Radiohead - The King of Limbs (official review)

Radiohead aime beaucoup créer l’événement, et lors de la sortie de « In rainbow », on l’avait bien remarqué avec leur concept « Payez ce que vous voulez ». Cette fois-ci, un prix fixe est demandé pour l’album « The King of Limbs », et toutes sortes d’options peuvent s’ajouter pour les fanatiques (fanatiques dont je ne fais plus partie ! J’aime bien le groupe encore, mais ce n’est pas demain la veille que je voyagerais jusqu’à Oxford pour aller les voir en concert comme j’avais fait en 2001 !)

Alors, on a su que Radiohead allait nous offrir un nouveau disque le 14 février dernier (un petit cadeau de St-Valentin quoi !). L’album était dû pour sortir le 19 février en version téléchargement, mais finalement, le groupe a devancé la sortie d’une journée. J’ai envie de présager deux choses. Je sens que tout n’a pas été dit avec ces 8 titres (j’y reviendrai).

Alors, allons-y comme dans le bon vieux temps; soit une critique track by track.


01. Bloom

L’ouverture de l’album commence avec quelques notes de piano, puis s’amorce un free jazz électronique et on se demande où l’on s’en va avec tout ça. C’est souvent ce qu’on va se demander à l’écoute de ce nouveau disque. Première constatation; les sonorités ressemblent dangereusement à l’album solo The Eraser de Thom Yorke. On ne sent pas vraiment le groupe derrière le chanteur. Et c’est un peu inquiétant : est-ce que monsieur Yorke aurait décidé tout tout tout dans l’écriture de ce disque ? Outre la basse de Colin, on cherche la présence des autres membres avant un peu d’insécurité. Toutefois, la chanson « Bloom » n’est pas mauvaise, mais on conviendra que c’est du déjà entendu; des expérimentations que Yorke avait très bien maîtrisées sur The Eraser justement.

Un thème récurrent qui reviendra souvent dans cet album : la nature. Bruits d’oiseaux, de clairière, d’eau, de forêt, etc. Le mélange se fait bien avec l’électro un peu « gras » qui marient les diverses couches d’instruments et de sons organiques. La voix de Thom ? Elle passe bien, un peu trop dans les aigus par moment, mais plutôt clair (sur cette pièce !)


02. Morning Mr Magpie

La chanson « Bloom » s’achève et le « beat » revient un peu plus saccadé; Thom Yorke prend un petit regain d’énergie, on entend Greenwood qui gratouille. J’ai quelques difficultés avec la mélodie du début et je préfère beaucoup mieux le milieu de la chanson, où Thom souffle un filet d'air qui est mixée avec différentes couches de sa voix trafiquée. Les paroles ne me touchent pas vraiment plus qu’il ne le faut, cependant.

 

03. Little by little

Encore le chant des oiseaux pour le passage vers cette chanson. Premier titre qui accroche légèrement plus, car on y retrouve une légère touche du groupe. Ici, on se dit : c’est Radiohead. La réflexion que je me suis faite : « On dirait que la plupart des pièces sont des variations de la chanson « In limbo » du disque « Kid A ». Ces jeux d’arpèges de guitares qui confrontent les sons électroniques me font penser à ça. Ici, la voix de Thom Yorke est suave et pour le dire d’une façon plus familiale : « Ça fait la job. On entre dedans. »

 

04. Feral

Je sais qu’il y aura bien des gens qui ne seront pas d’accord avec moi, mais personnellement, j’aime beaucoup cette pièce. Elle me rappelle la période « Amnesiac » et ses B-sides expérimentaux. Il y a du collage sur cette chanson, et à la première écoute, ça surprend. On n’est pas trop sûr si on aime cela ou non. On dirait que c’est fait « exprès » pour agacer l’auditeur, mais de mon côté, après quelques écoutes, c’est une des mes chansons favorites.

 

05. Lotus Flower

Au départ, je dois avouer que cette chanson me laissait froid. Mais au fil des écoutes, c’est l’une des pièces qui se distinguent le plus du lot. C’est peut-être son emplacement qui la fait sonner un peu redondante (on dirait que le début de la chanson reprend exactement la ligne mélodique de Feral). Premier « simple » officiel, l’auditeur qui connaissait Radiohead avec Ok Computer ne sera pas du tout impressionné. En fait, même les fans avec qui j’ai discuté sont mitigés. Le problème, c’est que la pièce est trop « gentille ». Elle représente très bien l’album. Les idées sont là, les lignes mélodiques se découvrent peu à peu après les écoutes répétées, mais au final, on sent que tout ce qu’on entend a déjà été fait sur The Eraser.

Reste que la ligne de basse et les arrangements de Lotus Flower sont excellents. Au final, c’est un peu un album sur lequel fumer un joint ne serait pas de refus. On sent le travail derrière chaque choix de son. Et s’il y a un reproche à faire, c’est peut-être justement qu’à force de travailler une pièce, on perd son essence et sa sensibilité. Oui, voilà. C’est du Radiohead, mais du Radiohead qui ne vient pas chercher de fortes émotions en moi.

 

06. Codex

Et voilà que Codex se pointe. La petite sœur de « Videotape » peut-être ? Qu’importe ! Ici, le piano est accompagné d’une ligne électronique très discrète, et un peu à la façon de la vieille version de « True love waits », ça fonctionne très bien. Les paroles sont aussi très très intéressantes. Ici, la voix de Thom Yorke vient me toucher; elle est simple, dépouillée et elle transmet quelque chose que je ne retrouve pas sur les autres pièces de cet album. Pour moi, c’est définitivement la pièce parfaite à écouter après une rupture de couple. No one gets hurt. On sait tous que c’est un mensonge. Et quand Thom parle de cette eau tranquille qui est innocente, on sent très bien qu’elle cache quelque chose de dangereux et de douloureux.

 

07. Give up the Ghost

Et c’est le retour de la forêt enchantée, pour une nouvelle transition. Pour cette chanson, je fais figure d’exception, car parait-il que c’est une pièce très appréciée des fans du groupe. Personnellement, elle ne m’intéresse tout simplement pas. La lenteur de la chanson m’énerve. C’est un peu la même chose que je ressentais sur « House of Cards ». Tant mieux si elle plaît aux autres, moi je passe tout droit !

 

08. Separator

Ça se termine déjà sur le dernier titre du disque. Un titre qui me semble plus spontané que les autres. Un univers qui rassemble un peu plus le groupe aux oreilles de l’auditeur. On dirait vraiment une pièce optimiste, et les paroles renferment peut-être une autre théorie qui commence déjà à circuler sur les forums. Le titre de la chanson (Separator), les paroles de celles-ci (And if you think this is over, then you’re wrong) et le fait que le jour du lancement de l’album ait été devancée d’une journée m’a fait réfléchir au concept d’un 2e album. Je ne pense pas que son annonce sera faite samedi (il faut bien digérer ces 8 premiers titres), mais je ne serais pas du tout surpris de lire une nouvelle annonce de Radiohead nous offrant un second disque de 8 titres également. Peut-être au mois de mai ? Pour la sortie physique du disque ? Ou peut-être que je suis complètement dans le champ et que The King of limbs est vraiment la seule galette que l’on aura. Mais bon, j’ose espérer que Radiohead a eu plus d’inspiration qu’un simple 8-tracks.

À suivre donc…

Mais en général, il s’agit d’un disque passable. Il ne surprend pas, il reprend des sonorités que Thom avait beaucoup pratiquées sur The Eraser et il est très (trop ?) homogène à mon goût. Pour ceux qui me disent que je juge trop vite, je tiens à préciser que j’ai écouté le disque de 9h le matin à 18h le soir. Non-stop. Je manque de recul, certes, mais ce n’est pas une seule écoute rapide qui me permet de le juger peut-être un peu sévèrement. En fait, quand je juge un nouvel album de Radiohead, je regarde toujours le précédent. Et je dois avouer qu’avec le recul, « In rainbow » me paraît excellent ! Je me rends compte que j’ai beaucoup sous-estimé ce disque de Radiohead, peut-être justement parce que l’idée de « payer ce qu’on veut » pour le disque me faisait penser que ce n’était qu’une collection de chansons parmi tant d’autres. Et pourtant, non. Si je devais comparer « In Rainbow » à « The King of limbs », je dirais que niveau émotion, c’est « In Rainbow » qui gagne haut la main. Outre « Codex » qui vient me chercher, les autres pièces sont de bonnes chansons, mais elles ne me touchent pas du tout.

Je remarque également qu’il est loin le temps où Radiohead faisait du « rock » ! Personnellement, ça ne me dérange pas, car j’ai des goûts musicaux assez variés, mais je dois avouer qu’un solo à la « Lucky » me manque souvent dans les nouvelles compositions du groupe. Radiohead serait-il le nouveau groupe de « chill-out » pour les fins de soirées ?

 

 

Vidéoclip de "Lotus Flower", premier extrait de "The King of Limbs"

 

Et vous ? Vous en pensez quoi ?

Commentaires (4)
Excellente ta critique Max!
1 Samedi, 26 Février 2011 16:45
Alix
Elle donne envie d'acheter l'album, ce que je fais illico :) Et tu as tout à fait raison pour ce qui est du glissement du rock hardcore vers le "chill-out", c'est peut-être pour ça que j'accroche bien plus aujourd'hui ;)
Critique spontanée et sincère
2 Mardi, 24 Mai 2011 22:09
Yassine
Merci pour cette critique vraiment très spontanée, animée de rien d'autre que le vrai ressenti d'un amateur de musique.
Personnellement je resterai à tout jamais fan du groupe de personnes qui compose ce groupe, et je ne pense pas, contrairement à toi, que Thom soit aussi égoïste que ça dans les nouveaux penchants de Radiohead.
Je préfère, peut-être naïvement, garder la forte impression que m'ont toujours données leurs paroles et leurs lives, celle de personnalités qui ne s'encombrent pas de ce qu'on pourrait penser de leur musique. Vous en connaissez beaucoup des groupes qui ne se rétractent jamais de leurs expérimentations, au risque de ne pas plaire aux fans habituels?
J'ai moi même été très étonné- pour ne pas dire déçu par rapport à certains titres- de la nouvelle tournure que prend leur musique, très loin des There there, lucky, Fade Out, et le chef-d'oeuvre que constitue pour moi Paranoïd Androïd, qui me manquent très honnêtement, mais je me laisse aller à écouter, à insister longuement jusqu'à saisir et apprécier. C'est évidemment plus laborieux mais je me plais à les suivre au bout de ce qu'ils essaient de faire, parce que je sais pertinemment qu'en agissant autrement je finirai par le regretter dans une dizaine d'années (j'ai 23 ans) lorsqu'ils cesseront peut-être de se produire (Il est évident que la voix de Thom commence déjà à s'essoufler quelque peu) et ça me fait peur d'y penser parce que je n'ai jamais eu l'occasion d'assister à un de leurs concerts, même pas à Rock en Seine à cause d'un imprévu de dernière minute...Enfin bref, je ne suis pas certain de savoir pourquoi j'ai pondu ce pavé, que je trouve de plus en plus indigeste au fur et à mesure que j'écris, mais y a pas de souci. Bonne continuation à votre blog.
Yassine
Marrakech-Maroc
:)
3 Mardi, 24 Mai 2011 22:17
Yassine
Désolé pour le mélange tu/vous, pas très sérieux tout ça...
À Yassine
4 Jeudi, 09 Juin 2011 18:37
Maxime Collins
Bonjour Yassine,

désolé pour le délai, je n'avais pas remarqué ton commentaire.

Je te dirais qu'après plusieurs semaines, je n'écoute vraiment pas beaucoup ce nouveau Radiohead. C'est probablement celui que j'aurai le moins écouter. Mais il est évident que je serai toujours au rendez-vous pour les tournées et nouvelles sorties de disque.

Et tu as tristement raison; la voix de Thom commence à s'effacer (ou est-ce seulement le bidouillage de leur dernier disque ?)

Bref, on verra bien. Je peux quand même me compter chanceux de les avoir vu 7 fois en concerts :)
Connexion



Qui est en ligne ?
Nous avons 7 invités en ligne