’article complet en suivant ce lien. Par contre, l’article ne présentait pas les photos (il faut être abonné à La Presse+ pour les voir). Voici donc ce que j’avais envoyé à la journaliste. Y’a pas à dire; on vieillit, hein?

2015-05-27 18.33.59 HDR 2015-05-27 18.31.57 2015-05-27 18.31.03 HDR 2015-05-27 18.30.32

Merci à Vanessa Grutman, Émilie Larocque, Catherine Bérubé et Jean-Sébastien Caron pour l’autorisation de publication des photos.

Mon ex à moi

exmoi

Il faut absolument que je vous parle de la série québécoise Mon ex à moi, qui met en vedette Sophie Desmarais, Jean-François Nadeau et une panoplie de comédiens! Je dois l’avouer, au départ, j’ai trouvé les pubs dans le métro un peu ringardes, et j’avais tout de suite capté que le graffiti à la station Bonaventure était fake. Mais là, gros mea culpa!

Je m’explique! Quand j’ai commencé à écouter les premiers épisodes de la série, je n’étais pas convaincu. Je n’ai jamais été un grand fan de burlesque et je trouvais que le tout était tiré par les cheveux et surjoué. J’avais l’impression que le personnage d’Amélie en faisait trop pour la caméra. Je pouvais même prédire les événements qui s’en venaient. Mais quelques épisodes ont suffi à m’absorber complètement. Je crois que c’est dû à la relation du personnage avec son premier ex (oui, il y en a plusieurs). Quand j’ai vu les échanges avec Sébastien Huberdeau, dans le rôle d’un pervers sexuel, je me suis tout de suite vu dans mon ancien couple avec mon ex. Même jeux sexuels, même consommation, même plaisir malsain.

Mais mon grand coup de coeur va à Jean-François Nadeau. Quel homme! Il dégage un mystère et une attraction sympathique; on a quasiment envie de lui donner la lune. Selon moi, il a dû rendre bien des femmes heureuses, et briser bien des coeurs! Mais revenons à la série; une fois que l’on accepte le concept «comédie», on accepte tout. Il faut dire qu’en plein milieu de la série, les personnages s’approfondissent et deviennent plus intéressants. Le côté burlesque s’efface un peu plus pour laisser la place à la réalité; la perte de l’amour nous entraîne dans une spirale de souffrance qui nous fait faire les pires niaiseries. Et l’auteur, Émilie Fanning, disait justement que cette série était un peu un guide des choses à ne pas faire pour reconquérir son ex. Il faut dire qu’Amélie use de plusieurs stratégies, plus folles les unes que les autres, mais peu à peu, on comprend son obsession et l’ex n’est pas aussi clair dans son rejet. C’est comme la vraie vie au final! Il y a toujours des messages cachés, des offres qui n’en ont pas l’air, des regrets ou des actions qui pourraient donner l’impression qu’une personne revient sur sa décision de terminer la relation. C’est tellement bien intégré à la réalité que je me suis reconnu à plusieurs moments dans la folie d’Amélie.

Il y a aussi un autre point très important dans la série; la présentation de la sexualité, ou devrais-je dire, des sexualités. Enfin, voilà une série qui nous montre la sexualité des trentenaires sans la magnifier; et je ne sais pas si c’est générationnel, si c’est l’influence de la porno sur le web, mais je vois de plus en plus la sexualité abordée sous le concept des jeux de pouvoir (poussés à leur limite). On ne parle plus de relation «simple» entre un homme et une femme, mais bien de pulsions et de dérives sexuelles qui amènent vers des jeux de rôles, vers la domination et la soumission, vers la fusion et une sorte d’extase qui finit par devenir malsaine. C’est un portrait très juste de la sexualité d’aujourd’hui, et c’est ce qui est le mieux réussi dans la série.

La musique a également une place primordiale dans plusieurs scènes, et je suis content quand j’entends les producteurs dirent qu’ils ont investi beaucoup d’argent à ce niveau. Une peine d’amour passe définitivement par la musique que l’on écoute, et des années plus tard, entendre une chanson qui nous ramène à une époque moins glorieuse est toujours un élément très instructif dans nos vies.

Bref, je suis en amour avec cette série, et je suis d’autant plus heureux qu’une deuxième saison a été annoncée pour l’an prochain! Bravo à Séries+ d’avoir osé quelque chose de nouveau et d’avoir investi pour cette production québécoise.

La série vous intrigue? Sachez que vous pouvez visionner tous les épisodes gratuitement jusqu’au 23 juin prochain, directement sur le site de Séries+. Je vous la conseille fortement, surtout si vous êtes dans la fin vingtaine, début trentaine. Je suis certain que tout le monde peut se reconnaître dans cette histoire. Et non, même si les premiers épisodes sont plus faibles et donnent l’impression de chicklit pour la télé, si vous continuez et regardez 4-5 épisodes, vous verrez vite qu’on se fait rapidement absorber par cette sympathique série. À voir absolument! Et ce Jean-François Nadeau; ouf! Je me répète, mais quel homme!!

Bande-annonce (Mon ex à moi – 16 épisodes d’environ 22 minutes)

KINK + Patrick Watson

Kink-trailer-banner

 

Deux belles découvertes cette semaine. D’abord, le documentaire KINK produit par James Franco. Je sais, je suis un peu en retard, ça date de 2013, mais je n’avais pas eu la chance de le voir encore. On rentre de plein fouet dans le tournage de films pornos pour adultes très consentants. C’est chaud, très chaud.

Le documentaire n’est clairement pas pour tout le monde, mais il devrait quand même être visionné par tous. Parce qu’il est temps de se rendre compte qu’apprécier une sexualité différente n’est pas un crime à notre époque. Ça ne devrait jamais l’être, d’ailleurs. Non, on ne voit pas James Franco à l’écran, mais oui, on voit des bites et des femmes nues. Pourtant, le contexte n’est pas là pour romantiser la chose, au contraire. On parle d’adultes consentants qui explorent leurs limites, parfois même des limites qu’ils ne connaissent pas encore.

Ce que j’ai aimé? Tout est fait dans le respect, mais surtout, dans la vérité des actes. J’ai beaucoup souri quand ils passent en entrevue une actrice qui se dit ouverte aux crachats sur le visage, et la productrice de répondre: « We love you!»

Il ne faut pas se leurrer, il y a toute sorte de sexualité et ce n’est pas parce qu’on ne la pratique pas qu’elle est mal. Il suffit de faire le parallèle facile entre l’hétérosexualité et l’homosexualité. Je crois que l’acceptation de toutes ces pratiques vient aussi du fait d’accepter sa propre sexualité et de l’explorer selon ses propres limites.

Un documentaire qui porte à réfléchir et que je conseille fortement. Il vous fera peut-être dire que vous n’êtes pas si pervers que ça, après tout!

patrick-watson

Dans un tout autre ordre d’idées, je me dois de vous parler du nouvel album de Patrick Watson qui sortira le 12 mai prochain. Quelle claque! Quel disque!

Je dois me confesser, je n’ai jamais été un grand fan de Patrick Watson, je gardais bien deux ou trois pièces de ses précédents opus, mais sans plus. Avec ce disque, c’est tout le contraire. Il n’y a rien à jeter. Je suis rentré dans l’univers du musicien en quelques écoutes, et je n’en ai toujours pas décroché. C’est un peu un mix du vieux Radiohead avec des éléments électroniques tout en douceur et mélodiques. C’est d’ailleurs la voie que Radiohead devrait suivre (mais je sais que ce ne sera pas le cas lol). Bref, il s’agit ici d’un album maîtrisé, qui se construit dans une gradation émotionnelle que je n’avais pas entendue depuis longtemps. On sent la cohésion et le travail pour faire un vrai album concept. Et ça manque tellement de nos jours!

La deuxième partie de l’album est simplement magique, alliant piano, jazz, voix fantomatiques et envolées lyriques. Je suis particulièrement amoureux des deux dernières pièces du disque Know that you know et Places you will go. C’est beau, c’est touchant, sans être quétaine, c’est clairement le genre de musique que je recherche en ce début d’été. J’espère le voir en concert très bientôt!

Enfin, c’est ce soir que nous saurons la setlist de la nouvelle tournée de Lana Del Rey. Je sais qu’elle n’est pas forte sur les changements de chanson durant ses tournées, donc on devrait être fixé vers 23h00. Je dois avouer que j’ai peur de voir ce qui va en ressortir, mais en même temps, je m’en balance un peu, puisque les places que j’ai achetées ne sont pas très chères, mais j’aimerais quelques bonnes pièces tout de même. À suivre.

En extra; j’avais une chanson dans la tête depuis des mois, sans arriver à me souvenir du titre, du DJ ou même du titre de l’album. C’est chose faite grâce à la magie de Facebook! Ce que j’avais en tête depuis si longtemps, c’était la chanson « Top Cat » de DJ Ramasutra (album: East Infection). Je le réécoute présentement, et il avait vraiment fait du bon travail. Je me demande ce qu’il devient aujourd’hui!

Pas encore tout à fait «ça»

updown

Il y a de ces moments dans la vie où tout peut basculer d’un côté positif ou négatif. J’ai vécu ce genre de semaine. Une longue semaine qui a commencé dans un down très intense… parce que j’ai fait du binge watching pour me taper les 2 saisons complètes de la série Nouvelle adresse.

J’en avais déjà parlé lors des premiers épisodes de la série; je ne m’y retrouvais pas et je trouvais le sujet trop dramatique pour vraiment embarquer. J’ai redonné une chance, et même si le sujet, qui ne fait que devenir de plus en plus dramatique, m’était connu, j’ai fini par être complètement absorbé. Avec la finale de la deuxième saison, je suis très satisfait et j’ai hâte de voir la suite. Je dois avouer que je m’étais beaucoup plus accroché aux histoires secondaires qu’à l’histoire principale. Beaucoup de vérités et de réalité dans cette série. Je reviens donc sur mes paroles et je la suggère fortement.

Revenir sur mes paroles, je le fais de plus en plus souvent. Je pense que c’est signe de sagesse et du fait de vieillir aussi. Je pense surtout à mon entraînement pour perdre du poids. Je croyais, naïvement peut-être, que le gym 4 fois par semaine allait régler mes problèmes, mais force est de constater que ce n’est pas encore assez. Je croyais que de réduire ma consommation d’alcool allait aider aussi, ce n’est pas assez non plus. Je comprends de plus en plus que pour atteindre ses buts, il faut travailler, puis s’arrêter pour analyser les résultats. La plupart du temps, on se rend compte que même si on travaille fort, ce n’est pas encore tout à fait ça. Ce n’est pas assez. Je me suis donc rendu à l’évidence. Il faudra en faire plus. Encore plus. Je dois avouer que ça me fait un peu peur, mais je n’ai d’autres choix que de repousser les limites des limites que je pensais acceptables. Même mon cousin m’a proposé d’aller courir sur le Mont-Royal avec lui. Je hais la course. Mais je pense que je n’ai plus le choix. Alors, on va travailler là-dessus dans les prochaines semaines.

Je reviens aussi sur mes paroles à propos des amis. Je dois avouer que je pensais que ça y était de mes anciennes relations. J’allais un peu à reculons à cette fête du vendredi soir. Mais j’avais tout faux. Encore une fois, je me suis trompé, car j’ai passé une excellente soirée en compagnie de gens, qui se sont éloignés, certes, mais qui restent encore très importants pour moi. J’espère que ce sera l’adage d’un été prometteur à venir. Je suis toujours plein d’espoir quand la saison estivale s’amène. Ça ne fonctionne pas toujours comme je le veux, mais ma nouvelle maxime est de faire le plus d’efforts possible pour en arriver à être heureux dans tous les domaines de ma vie.

Mon chum ne cesse de me rappeler que seuls le présent et l’avenir comptent. Je travaille encore à oublier le passé. Et je sais que dès que la drogue est en jeu, c’est ce passé qui revient me hanter ou m’exciter si facilement. La coupure est bien là, mais on a tous des moments de faiblesse. Il faut que je me dise que ces moments ne sont que passages, presque créés par ma faute.

La semaine passée, quelques jours après ma dernière entrée sur ce blogue, Facebook a une nouvelle fois banni ma publicité pour mon roman. Cette fois-ci, je ne peux même plus afficher la bande-annonce sur ma propre page personnelle. C’est ridicule, mais bon, c’était aussi le temps de prendre une décision logique par rapport à mon roman. Il a déjà plus d’une année sur le marché, je crois qu’il est temps de passer à autre chose. Il me reste une dizaine de copies. Je n’ai pas de doute, je les écoulerai facilement. Mais ce sera ensuite terminé. J’aurais bien voulu atteindre le chiffre magique de 1 000 exemplaires vendus. Mais je me contenterai de 850 copies, et avec le sourire.

Le temps passe, les projets du passé doivent s’effacer aussi pour laisser la place à d’autres objectifs.

Tristesse et frustration

manif

C’était la même chose en 2012, ça venait me chercher autant, et force est de constater que même trois années plus tard, je suis toujours en criss de ce que je lis sur les réseaux sociaux.

J’ai mal à ma société québécoise présentement. Je ne peux pas croire qu’on en soit rendu là. Quand je lis sur Facebook que les manifestants l’ont bien cherché, ça me fout en rogne. Je ne peux pas croire que les gens soient si simple d’esprit, qu’ils en arrivent à une telle conclusion, sans se souvenir de leur propre époque. Allumez gang! Des manifestations, il y en a toujours eu, et il y en aura toujours. Le seul changement, c’est que Charest a eu peur de la révolte des étudiants en 2012, et il a créé une loi de marde pour justifier les actes de violence des policiers. Et c’est tellement ironique; parce que les policiers sont autant contre les procédures du gouvernement que les étudiants. Si ce beau monde s’unissait au lieu d’obéir à des ordres d’un gouvernement libéral merdique… me semble que. Allumez, non?

Je n’arrive pas à croire qu’on puisse justifier le fait d’ouvrir le feu directement face à une foule (alors que la procédure pour séparer des manifestants est de tirer dans les airs ou au sol). Il faut être vraiment en manque de sensationnalisme et assumer son désir de violence intérieure pour poser un acte comme celui qui a été posé par l’agent qui a fait feu dans la face d’une manifestante étudiante. Même si elle était entourée de gars (c’est quoi ce raisonnement à la con là?).

Sérieusement, je trouve que le Québec fait de plus en plus pitié. Quand je lis des trucs comme « bien mérité » ou « elle avait juste à ne pas être là », ça me fout en rogne. Je ne veux pas faire d’amalgame facile, mais ce que je lis sur les réseaux sociaux, ça provient en grande partie des baby-boomers de 45 et plus. On voit qu’ils ont la mémoire courte. C’est vrai que c’est facile d’oublier quand on a tout eu pas cher et qu’on payait ses études à bas prix et sa maison 40 000$ max dans le temps. Ce manque de compassion m’attriste tellement. On juge les étudiants qui sont dans la rue en leur disant qu’ils ne savent même pas pourquoi ils y sont. Eh bien, laissez-moi vous dire que ça dépasse les frais de scolarité.

J’ai vécu en France. Savez-vous ce qu’ils faisaient les étudiants français? Ils empilaient des chaises jusqu’au plafond pour éviter tout passage d’étudiants dans l’école. That’s it! C’est à croire que les étudiants devraient devenir de plus en plus radicaux pour faire passer le message. Excusez-moi, mais ceux qui chialent le plus, ce ne sont pas eux, ce sont les vieux derrière leurs écrans. Et pourtant, ils ne comprennent pas qu’on se bat pour une cause qui assurerait des avantages à leurs petits-enfants. Je n’arrive pas à comprendre les « grands-parents » qui jugent les manifestations. N’avez-vous pas de petits-enfants? Ne pensez-vous pas à l’avenir de leur progéniture? Toute cette histoire qui se répète est désolante.

On aime tant notre individualisme. Dès qu’on est dérangé dans notre horaire, on chie sur ceux qui osent se lever de leur divan et aller manifester pour l’avenir de notre société. Lâchez TVA et la Voix pis ouvrez donc votre subjectivité un peu. Calice.

Leave Joël Legendre Alone!!!

legendre

Eh là, là, là, là. C’est à peu près ce qui est sorti de ma bouche hier, quand j’ai lu le grand titre du Journal de Montréal : « J’AI MENTI ». Je n’ai pas l’intention de revenir sur les diverses théories concernant une guerre de réseau où Monsieur Legendre serait une victime collatérale parce qu’il est passé de TVA à Radio-Canada. Je veux surtout m’attarder aux débilités que je lis sur les réseaux sociaux. Il faut que je pèse mes mots, parce que je suis à deux doigts de laisser échapper un « pauvre petit peuple québécois ». Et loin de moi l’envie de recevoir la pierre, en me faisant dire par quelques homophobes que c’est normal que je défende mes « frères ».

Sérieusement, qui suis-je pour juger? Et c’est un peu ce que chaque Québécois devrait se demander avant d’écrire une ligne sur Facebook. Je n’en reviens pas de cette propension à vouloir détruire l’autre, surtout quand un geste posé ne change, disons-le honnêtement, crissement rien à notre vie. Comme disait Simon-Olivier Fecteau, ça nous rend même le personnage un peu moins parfait, plus sympathique.

Et puis, si chaque Québécois se tournait pour observer de plus près son passé et ses folles années, je suis convaincu que plusieurs se reverraient dans les parcs, dans les champs, dans les boisés, dans les voitures, à faire bien plus que du necking. « Oui, mais il fait ça avec des inconnus!!!!! » de me répondre certains! Ma réflexion sur ce point; la petite amie de la St-Jean de 1999 qui t’a sucé dans les buissons, la connaissais-tu vraiment plus que ça? C’était peut-être l’amie d’une amie, mais je trouve que les gens ont la mémoire courte (ou veulent bien oublier leurs petites frasques). Le problème de Legendre? On ne lui a pas appris comment fonctionnait Grindr!

Je me rends compte qu’en plus d’être un peuple de chialeurs, on s’offense vraiment pour des babioles, et qu’est-ce qui en résulte? Une permission. Une pseudo-permission; car soudain des homophobes se sentent à l’aise de critiquer les gais et de faire des amalgames vraiment déplacés. Non, ce n’est pas parce qu’il s’est touché dans un parc qu’il aurait violé un enfant ou qu’il se serait exhibé volontairement devant lui. Il n’est peut-être pas futé d’avoir choisi un lieu de ce genre à 14 heures de l’après-midi, il a joué gros et s’est fait prendre (sans jeu de mots)! Et, je ne cautionne pas les branlettes en plein air, mais mon dieu, arrêtez de jouer les offensés pour si peu.

Si vous voulez vraiment être offensés, lisez mon livre à la place, c’est bien plus croustillant qu’une branlette dans un parc! Mais moi, évidemment, je n’ai jamais prétendu vivre un bonheur parfait et être blanc comme neige 🙂

Parlant de mes romans, c’est fait; Archambault vient de recevoir une nouvelle arrivée de la version de poche. Ça se passe ici pour acheter votre exemplaire! Vous pouvez encore trouver la version originale chez Renaud-Bray.

Entrevue et extrait exclusif du roman Peut-être jamais sur La Cité!

pej_mini_blanc



Je vous invite à lire l’entrevue que j’ai accordée à La Cité, un site interactif qui s’intéresse à la bisexualité, mais aussi à la sexualité et à l’identité. Je vous invite également à lire un extrait exclusif du roman Peut-être jamais, soit les pages 61 à 69. Bonne lecture! 


 

cite

Tournage de Peut-être jamais.

 

Bande-annonce [REMIX] du roman Peut-être jamais de Maxime Collins from M2014 on Vimeo.

Le 1er et 2 février 2014 avait lieu le tournage de la bande-annonce de Peut-être jamais. Il vous est encore possible d’acheter votre exemplaire papier en utilisant PayPal à la droite de l’écran, en vous rendant sur www.maximecollins.com, en le commandant sur Amazon (Canada/Europe) ou en visitant Renaud-Bray. Vous pouvez également vous procurez une copie numérique sur Amazon, Kobo, Fnac, iTunes ou directement ici.

 

Good morning!

quebecreads-1couleur

Je peux enfin en parler; «Peut-être jamais» fait sa première incursion dans le marché anglophone, et vous pouvez déjà lire un long extrait du roman traduit en anglais sur le site de QuébecReads ainsi qu’une critique (également en anglais) de David Warriner.

 

Ça sonne tellement bien, je trouve! Voilà une nouvelle aventure qui commence!

We spend our lives running away from something. Or from each other. It’s inevitable. We’re living proof of that. Here. Now. I want to think about something else, but I just can’t shake this sense of unease. We’re already somewhere else, far from conflict. And we’re acting as if nothing is wrong. [read the full excerpt]

 

Mes coups de cœur et mes déceptions de l’automne télévisuel 2014

tele3

Déjà la mi-saison télévisuelle qui se profile. Avec la température extérieure, on a parfois de la difficulté à se souvenir qu’on a déjà passé la mi-octobre. Qu’est-ce qui m’a intéressé cet automne en télévision, et qu’est-ce qui m’a déçu? Voici mon analyse des émissions que j’écoute ou que j’ai écoutées. Un constat simple; j’écoute beaucoup trop de télé (mais rarement en direct).

LE CLASSIQUE

Je parle de classique, mais pour moi, malgré ses cinq saisons, la sixième saison de The Good Wife reste encore du bonbon et agrémente mes dimanches soirs. J’ai écouté la série en rafale, et je trouve que c’est de la cruauté que de devoir me contenter d’un épisode par semaine. Retrouver Alicia Florrick (Julianna Margulies), c’est comme retrouver une bonne amie, celle dont on ne se lasse jamais d’entendre les histoires rocambolesques. Les quelques premiers épisodes de la saison étaient un peu plus lents, mais le tout a repris son envol avec l’épisode de dimanche dernier. S’il y a une série intelligente américaine à regarder, c’est bel et bien celle-ci.


 

LES ÉMISSIONS RÉCONFORTS

Plusieurs émissions réconforts sont de retour cette année. Quand je parle de ce type d’émission, j’inclus souvent les sitcoms et les comédies légères. Je pense à The Big Bang Theory, Modern family, American Dad, The Simpsons… Par contre, je dois avouer avoir perdu un intérêt complet envers la sitcom New Girl (depuis la 3e saison en fait. On pourrait résumer le tout par une série où le but est de crier plus fort que l’autre. Blahhh) Même chose avec une autre émission criarde: Hell’s kitcheen. Concept surutilisé qui commence à tourner sérieusement en rond. Ça se remarque en voyant que Ramsays tente de se diversifier avec d’autres types d’émissions.

Une autre émission réconfort que je regarde religieusement (mon côté gai sûrement), c’est Project runway. Chaque année, je me dis que ce ne sera pas aussi bon que l’année précédente, mais je finis par rester scotché à l’écran et j’écoute la saison au complet. En plus, cette année, on a eu droit à beaucoup de drama avec cette chère Korina, du vrai bonbon pour la télé!

Saturday Night Live m’amuse toujours autant même si le casting devient de plus en plus nouveau. On s’ennuie vite des vieux de la vieille (mais ça, c’est surtout signe que je vieillis). Ça faisait du bien de revoir Stefon la semaine dernière, mais sans Seth Meyers, on dirait que ce n’était pas tout à fait pareil.

D’ailleurs, au Québec, j’ai aussi deux émissions réconforts, soit Les Parent (on ne se tanne pas, de voir le beau Joey je veux dire haha) et bien sûr C’est juste de la TV, avec sa nouvelle mouture (oui, j’ai même appris à aimer Jean-Michel Dufaux, même si je trouve qu’il coupe encore un peu trop la parole aux autres; d’ailleurs, Dave Ouellet est devenu moins patient cette saison-ci.) Et ce que j’aime de C’est juste de la TV, c’est que l’équipe n’échappe pas à ses propres règles, et elle n’a pas peur de se mettre elle-même au réparateur, comme lors de ce fameux Quiz long et chiant d’il y a quelques semaines. Il en valait pourtant la peine simplement pour avoir ce moment de télé avec Marie-Soleil Michon qui laisse tomber tellement elle ne comprend plus le pointage (sa désinvolture était simplement parfaite). Je n’ai pas trouvé l’extrait en HD, mais voici un extrait de ce gros n’importe quoi!

On serait plusieurs à avoir fait part de nos commentaires négatifs sur le Twitter de l’émission. Gageons que ce Quiz ne reviendra pas (j’espère bien en tout cas!)

 

NOUVEAUTÉS

Au niveau des nouveautés américaines, c’est définitivement How to get away with murder qui m’a conquis cet automne. C’est joué gros, c’est parfois caricatural, il y a même certaines incohérences, mais c’est ce qu’on appelle du bon divertissement. Et ça passe vite vite vite. Je sais, on n’y croit pas pour deux secondes qu’un prof peut amener ses élèves sur une scène de crime ou qu’un délateur peut être libéré le jour de même alors que le procès n’est même pas terminé, mais ça n’enlève rien au plaisir. Et que dire des scènes plus chaudes entre Connor et des garçons! Non, je ne regarde pas juste pour ça, mais je ne peux m’empêcher de trouver le traitement de l’homosexualité bien fait, même si c’est un peu twisted. Ça me rappelle ce que j’ai pu écrire parfois! Gâtons-nous et regardons-en une!

 

Au niveau du Québec, ma série coup de cœur est définitivement Au secours de Béatrice. Et pourtant, je hais les séries qui ont pour décor un hôpital. Mais ici, le terme est exactement parfait: l’hôpital joue un décor, à peine un peu plus par moment. Le ton et le jeu des acteurs: parfaits et égaux. Que dire de Sophie Lorain; on se plaît à la revoir enfin au petit écran. Et j’ai de la difficulté à m’expliquer pourquoi, mais dans cette série, Gabriel Sabourin rayonne de sex appeal! C’est un acteur que j’ai toujours respecté, et je dois dire qu’ici, il est chaud. Et je m’étonne moi-même de le penser!

Bon, il paraît que certains ont grincé des dents en voyant la manière dont le psy pouvait se comporter durant la saison. Je comprends l’image faussée que cela pourrait donner, mais il faut se rappeler qu’on peut s’en permettre un peu plus en télé, donc je passe par-dessus ça pour le moment.

C’est un peu drôle que cette année, deux séries avec deux personnages féminins forts de ma jeunesse prennent le contrôle de notre téléviseur québécois. En effet, je parle de Sophie Lorain, mais je lance également un clin d’œil à Macha Grenon, qui revient aussi à l’écran après un long moment. En 1995, il s’agissait de mes deux actrices préférées dans la télésérie Scoop!

lorainmacha

Mais je dois faire un aveu, je n’ai pas accroché à la série de Macha Grenon, Nouvelle adresse. J’ai écouté deux, trois épisodes, et je ne sais pas, le déclic ne se fait pas. Peut-être que le sujet est trop loin de moi, car je ne connais encore personne dans mon entourage atteint d’un cancer. Ou du moins, personne très près de moi. Si on me demandait de choisir entre Sophie et Macha, c’est clairement Au secours de Béatrice qui gagnerait le pari. Et il en fallait beaucoup pour me faire revenir vers TVA!

 

LES DÉCEPTIONS

Ça arrive, même dans les meilleures séries télé; parfois, on étire la sauce et une série devient un gros n’importe quoi. Parfois, la série continue tellement longtemps qu’elle semble détonner avec la réalité dans laquelle elle a lieu. C’est dommage de cesser d’écouter ou d’écouter avec difficulté une série que l’on a jadis tant aimée.

C’est un peu ce qui se produit avec Toute la vérité cette saison. D’ailleurs, on a annoncé qu’il s’agissait de la dernière saison. Je pense qu’il était temps que ça se termine. Tous les acteurs ou presque sont déjà ailleurs, occupés par d’autres projets plus nouveaux. Le traitement fait au personnage de Patrice Robitaille (suicide ou non) n’était pas des plus subtils. Mon avis reste que l’acteur était trop en demande ailleurs et qu’il n’avait plus d’heures de tournage à offrir. Je me trompe peut-être, mais c’est un peu l’impression que j’ai de cette nouvelle saison. Ça joue sur le pilote automatique, sachant que de toute façon ça ne revient pas. Tout ça me semble soudainement manquer de profondeur.

Les Enfants de la télé ne me parle plus autant qu’avant non plus. Oui, les animateurs sont différents, le concept est le même, etc. Mais je ne sais pas si c’est ce qui cause mon désintérêt. Je suis plutôt là à hausser les épaules; si j’y pense, je l’écoute, sinon, ce n’est pas plus grave que ça.

Et non, je ne vous parlerai d’aucune émission de chansons ou de danse, car je hais ce type d’émission. Je n’en reviens pas encore que Gregory Charles a su réussir à obtenir une 2e saison du Choc des générations en ces temps de coupures à Radio-Canada! Même chose pour Un Air de famille, ou l’autre émission de TVA avec le gars des Grandes Gueules. Mais bon, je pourrais aller plus loin en disant que je hais Glee autant que toutes les comédies musicales, je vais donc me taire avant de me faire des ennemis farouches haha!

Je ne parlerai pas de Tout le monde en parle, simplement parce que c’est la même rengaine année après année. Ça manque de croustillant et de punch, mais voyez ce que ça donne quand Dany Turcotte essaie de faire une blague un peu plus salée; les matantes s’enflamment sur les réseaux sociaux et ça part en vrille. Je comprends un peu mieux pourquoi l’émission est si sage, mais je continue à croire que c’est pourtant le rôle de cette émission du dimanche que de ne pas être complaisante. Quand on dit qu’il se passe plus de débats au 125, rue Marie-Anne, dans l’émission de Christiane Charette (que j’adore), ça veut tout dire!
 

UN POUCE EN BAS POUR CBS

Je n’arrive pas à croire que CBS ait annulé la sitcom Friends with better lives. C’est une grave erreur à mon avis, car ça aurait très bien pu devenir une excellente sitcom une fois bien rôdé. Les premiers épisodes devaient évidemment mettre les personnages en place, mais la série devenait de mieux en mieux à chaque épisode. Et quelle joie de retrouver le ptit Dawson! Peut-être que le réseau trouvait que ça tournait trop autour de blagues sexuelles? Je ne sais pas, mais il faudrait bien qu’un autre réseau reprenne la série; je continue à croire qu’elle en vaut la peine.

Ceux qui ont aimé Friends devraient s’y plaire.

 

Bref, voilà encore une saison télé fort occupée, avec ses hauts et ses bas, comme à l’habitude. Maintenant, je sais ce que vous vous dites: lâche la tv pis va jouer dehors! 
 
Ok, Ok!

Critique : Tomorrow’s Modern Boxes – Thom Yorke

Tomorrows-Modern-Boxes

Ce n’est plus une surprise pour beaucoup de gens; presque tout le monde est au courant que Thom Yorke a sorti un nouvel album solo vendredi dernier.

Je me suis laissé quelques jours pour mieux faire mijoter le tout avant de balancer une critique sur laquelle je voudrais revenir plus tard. Maintenant, après plusieurs écoutes, me voilà convaincu: Thom Yorke a livré un effort qui présente somme toute quelques intérêts, mais qui ne révolutionnera pas son statut de bidouilleur.

Je vais tout de suite l’avouer, je préfère Yorke avec Radiohead que le Yorke électro. Attention, je ne dis pas que tout est mauvais quand il est seul. The Eraser était un excellent album. Et même sur la toile, j’ai lu plusieurs opinions qui disaient préférer ce nouvel album à ce qu’il a livré avec Atoms for Peace. Sur ce côté, je ne suis pas d’accord, et voici ce que j’en pense.

Tomorrow’s Modern Boxes n’est pas un mauvais album, il contient quelques titres intéressants, mais sur 8 chansons, je n’en apprécie que la moitié. C’est un score qui me fait penser à l’album The king of Limbs. En effet, le dernier disque de Radiohead (encore 8 morceaux! On s’ennuie des longues tracklists de 14 chansons de la période Hail to the thief!) n’était réussi qu’à demi.

Le problème avec Yorke, c’est que son travail en solo reste un travail solitaire assez hermétique. Il y a bien Nigel, mais je serais curieux d’entendre un album de collaborations entre Yorke et d’autres musiciens. Ce qui reflète un peu mon état d’esprit à l’écoute de ce dernier disque: je trouve qu’il manque d’envolées et de punch. C’est trop calme, un peu plat, et l’émotion vient rarement.

Je ne déteste pas ça, j’aime aussi la musique calme et relax, mais ce genre de downtempo (parfait pour l’automne, j’en conviens) finit par me lasser rapidement. Sur une courte galette de 8 pièces, l’effet se fait ressentir encore plus vite.

A Brain in a bottle annonce tout de suite le portrait de ce qui suivra. La voix de Thom Yorke joue à cache-cache, parfois derrière une beatbox, parfois à l’avant-plan. C’est agréable, il n’y a pas de doute, mais on doit reconnaître que la force vocale du chanteur n’est plus ce qu’elle était. Ou alors Yorke n’avait pas envie de grandes envolées. C’est peut-être un choix esthétique. L’impression qui s’en dégage, c’est que tout cela est bien gentil, mais en comparaison à The Eraser, où les morceaux me semblaient mieux construits, ici, tout me semble tourner en boucle. Boucles de voix, boucles de synthé, boucles de piano, boucles de beatbox et quelques effets électro discrets.

Ça fonctionne bien sur la chanson Guess Again! Mais on dirait presqu’un remix de Pyramid song. Heureusement, il y a bien une petite perle et je dirais même que l’oeuvre de ce disque ne réside qu’en une seule pièce: The Mother Lode. Même si on joue encore dans la répétition et les boucles, la voix de Yorke prend enfin son rôle au sérieux et occupe toute la place en tant qu’instrument. Les deux dernières minutes représentent ce qu’il y a de plus émotif, à mon avis, sur ce nouvel album solo.

J’aime bien la mélancolie de Trust Ray également. Mais je dois avouer que les dernières chansons me laissent de glace (jeu de mots plate à propos du titre de la pièce There Is No Ice (For My Drink)!) Je ne sais pas, après 5 morceaux dans un même genre, je trouve que l’album manque de substance et se répète. Pink section me donne une impression de remplissage. Peut-être que mon avis va évoluer avec le temps, mais pour moi, l’album d’Atoms for peace reste supérieur à cet album solo. Je sais que plusieurs me contrediront, mais c’est ma conclusion.

Maintenant, il ne reste qu’à espérer que Yorke se soit vidé l’âme en solo, mais surtout qu’il sera d’attaque pour le nouvel enregistrement de l’album de Radiohead. Les gars sont en studio depuis début septembre. On verra bien combien de temps ça va leur prendre avant de balancer un nouvel album sur la toile, méthode qui semble avoir gagné le cœur du groupe.

 

Coming out, saison 2

comingout
coming out
 

Mercredi dernier, c’était le lancement de la deuxième saison de Coming out, la série web réalisée par Mathieu Blanchard.

Je ne m’en cacherai pas, j’avais bien aimé la première saison de Coming out, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle j’avais demandé à Mathieu Blanchard de réaliser la bande-annonce de mon roman Peut-être jamais.

Le 25 septembre dernier, Mathieu Blanchard nous présentait la suite de sa série, à la façon Netflix, soit en balançant les 12 épisodes d’un seul coup. Vous pouvez donc voir toute la deuxième saison sur le site EnVedette.ca. C’est un choix volontaire de la part du réalisateur (et je lui avais fait part de mes appréhensions, mais je respecte sa décision). En fait, comme les épisodes durent entre 9 et 12 minutes, on pourrait dire qu’on se « gave » de la saison d’une seule traite, peut-être un peu trop rapidement pour prendre un certain recul.

En deux heures à peine, j’ai donc dévoré les 12 épisodes de cette nouvelle saison. Encore aujourd’hui, j’aurais préféré en avoir deux ou trois épisodes par semaine, simplement pour ne pas tout regarder comme un boulimique.

Dans ces nouveaux épisodes, la première chose qui nous frappe, c’est le changement de perception du personnage central (Mat). Lors de la première saison, on sentait le personnage principal beaucoup plus antipathique. On commençait donc à l’apprécier vers la fin de la saison, parce qu’il devenait de plus en plus fragile, ou plutôt parce qu’on s’était attaché à son côté un peu snob, voire diva.

La deuxième saison nous ramène un Mat plus calme, moins dans la confrontation et plus dans l’acceptation de ce que lui apporte la vie. Avec son retour, on retrouve ses démons, mais surtout cette relation ambiguë avec Ian, cet homme qu’il a (et aura toujours, nostalgiquement parlant) dans la peau. Et c’est là que Mathieu Blanchard excelle le plus; en nous présentant la vie à l’écran, car c’est souvent ce qui se produit dans certaines relations entre hommes; la passion avant l’amour, la sexualité avant la relation humaine.

Pour Mat, tout se mélange dans sa tête, et cette attirance est toujours présente pour l’amour du passé. Au fil des épisodes, il saura mieux comment définir cette relation particulière.

J’ai trouvé que cette saison était beaucoup plus sombre que la première, surtout dans les six premiers épisodes. Et, vous savez comme j’aime le drame! C’est donc quelque chose qui est venu me chercher plus personnellement, me faisant réfléchir à mon ex et à toutes ces histoires d’amour qui font du bien au début, avant de faire mal par la suite (mais, au final, on en redemanderait encore et encore)!

La seule chose qui m’aura irrité dans cette saison, c’est surtout un goût personnel, mais c’est au niveau de la musique francophone à la fin de certains épisodes. J’ai trouvé que la musique ne servait qu’à souligner les événements qui venaient de se produire peu avant. J’ai trouvé que ce n’était pas nécessaire d’appuyer pour faire comprendre l’épisode au spectateur. Mais c’est un avis très personnel, sachant que j’ai beaucoup de difficulté avec la musique francophone. Heureusement, la plupart du temps, les épisodes se terminent avec une musique sans voix, mais quand la voix y est et nous décrit étrangement la scène qui vient de se produire, ça casse mon moment de réflexion.

Outre ce petit détail, c’est une très bonne série, qui nous présente des personnages bien incarnés, pas surjoués. On joue dans la simplicité, sans forcer la note, et je crois que c’est vers cette orientation que devrait se diriger Mathieu Blanchard pour ses prochains projets.

En conclusion, on s’éloigne un peu du titre de la série, car l’évolution de la série suit l’évolution de la vie, et maintenant, le coming-out semble fait pour tous les personnages, indice qu’il est peut-être plus simple de sortir du placard en 2014 qu’il y a quelques années, mais peu importe, je crois que ce genre de série est très importante pour montrer des exemples aux plus jeunes, pour leur faire comprendre que ce n’est pas la fin du monde, et que tout finit par mieux aller. C’est d’ailleurs un peu ce que je voulais exprimer dans mon propre roman.

Une deuxième saison bien réussie! On se demande même s’il y en aura une troisième.

Vos commentaires!

Aujourd’hui, j’ai reçu un xième commentaire à propos de mon roman Peut-être jamais. Ça m’a donné le goût de présenter les commentaires reçus sur Facebook. La plupart sont très bien! Mais il y a toujours des cons dans la vie…

Le commentaire qui m’a fait penser à écrire ce topic vient de Eddy, qui m’écrit ceci:

Je vous envoie un Mail pour vous remercier pour ce roman, qui est riche en émotion, qui arrive à associer la sexualité et l’amour sans problème ! C’est un des meilleurs romans que j’ai eu l’occasion de lire. En regardant la bande-annonce la première fois, Je m’étais dit que c’était un livre un peu basé que sur le  » sexe « . J’ai acheté le livre et je l’ai lu en 2 jours ! Puis j’ai regardé la bande-annonce une deuxième fois. Vous avez réussi à faire la bande-annonce parfaite, avec du suspense, et qui donne envie de regarder! Encore une fois, merci pour ce roman et bravo pour avoir fait un roman aussi touchant !

Des commentaires de ce genre, j’en ai reçu des centaines, et j’en suis très reconnaissant! En voici d’autres, venant de Facebook!

1 2 3

 

Évidemment, il y a toujours des connards dans la vie qui ne vivent pas en 2014. Même si j’essaie de calmer mes propos, c’est difficile de ne pas répondre en les envoyant chier!

4

Bref, parlez s’en en mal ou en bien, mais parlez s’en à ce qu’on dit! Ce qui me dépasse, c’est qu’encore des gens parlent de la religion pour justifier leurs propos homophobes. Quelle tristesse! Mais je n’en ai rien à foutre!

Il me reste 10 copies à vendre! C’est fou! Je ne pensais pas que le roman allait s’avérer un si grand succès!

Aussi; beaucoup de gens me demandent si j’ai écris d’autres romans. Bien sûr! Pour ceux qui ont adoré Peut-être jamais, je leur suggère d’acheter le roman précédent (soit l’adolescence de Gabriel, qui se nomme Alexandre, dans le roman Pile ou Face!). Vous pouvez obtenir tous les détails de mes romans (et les commander) ici en version papier ou ici en version numérique.

 

Best Sellers chez Amazon.ca

amazonBSell

Encore d’excellentes nouvelles. Cette fois-ci, le roman Peut-être jamais (version numérique) se retrouve #2 des ventes d’Amazon.ca

Le plus surprenant est la suite; car ce qui vient au #3 est bel et bien un autre livre de moi, mon premier roman écrit à 17 ans, Pile ou Face, duquel ce blogue porte encore son nom (ou vice-versa!).

Je me questionnais justement sur la pertinence de remettre mes vieux bouquins en vente; je me questionne parfois encore. Il est évident que mon écriture de 17 ans vs mon écriture d’aujourd’hui est complètement différente. Il faut que les lecteurs en soient conscients. Je relis rarement mes romans, car je n’aime pas cette automatisme que de vouloir corriger ses phrases 10 ans plus tard. Nous sommes déjà des éternels insatisfaits, même quand vient le temps de déposer un roman. Imaginez après tant d’années.

Pour l’instant, les romans (les 6) sont en ventes sur Amazon et bientôt sur kobo. Il faut le voir comme une sorte d’analyse, de progression ou d’étapes pour arriver à la finalité du dernier roman publié, je suppose. Mais bon, je ne sais même pas pourquoi je me défends; à ce jour, le roman Pile ou Face reste encore celui qui aura provoqué le plus de réactions.

Si vous souhaitez une copie papier dédicacée de mon petit dernier, ne perdez plus trop de temps!

Coopsco

photoscoQuelle belle initiative que ces cartons style sms à la librairie Coopsco de Sainte-Foy!

Comme je le mentionnais il y a quelques jours, le livre a fait son entrée dans la chaîne Coopsco, d’abord à Sainte-Foy, puis à l’École Supérieur de Technologie à Montréal (Coop-ETS). Si vous faites affaire avec une autre Coopsco, il vous sera également possible de faire venir le roman, il suffit de le demander à votre libraire.

J’encourage donc tous mes lecteurs résidents à Sainte-Foy ou de passage dans le coin à faire un arrêt à la Coopsco Sainte-Foy! Les membres obtiennent d’ailleurs un rabais sur le livre.

élipse,noir,blogue

Vous pouvez également vérifier la disponibilité du roman dans les Coopsco de la province sur le site principal de la chaîne (mise à jour aux 24 heures).

Bonne nouvelle! Archambault a renouvelé sa commande de livres. Vous pouvez acheter Peut-être jamais directement au magasin de Berri, ou encore vous présenter dans tout Archambault pour l’obtenir en commande. Il est également possible de l’acheter sur le site Internet d’Archambault, mais rendu là, aussi bien passer par moi et recevoir un livre signé à la main!

Avez-vous le sentiment qu’on va y arriver? Moi je l’ai presque! Bientôt le chiffre magique de 500 exemplaires écoulés. Chaque jour, je me rappelle que vendre son roman, c’est se vendre soi-même aussi. Je sais qu’on ne peut plus dissocier l’auteur de son livre, car il devient son propre moteur marketing. Théoriser sur le sujet est intéressant. Le vivre comme ce qui se passe présentement n’est pas toujours facile à gérer. Trouver une certaine ligne entre trop se vendre et ne pas assez oser devient un jeu d’essais-erreurs. Je crois tout de même qu’il est normal de tenter par tous les moyens de faire connaître son produit, car oui; le livre est aussi un produit, qu’il soit doté d’un aura culturel/littéraire/intellectuel, on ne peut pas se le cacher, c’est d’abord et avant tout une transaction. Je te raconte une histoire, je t’accompagne, je te fais réfléchir, je te fais peut-être même bander; et tout ça pour 19,95$? Marketing ou pas, c’est un bon deal!

 

Superbe critique de Livresquement boulimique + Club de lecture du mois de juin

livresquement

C’est avec beaucoup de bonheur que j’accueille cette excellente critique du site Livresquement boulimique. Ça fait chaud au cœur de lire d’aussi bons mots. En prime, le roman Peut-être jamais sera le livre du mois de juin du Club de lecture du même nom. N’hésitez pas à aller y écrire votre appréciation (ou si vous avez détesté hehe).

Extrait:

«L’histoire est complète, toute en rondeur – c’est ainsi que je réfère aux histoires où rien ne manque –, mais qui n’est pas lisse. Elle est chargée des hauts et des bas – plutôt des bas – de la vie affective de Gab. L’auteur ne ménage pas le lecteur dans cette mise à nu. Il dit les choses telles qu’elles sont. Il ne cache rien. Ça nous confronte parfois, avoir la vérité en face nous bouscule. Il y a des passages qui révolteront le lecteur. Est-ce que cela heurtera ses valeurs? Peut-être. À mon avis, c’est nécessaire.»

Pour lire la critique complète, cliquez ici.