Human Being

Fac c'est ça. On est rendu là. On a joué, on a aimé, on a tripé, la folie est arrivée, mais ça ne peut pas toujours durer. Mon été est un formidable été où je rencontre, où je jase, où je me dis qu'un jour, je........... Toujours cette façon de dire que dans peu de temps, on se reprendra en main. Belle bullshit. Hier, je me suis tapé "Human Being" du nouveau Cat Power, sous la pluie. Carrément. Panne d'électricité. Je me suis déshabillé, je suis allé sur mon balcon, et je me suis fait fouetter par la pluie. La meilleure liberté qui soit. Ça m'a rappelé 2010, quand mon ex quittait mon appartement et que je me prenais une coloc. Mais on s'en fou. Ben oui, on s'en fou, je parle pu de mon ex ici, anyway. Je me suis quand même rendu compte qu'une bonne douche sous la pluie, ça réveille les sens.

Il faut que je me trouve une date. Je sais je sais, ça fait du style: "je repousse tout le temps ma vie dans un deadline", mais c'est ça pareil, une belle grosse date que j'encercle, un tout pour le tout, un truc du genre: it's stop right now or it's hell.

Toutes ces erreurs que l'on fait dans sa vie... Ce soir, j'ai engueulé une amie. Intensément. Elle était saoul devant son nouveau mec. Et elle est comme moi, pas capable de surveiller ses extrêmes. J'ai eu l'impression de la "slappé" dans face, comme si c'était la mienne. Poche. Poche parce que je ne sais pas si quelqu'un serait capable de me taper autant. J'ai quand même été fier de moi; capable de dire exactement ce qui est bon, ce qu'il ne faut pas faire quand on aime quelqu'un. Ah l'amour... Passer de déchet à homme aimé. C'est comme si c'était une montagne, et les amis ont beau dire que je peux faire tout ce que je veux, que je peux être qui je veux, etc. C'est difficile à rentrer dans ma tête après tout ce temps.

Eh puis, je me suis réservé pour un mec. Ouaip. J'ai niaisé pas mal, mais j'ai fait un premier choix. Félicitez-moi stp ! lol

Je ne sais pas ce que ça va donner. Mon cul est à lui. That's it. Pour combien de temps ? Je ne peux répondre. Mais c'est ça que je veux vivre. Me sentir posséder jusqu'à en souffrir, à en perdre conscience. Parce que ma conscience est de plus en plus loin. Je m'éloigne de tout ce que je suis, de tout ce que j'étais, de tous les buts que j'avais. Et au final, je peux juste me dire honnêtement; I don't give a fuck. Quand on est rendu là, on peut juste se poser sur une date, se dire que le turn around est là. Et que si on ne tourne pas, on tournera jamais.

En fait, je ne me suis jamais autant "calicé" de la vie. Et j'ai beau tenter de me sentir coupable, rien n'y fait. Je pourrais tout réaliser dans ma vie, mais je n'ai aucun goût de faire, de créer, de vivre. C'est un peu spécial d'être autant sur le pilote automatique. Je suis perdu, mais en même temps, je suis ancré dans ma vie. Avec les habitudes (que je dois détruire), avec la routine (que je dois tuer) et avec tout ce qui vient avec. Vais-je réussir ce but avant mes 30 ans ? Aucune idée. Sérieusement. Aucune idée. Pour l'instant, pas de pression. Je fais ce que j'ai envie. Je me réapproprie ma vie. Mon artifice, ma superficialité. Mistakes.

Connexion



Qui est en ligne ?
Nous avons 18 invités en ligne