Le stress

Oeil1

Ça y est; je viens de lire dans un article du 24h que les homosexuels sont moins stressés que les hétérosexuels! Étude bidon? On s’en fout, j’ai autant de stress que tous les autres… parce que je me suis acheté un condo, et je ne pense qu’aux mésaventures que j’ai entendues autour de moi.

Eh oui, hier, je suis allé visiter mon futur condo. Les choses s’enlignent et avancent, mais bon Dieu que je ne suis pas certain de ce move. Je ne sais pas si c’est ma propension au drame, mais j’ai toujours l’impression que les choses vont mal virer. Déjà, l’ascenseur ne fonctionnait pas! Bonjour les frais de condo qui vont tripler!

Ce qui m’a fait aussi sourire, c’est que mon chum m’accompagnait, et il a été reconnu par un voisin de l’étage. Je me rends compte que le 5e sera vraiment gai! Ça ne me dérange pas outre mesure, mais ça me fait sourire. Après tout, on est près du quartier, hein!

Alors, comme je disais, le condo prend forme. On a installé le plancher et les tuiles de la salle de bain. C’est très bien fait. Je n’ai pas à redire. Mais j’ai la crainte de m’être embarqué dans une histoire dramatique (probablement parce que le négatif l’emporte souvent dans mes idées). J’essaie d’être zen, mais je me dis; on verra en temps et lieu. Le temps file, justement. Pour le moment, je réussis à mettre le montant d’argent de côté que je m’étais promis, mais j’ai toujours la crainte de me faire crosser par le promoteur. On verra!

J’ai vécu beaucoup d’émotions ces derniers temps. Mon psy semble me trouver courageux et audacieux. Ça fait étrange de se faire dire par quelqu’un qu’on s’améliore, alors qu’on ne le ressent pas vraiment. La semaine passée, j’ai fait le party, comme dans le temps, avec tout ce que ça inclut. Et j’ai dû ramasser la douleur d’un ami aux petites heures du matin. Il n’arrive pas à oublier son ex. En lui parlant, je me mordais une lèvre, parce que tout ce que je lui disais me faisait penser à mon propre cas. C’est toujours étrange d’être la personne qui voit le portrait de l’extérieur, qui trouve tout cela si simple, qui répète: « oublie-là, passe à autre chose, c’est fini », mais quand je prononçais ces paroles, je les prononçais d’abord pour moi, en serrant les dents. Je suis certes passé à autre chose, mais le rappel du passé nous fait toujours un peu mal.

Je continue à vendre des romans. Beaucoup de romans. Malgré Facebook qui s’entête à me bannir… mais bon, je garde ce qui m’illumine, et ces temps-ci, ce sont encore les beaux commentaires sur mon écriture. Et je suis surpris, parce que je reçois aussi de très beaux commentaires sur mes romans précédents. Tout ça m’a poussé à remettre en vente mes anciens romans (en format papier aussi!). Je me suis dit, pourquoi pas? Les impressions de lecteurs sont si positives. Alors, je me suis lancé. Je vous invite aussi à visiter la page de vente de mes romans précédents!

Le retour à l’écriture est prévu pour novembre, et je dois l’avouer, je suis terrifié à l’idée de recommencer le processus de l’écriture d’un livre. Pourtant, c’est une pulsion qui me pousse, qui vit en moi. Il faudra que je m’y remette, même si ce n’est pas encore tout à fait clair. J’ai encore ce désir de raconter la vie, de la travestir pour en soutirer des leçons et des apprentissages. Ce ne sera pas facile. Vraiment pas. Il y a tant de choses qui se produisent ces derniers mois, et les mois qui s’annoncent n’auront rien de reposant. Mais à quoi bon vivre si on n’écrit pas. C’est ce dont j’essaie de me convaincre. À suivre, comme on dit!

Cela porte-t-il malchance de dire que nous sommes heureux?

Emoticon rendered using Poser 6. 3D model licensed from DAZ3D. DAZ3D offers quality 3D Models, 3D Content, and 3D Software.

Aujourd’hui, je me questionne à savoir si c’est porteur de malchance que de dire que nous sommes heureux à la minute présente. Il me semble que le peu de fois où j’en ai parlé, les badlucks sont arrivés 24 heures plus tard. On fait le pari? Go.

Vraiment. Il y a quelque chose de maléfique à dire que nous sommes heureux à la seconde près. Je ne sais pas si je suis trop superstitieux, mais pour l’instant, je m’en fous; c’est tellement rare de se rendre compte que l’on atteint une passe heureuse, que je préfère l’immortaliser tout de suite, au risque que cela ne dure que très peu de temps.

Avec les années qui passent, je me rends compte qu’il y a du bon à faire du ménage dans sa vie et dans ses relations. C’est peut-être le fait de vieillir, mais je laisse de plus en plus les relations complexes et fucked top derrière moi. Peut-être que je n’en ai plus la force, mais je préfère dire que je n’ai plus de temps à perdre avec des gens qui ne me méritent pas. Il n’y a pas à dire; depuis quelques semaines, je me sens zen (malgré un sautillement de l’oeil qui semble m’annoncer que je suis trop stressé; je mets cela sur le dos du processus de l’achat d’un condo). Justement, le bonheur se met peut-être en place parce que tout semble bien s’enligner, mais je ne suis pas dupe, je sais que je vais en baver d’ici un an!

On laisse ces mauvais présages de côté et on en profite. On en profite pour dire que tout va bien dans ma vie. Que ce soit au niveau du poids, en raison du fait que je ne consomme plus, peut-être aussi parce que j’ai appris à aimer courir et que c’est rendu une obligation (ouais, je rentre dans le moule du mec fatiguant qui fait du jog!).

Mais avant tout, je me rends compte que couper les ponts avec les personnes néfastes dans ma vie me fait un bien fou. Il y a vraiment eu un déclic ce dernier mois; j’ai décidé de laisser-aller. Ça va jusque dans la promo de mon dernier roman; il faut se rendre à l’évidence; la fin est arrivée, et je l’accepte avec le sourire. Avec à peine une douzaine de livres à vendre, je me fous un peu de rester avec ces exemplaires. J’ai plutôt envie de passer à la nouvelle étape, de me remettre à écrire sérieusement, de prendre du temps pour moi; pour mes petits besoins de jeunes adultes. Me la jouer égoïste avec les gens que j’aime et qui importent. Je reçois encore des commentaires extrêmement positifs sur mes écrits, et ça me remplit de bonheur. J’ai déjà commencé à faire mes impôts. L’aventure de Peut-être jamais m’aura rapporté au minimum 10 000$. Ça ne paraît pas être grand-chose pour 5 ans d’écriture (et de souffrances), mais je sais que plusieurs de mes collègues n’arrivent même pas à recevoir deux ou trois mille dollars de redevances. Alors, je ne peux que me compter chanceux d’être un écrivain au Québec qui a réussi à percer en France. Après une année et demie à m’asseoir sur mes acquis, il est temps de me remettre dans une position délicate; il est temps d’écrire autre chose. Je pense que le prochain roman s’éloignera de moi, mais je garderai inévitablement les thématiques qui me sont chères. Elles seront simplement explorées d’une autre manière, d’une manière qui ne me touche plus autant personnellement. C’est un pari à suivre!

J’ai passé une superbe fin de semaine, d’abord samedi avec les amis de mon chum, à faire un rallye dans la forêt, à sentir le grand air, à regarder les belles feuilles remplies de couleurs. C’était beau, c’était bien, j’ai rencontré des gens très sympas. Je remercie mon chum d’avoir des amis aussi extraordinaires. C’en est suivi un beau souper à Saint-Sauveur avec ma belle Anna et son amie Stéphanie, une des premières lectrices de Peut-être jamais d’ailleurs. On a eu un plaisir fou, et c’est exactement ce genre de moments que je veux multiplier à l’avenir.

J’ai passé Thanksgiving avec mes parents. Ma mère se remet tranquillement d’une opération à l’oeil. Tout semble bien aller pour elle. Je me sens rassurée, car je la vois rayonnante. Et c’est hier seulement que je me suis rendu compte que c’était bon d’être en famille intime, d’éloigner justement les mésententes familiales à cause d’une ou deux personnes. Ce beau souper n’avait rien à voir avec les soupers médiocres que je pouvais vivre en compagnie de mon ex. J’ai vu que mes parents appréciaient réellement mon nouveau copain, et que c’était réciproque. Ça m’a fait penser aux soupers que je pouvais vivre avec mon ancienne copine. Mais à présent, je peux être celui que je suis vraiment. Un mec qui aime un mec.

On a discuté de mon prochain condo; j’ai l’impression que c’est un projet qui tient beaucoup à coeur à mes parents, et ça me fait chaud au coeur de le savoir. On a discuté famille, avenir, bébé, adoption, travail et promotion. Je sais que les années qui s’amènent ne seront pas nécessairement faciles, mais elles me donnent beaucoup plus espoir que lorsque je me droguais chaque fin de semaine pour vivre du sexe minable ou pour oublier ma misère solitaire.

Hier, j’ai dit à mon meilleur ami que ça y était; que je commençais ma vraie vie d’adulte. Et pour une fois, je ne regrette pas ma jeunesse. Certes, elle m’a permis de me définir en tant qu’homme, mais je ne l’envie plus (trop de maux de coeur, de maladresse, de non-dits et de manipulation émotionnelle).

Je suis à une étape de ma vie où j’ai envie de rencontrer de nouvelles personnes accueillantes, sans jugement, où j’ai envie de découvrir des parcours différents, des gens qui ne te rabaissent pas dans ta face ou dans ton dos. J’ai beaucoup d’amour et d’amitié à donner, mais je n’ai plus de temps à perdre avec des relations qui tournent à vide; je n’ai surtout plus l’intention de me battre pour des gens qui ne veulent pas de moi, ou pire, qui veulent que je modifie mes comportements pour plaire à leurs critères.

Je suis ce que je suis, je m’accepte de plus en plus dans ma tête, dans mon corps et dans mes choix de vie. Je me rends compte que j’ai trop longtemps écouté les autres; me faisant dire que je ne valais pas grand-chose, ou pire, que je devais faire ceci ou cela pour valoir plus aux yeux de certains. Ça n’a plus d’importance à présent. Je vis pour moi, pour mes envies, pour mes désirs, et pour ceux que je respecte, parce qu’ils me respectent à mon tour.

Bon Thanksgiving à tous!