Contradictions

Je savais déjà que la vie était remplie de contradictions, ce n’était pas un secret pour personne. Par contre, je me fais toujours rire quand j’élabore de grandes théories sur le moment présent de mon existence (souvent devant mon psy), et que quelques jours plus tard, tout ce que j’avais dit prend le bord et me contredit.

Je racontais dernièrement qu’il n’y avait plus aucune spontanéité dans ma vie. Du genre appeler les amis sur un coup de tête et se réunir, comme quand c’était si facile, il y a plusieurs années. Je disais que pour voir mon monde, je devais toujours faire des projets d’avance, insérer les gens sur des dates de calendrier. Je continue à le croire pour l’essentiel de ma vie sociale, et pourtant, vendredi soir, le hasard semblait bien placé, parce que j’ai revu de vieux amis, en lançant des invitations sur un coup de tête. Et, à ma grande surprise, tout a fonctionné.

Quelques jours auparavant, un autre ami me lançait une invitation de dernière minute, que j’acceptais tout bonnement. Alors, les grandes paroles et les beaux résumés de vie pour mon psy; ils ont pris le bord, en effet. Ça n’a aucune importance, bien évidemment, mais ça reflète bien une chose; j’ai encore beaucoup de difficulté à me lire, et je vais souvent chercher les points les plus négatifs afin de justifier ce qui ne fonctionne plus ou ce qui part en vrille.

Je me suis rendu compte d’un autre élément important aussi. Je crois qu’on pense souvent que les gens nous font du mal volontairement. Comme s’ils avaient fomenté un plan ultime pour nous nuire. Mais je dois me raviser. Je pense que le mal que l’on perçoit de la part des autres prend de grandes proportions parce qu’on scénarise les événements selon notre perception. Impossible de s’en empêcher bien sûr, mais ça m’a remis les pieds sur terre. Le mal volontaire perçu chez l’autre, c’est souvent du préfabriqué pour donner du sens.

En fait, je crois surtout que les gens s’en foutent. Ou sont indifférents par rapport aux répercussions de leurs paroles ou de leurs gestes. Je ne m’exclus pas de l’équation. Je pense que le travail à faire de mon côté, c’est de cesser de faire du sens ou de la symbolique avec les actions des gens qui m’entourent. C’est encore une question de laisser-aller, évidemment. Mais plus que ça, c’est une question de ne pas accorder autant d’importance à une déception personnelle qui n’était pas un plan diabolique construit de toute pièce chez l’autre.

Mais le sens, on veut tous en faire. Ça nous permet de relativiser, tout en dramatisant. Mais, au final, moi aussi, j’ai besoin de m’influer un peu de je-m’en-foutisme. Je pense que c’est la clé pour éviter les paroles trop dures, les regrets niaiseux.

Je reprends peu à peu mon indépendance. Je veux dire en ce sens : ne plus m’inquiéter de ce que les autres pensent, ne pas leur donner des intentions planifiées. Au final, ça revient beaucoup à vivre et laisser vivre, sans imposer quoi que ce soit. Mon petit caractère contrôlant va devoir se calmer les petits nerfs. C’est logique.

Je dis que je retrouve mon indépendance, parce que l’été qui s’annonce me semble un été consacré à la différence, à la nouveauté. Pour cesser de se réfugier dans ce que l’on connait par coeur, surtout dans le passé qui, non, n’était pas nécessairement mieux avant. Le fait d’avoir fait du ménage dans mes sentiments m’aide beaucoup à devenir plus posé, plus calme, plus raisonné.

Je suis peut-être plus prêt que je ne le pense à me tremper le doigt d’orteil pour rencontrer quelqu’un. Pas de pression, pas de promesse. Juste se laisser guider par le soleil, le vent et les rencontres sur notre chemin.

Travail, ex & maladie

La vie est tellement étrange (non, sérieux?). Mon ex est venu me porter des babioles. Un petit vingt minutes top chrono. Une histoire classée où je lui ai dit « Awesome! » en le prenant dans mes bras.

Il s’agissait d’une référence voulue par rapport à un statut Facebook où j’avais relayé que les meilleurs copains fumaient de l’herbe. Je me suis souvenu de sa réponse full ironique: « Awesome! » J’ai ri. En fait, on s’est mis à rire. Et c’est ainsi qu’il est parti avec les derniers restes de ce qui se trouvait dans le condo. Du liquide à verre de contact et une théière.

C’était un peu étrange, mais pas dans le sens de déplaisant. La chanson de Madonna – Power of Goodbye est partie sur mon cellulaire. C’était presque arrangé avec le gars des vues. Ça aura duré un bon 20 minutes. Du blabla comme tous les couples non déchirés doivent avoir en fin de rupture. Cette façon de dire qu’on refuse de rencontrer de nouvelles personnes (et c’est la réalité, cette fois-ci). Nous n’avons aucune envie de baise, de relations, de rencontrer des inconnus. On semble bien l’assumer.

Je me suis posé la question, en revenant vers le passé, pour savoir comment ça s’était passé avec mon autre ex. Et je me suis rappelé que la dernière chose qu’on s’était dite, c’était « à bientôt », et des années plus tard, je ne l’ai toujours pas revu. Je crois que je préfère la finalité de ma dernière relation, car elle n’inclut aucune promesse, juste une vraie finalité; la vraie vie de deux personnes qui se respectent, mais qui se séparent.

J’ai commencé mon nouvel emploi en tant que réviseur aujourd’hui. Au final, ce fut une grosse journée. Je m’en fais beaucoup pour si peu. J’en parlais avec mon psy dernièrement; je m’accroche au travail comme à une bouée de sauvetage. C’est un peu le seul sens de ma vie présentement.

C’est comme si je n’avais pas envie de réfléchir aux amitiés compliquées, aux absences dans ma vie. Mais je garde la tête haute, je construis un certain avenir (peu importe le temps que j’ai encore ici, sur terre). C’est comme si j’étais relax en étant stressé. On s’inquiète tellement pour peu de choses.

Je pense que ma vie amoureuse n’est pas près de s’améliorer. Je n’ai pas la force de me la jouer réseaux sociaux ou sites de rencontres. Je n’en ai aucun intérêt. C’est triste, mais c’est comme ça.

Pour ce qui est de Luc (wow, ça faisait longtemps que je n’avais pas nommé son nom!), l’attente s’est transformée en colère. Pas une immense colère, mais plutôt une colère de déception. Cette colère a fait place à de la résilience. Il a gagné, il ne m’intéresse plus. Par contre, je ne peux m’empêcher de me maudire, car mon inconscient rêve toujours à lui (ou même à mon premier amour). C’est le manque de sexualité dans ma vie, je suppose. Mais, c’est tout. Il n’y a plus rien. (Occasion already passed).

C’est donc fou, de se dire, de comprendre, et d’observer qu’il n’y a plus aucun élément sexuel ou physique dans notre vie. C’est le néant. Depuis bientôt 6 mois. Le silence. L’absence. Le vide. Et pourtant, je m’en fous. C’est comme si moins de pratique = moins de désir.

Je pense aussi que je suis atteint de la Maladie de Biermer. Ce serait logique. On va entrer dans une phase de tests d’ici novembre. Si ce n’est pas concluant, l’avenir s’annonce comme une piqûre hebdomadaire à vie. À suivre…

Mais je vais bien. Je continue mon petit bout de chemin. Et surtout, je fête mes 6 mois en tant que végétarien, mais surtout mes deux ans en tant que gars sobre de chimique.