Avancer

condo

La vie est parfois très très lente, puis lors de certains moments, tout s’accélère et on comprend souvent tout ce qui nous ralentissait autant.

Ce n’est pas qu’il ce soit passé des choses extravagantes dans ma vie au cours des dernières semaines, mais c’est simplement le relent des expériences passées et le recul de certains événements qui m’ont fait accélérer dans ce que je peux considérer mon nouveau point de départ.

Je dois l’avouer, ma dernière entrée de blogue a fait jaser plus que je ne le croyais. Comme quoi, il suffit d’écrire quelques mots comme masturbation, sperme et homosexualité pour sonner une cloche chez les gens et se propager sur la toile. Je prends note!

En fait, ma dernière entrée a été écrite à chaud, en revenant de la soirée où j’avais rencontré Jean-François (roman Pile ou Face, et un peu au début de Peut-être jamais pour ceux qui suivent mes écrits). Enfin, «rencontré» est un grand mot. Croiser du regard serait plus approprié. Je crois que c’est extrêmement libérateur d’avoir vécu cette soirée. Malgré mes mots maussades qui ont suivi.

Pourquoi au juste? Parce que ça m’a permis de relativiser sur mes amours passées. Depuis quelque temps, je sens le détachement complet se faire à propos de mon passé, et je dois avouer que c’est l’une des premières fois de ma vie que je vis ce genre de feeling. Ne plus en avoir à foutre ne veut pas dire nécessairement oublier tout ce qui a précédé, mais au moins, émotionnellement, en faire le deuil et régler tout ça une fois pour toutes. C’était déjà chose faite avec le premier amour depuis longtemps, mais c’était plus difficile avec mon ex. Pourtant, à présent, je me sens libre. Je sais, je sais, je suis un mec de cycle, et ça me prend environ 5 ans pour en finir avec l’histoire d’avant, et j’accepte ma lenteur (chacun son rythme dans les deuils).

J’ai enfin compris qu’il n’y a plus rien à faire quand on ne peut plus rien retirer d’une relation. Je suis Scorpion. Je m’attache aux gens et je ne les laisse que rarement partir, à moins que ce soit ma propre décision. Évidemment, la vie nous joue des tours et comme on ne peut pas contrôler les gens, j’ai parfois souffert du départ de certaines personnes. Mais j’en suis venu à me dire que, dans le fond, j’ai eu tout ce que je désirais avec mes anciennes relations. Il n’y a plus rien à retirer de tout ça. Et s’il y a quelque chose qui me frustre (et qui me permet de tirer la plogue plus facilement), c’est bien de me faire ignorer ou de me faire rayer de la vie de quelqu’un sans autres explications.

Et c’est exactement ce qui s’est passé avec mon ex. En quelque sorte.

J’ai toujours dit que la meilleure preuve d’amour, ce n’était de ne jamais attacher quelqu’un à nous. Et je continue dans mon exploration de cette maxime. Par contre, mon côté scorpion n’accepte que très rarement de reprendre quelqu’un qui m’a jeté. Je l’ai déjà fait, et ça ne m’a qu’amené du négatif. J’ai donc naturellement décidé de classer cette histoire pour de bon. Il n’y a plus rien à tirer de tout cela depuis longtemps de toute façon. À force d’avoir voulu aider des gens qui ne se rendent pas compte de tous les efforts qu’on met pour eux, on perd l’intérêt. Et c’est exactement ce qui s’est produit. Je reprendrai donc mon franglais de ma dernière entrée: I don’t care anymore.

C’est fou comme c’est libérateur. Je me dis que j’avais peut-être besoin d’un nouveau projet pour m’éloigner de toute cette noirceur. Présentement, c’est le projet de condo qui m’en demande beaucoup. En 2014, le projet de roman m’en demandait encore plus, mais il était relié de façon malsaine à cet ex. Aujourd’hui, plus rien ne nous relie, et le cordon semble officiellement coupé. Alors, je lui souhaite la meilleure des chances dans sa vie. Et je me tourne vers le présent et l’avenir.

Ces derniers jours, j’ai capoté un peu. Je n’avais pas compris qu’acheter un condo neuf demande tant de prises de décisions. C’est quasiment comme avoir une entreprise privée. Et comme je ne suis pas un grand amateur de design et que je ne connais rien aux tendances cuisine et salle de bain, je dois dire que l’aventure s’est vécue en montagnes russes! Mais, ce soir, tout a été décidé. Et j’assume assez bien mes choix. Reste à voir comment ça se transposera une fois réalisé, mais ça… c’est à suivre… en avril prochain!

Voilà donc ma nouvelle aventure à court terme. Comme vous commencez à me connaître, vous savez que j’aime me la jouer dramatique. Donc, je n’arrête pas de pousser mes craintes, du style: «je vais faire faillite!», «je vais haïr ça», «le promoteur va me crosser, je le sens», «mais dans quoi je me suis embarqué?», etc, etc, etc. Mais ça fait partie de la game, et il faut simplement que je me calme les nerfs. Après tout, ce n’est que du matériel et du cash. Vaut mieux se concentrer sur les relations et les gens.

Avec tout ça, c’est aussi le temps d’en finir très bientôt avec la vente de mon roman. Ça tombe bien, il ne reste pas beaucoup d’exemplaires à vendre. J’en ai 13 en ma possession, et voici la liste des autres endroits où vous pourrez le trouver (à noter que Archambault a réussi à avoir quelques copies supplémentaires! Eh oui, peu importe le Archambault, vous pouvez le demander à votre librairie locale si vous ne vivez pas près de Montréal!):

Vous pouvez encore commander votre exemplaire avec la promo dédicace + bande-sonore et précédent roman en format numérique (Comme si de rien n’était) sur la page du roman au www.peut-etre-jamais.com!

À toi, mon passé

kissing

À toi, mon passé, envers lequel je n’ai aucune animosité, aucun regret et surtout pas de remords. Ce soir, il s’est passé un beau grand déclic dans mon petit cerveau d’être humain. Et c’est en anglais que ça sonne le mieux; I don’t care anymore.

C’était une soirée somme toute anecdotique. Quelques verres avec de bons amis, puis quelques rencontres avec des fantômes du passé. Tu en faisais partie. Un simple verre nous séparait. Toi, à l’extérieur. Moi, à l’intérieur. Je t’ai naïvement attendu. Je me disais qu’après tout ce temps, je n’étais plus un danger. Tu m’avais même dit, il y a au moins 10 ans de cela, que tu n’avais rien contre moi. Mais la fierté et l’orgueil sont des moteurs puissants. Je suis convaincu que tu n’avais aucune intention de protéger quoi que ce soit. Ta virilité? Tu l’as prouvé depuis bien longtemps. Ton hétérosexualité? Tu as amené ta preuve avec toi. Rien d’autre ne nous séparait qu’un simple verre, quelques pas à peine à franchir. Tu sais très bien que je n’aurais jamais osé faire ces quelques pas, parce que moi, je n’ai jamais rien eu de négatif à dire envers toi. J’en ai peut-être trop dit à l’époque, j’ai peut-être causé un bouleversement trop énorme dans ton petit coeur d’adolescent, mais entre toi et moi, ce n’était que des babioles. Rien de fatal. Rien qui aurait pu nuire à ta si belle réputation de garçon parfait.

Je te fais sans doute encore peur. En raison de mes mots. En raison de ce que je balance sur le Web. Tu t’es probablement arrêté depuis 15 ans. Me lire te trouble probablement encore trop. Peur de découvrir un mot de trop envers toi. Mais ne t’inquiète pas, je me contrebalance complètement de ta vie, comme tu le fais si bien envers moi également. Il n’y a pas de malaise, il n’y a pas de rancune, il n’y a rien, en fait.

Je n’ai aucune intention de régler des comptes, car ils se sont effacés depuis un très long moment. 15 ans. 15 ans pile. Ne fais pas l’innocent. Tu m’as remarqué. Je t’ai remarqué. Tu t’es éclipsé; tu avais sans doute peur de dévoiler ton passé à ton entourage. Tu as probablement tant travaillé à le rendre lisse et limpide. Et ça me fait sourire. Ce soir, j’ai appris que je pouvais encore terrifier quelqu’un. Au point où un simple bonsoir poli n’était pas de mise. Et une vieille amie du secondaire me l’a confirmé; Il n’a pas envie de te parler. 

Ne t’inquiète pas. Je m’en doutais.

Je ne suis pas triste. Ni nostalgique. J’ai déjà tellement donné. Ça m’a fait sourire. Étrangement. Parce que je me posais vraiment la question. Va-t-il faire ce premier pas, ou sera-t-il lâche jusqu’au bout? Réponse nette et précise. C’est tout ce que j’avais besoin de savoir.

Ne t’en fais plus. Nos secrets vont mourir du passage du temps. Je ne parlerai plus de ces trois ans de découvertes. Je ne dirai rien sur les multiples tromperies envers nos copines de l’époque. Je ne parlerai pas des masturbations mutuelles après minuit. Ni du partage d’une brosse à dent après avoir tenté de se foutre un doigt au cul. Pas un mot sur nos frenchs sous la douche. Rien sur le fait de m’étouffer sous la force de ton sperme dans ma gorge. Rien non plus sur le partage de ma copine de l’époque; à t’embrasser pendant que tu pénétrais probablement l’une des premières femmes de ta vie. Une vraie femme. Ne t’inquiète pas, je ne me vanterai pas de tout ce que je n’ai pas dit dans le roman Pile ou Face. Pas un mot sur l’après-bal, où tu m’as choisi pour te sucer en pleine rue alors que tu avais ma cousine à disponibilité, pas un mot sur notre séance photo pornographique, pas un mot sur l’orgie à 5 qui nous a presque coûté la vie parce que je voulais faire foncer la New Beetle dans un mur après cette soirée atroce. Pas un mot sur la douleur de te perdre pour un simple trip ridicule qui aura marqué la fin des choses entre nous. Non, tu n’as pas à craindre. Tes amis, ton petit cercle, personne ne saura rien. Tu conserveras ta chère réputation.

Et je souris encore, parce que je sonne un peu amer, mais j’en ris. Jeunesse, oblige. Mon grand, sache que je n’ai jamais voulu faire de toi un pédé. Tu as dessiné ta voie comme tu l’entendais. Avec des phrases comme une bite n’a pas d’oeil ou encore sucer, c’est pas pédé. Et je te félicite. J’ai toujours douté, un peu, je l’avoue, que tu finirais comme moi. Mais ce n’est pas le cas. Pas pour le moment. Ce ne le sera probablement jamais. Mais qui sait ce que tu fais en cachette. Ça ne me regarde pas. Après tout, tu te traitais toi-même de bisexuel, et à maintes reprises appart ça. Te souviens-tu notre promesse? On se reverra à 40 ans. Peut-être. À toi de voir, moi je n’ai aucun problème à assumer ma vie, à assumer mon passé et le fil de nos histoires qui se sont croisées. Je constate même que tu fais des efforts, tu as même des amis gais. Bravo. Qui sait ce que tu fais avec eux? Ça ne me regarde pas. Plus rien ne me regarde, en fait. Et je suis très zen avec ça.

Par contre, le fait de ne pas avoir encore assez de couilles pour venir mettre le passé à plat, ça, je ne peux m’empêcher de trouver ça cheap. Mais je me rappelle trop bien que c’est ta façon de faire. Même à l’époque, tu le disais toi-même: on est toujours seul. Même les meilleurs amis ne dureront pas. Tu n’as peut-être pas tort. Mais à 16 ans, ce genre de discours m’avait détruit. Il me faisait perdre mes illusions si vite sur les amitiés et les amours. Car perdre ami et amour à la fois, ce n’est jamais facile. Mais t’inquiètes, d’autres clones de toi-même t’ont vite remplacé. Et force est de constater que tu n’avais pas tort.

Le processus fut sensiblement le même avec mon ex. En fait, je me rends compte que je suis une bouée. Je suis serviable jusqu’à ce que l’autre retrouve le bonheur et s’éclipse. Mais au final, toutes ces histoires m’ont fait réfléchir. N’est-ce pas la même chose pour tout le monde? Nous sommes des bouées les uns pour les autres, jusqu’à ce que nous trouvions mieux ailleurs. Et le cycle se répète infiniment. C’est la nature humaine. I like you a lot, until…

Je te remercie ancien amant-ami. Te revoir à travers une fenêtre m’a fait réaliser bien des choses. Je m’étais toujours demandé pourquoi j’avais choisi la voie de l’écriture. Je savais bien que c’était pour me souvenir.  Mais aujourd’hui, je sais que c’était surtout pour trafiquer le réel. Parce que la fiction est bien plus alléchante. Mais tant mieux si tout ce processus me permet de retrouver l’écriture.

J’ai toujours été quelqu’un qui se cherchait en analysant ses propres expériences personnelles. Maintenant, je me suis trouvé. Il n’y a pas de réponse à fabriquer avec le passé. Il n’y a rien. Que du vide. Que des souvenirs qui ne veulent plus dire grand-chose. N’empêche. Une seule chose compte, à présent. Le présent.

Honeymoon – Lana Del Rey (critique)

honeymoon

Ceux qui me connaissent bien savent que je ne suis pas trop du genre pop américaine, mais avec le cas Lana Del Rey, je dois avouer que l’exception confirme la règle. Je suis fan. Et j’avais beaucoup de craintes sur ce nouvel album qui sort vendredi le 18 septembre. Eh bien, je dois l’avouer, ce nouvel opus de la diva est parfait pour la saison automnale qui s’amène!

Que peut-on reprocher à Lana Del Rey sur Honeymoon? Peut-être deux choses; d’abord, l’image de l’album, qui ne reflète en rien le disque. Je ne comprends pas du tout le rapport, d’ailleurs. Elle qui aime tant soigner son image; on dirait que ça sort de nulle part, comme une touriste qui ferait un tour guidé en autobus. La deuxième chose est plus personnelle; son titre Terrence Loves you. C’est d’ailleurs ce titre qui m’avait fait énormément douter (je m’attendais à une énorme déception, surtout qu’elle disait en entrevue que c’est son titre favori. Pour moi, c’est le plus faible du disque. J’y reviendrai.)

cover[1]

Je regarde encore cette pochette, et sérieux, je ne la comprends pas. Mais passons sur le design, et attaquons-nous aux chansons directement!

01. Honeymoon – C’est la première pièce du disque, et c’est aussi la première chose qu’elle nous a offerte en juin dernier pour annoncer ce nouvel album. J’ai été charmé après deux, trois écoutes. On continue le lien qui s’était créé dans Ultraviolence, mais on sent de la maturité dans la voix et l’ambiance cinématographique colle parfaitement. Choix étonnant pour en faire un single, mais Lana ne fait jamais comme les autres. Ce doit être pour ça que je l’aime!

02. Music to Watch Boys To – Il y avait beaucoup d’anticipation sur le web concernant ce titre. Il faut dire qu’en mai dernier, Lana tournait un vidéoclip pour cette pièce. On attendait un morceau rythmé, à l’image de ce qu’elle avait pu offrir dans Born to Die, mais surprise, il s’agit d’une pièce downtempo avec de la… flute! Perso, ce n’est pas ma favorite, et je trouve la cassure avec Honeymoon un peu trop direct, car la chanson commence avec le refrain (ce qui est un drôle de choix), mais c’est du pur Lana.

03. Terrence Loves You – Là, je dois dire que j’ai eu peur! Il y a ici tout ce que je déteste (car je peux être critique aussi oui, oui!) chez Lana Del Rey. Je ne ressens aucune émotion à l’écoute de cette pièce, je trouve que ça manque de mélodie, que la profondeur est plaquée, et ces hum-hum-hum, c’est juste un gros non pour moi. Si l’album devait ressembler à ça, j’aurais été plutôt de glace. Plusieurs personnes m’ont dit qu’il s’agissait de leur chanson favorite, eh bien, moi, je ne comprends pas. Je l’aurais même complètement écarté de la tracklisting (c’est probablement ce que je ferai dans ma liste d’ailleurs!)

04. God Knows I Tried – Ici, la guitare western s’harmonise parfaitement avec le chant. Il y a de la mélancolie comme j’aime. Et je dirais que c’est à ce moment que j’ai compris que le reste de l’album serait à la hauteur de mes attentes. Lana Del Rey ne réinvente rien, mais ce qu’elle crée donne l’impression d’avoir déjà été en nous. Vous savez, comme les chansons tristes de notre enfance que l’on fredonne par moment sans savoir vraiment d’où nous vient la mélodie? Ça peut sembler «facile», mais c’est très efficace. Certains diront qu’elle répète trop les mots du titre, mais on s’en fout. J’ai également lu un commentaire d’un autre fan qui se demandait pourquoi on a donné la chanson titre du nouveau James Bond à Sam Smith. Je me le demande aussi. Lana aurait été parfaite pour ce rôle, et elle le prouve tout au long de cet album.

05. High By The Beach – La première chanson que l’on pourrait considérer de plus upbeat sur le disque. Ce qui m’énerve quand on découvre des pièces avant d’entendre l’album dans un tout, c’est qu’on est déjà familier (trop familier) avec les singles. J’ai toujours trouvé que ça gâchait le plaisir et l’uniformité d’un disque, mais bon. High by the Beach est la dernière pièce que l’artiste a écrite pour ce disque. Je suppose qu’elle a dû se dire que l’album était trop calme et qu’il fallait bien quelque chose de plus dirty. On s’entend, on parle de Lana, donc ce n’est pas le gros upbeat non plus, mais je trouve encore la pièce très efficace; on y sent la mer, la chaleur, les criquets même! Je m’attarde rarement à la voix, mais ici, j’adore comment elle chante son flow. C’est réussi, mais je l’ai déjà trop écouté, malheureusement.

06. Freak – Avec ce titre, l’album commence à prendre une nouvelle couleur. Je ne sais pas si c’est de la facilité, mais bon dieu que Lana aime répéter la couleur «blue», et pour quelqu’un qui s’attarde aux paroles, ça peut parfois énerver, mais perso, je n’en fais pas de cas. Freak ne sera sans doute pas ma pièce favorite, mais elle annonce vraiment une nouvelle couleur à cet album, et la suite ne sera qu’encore mieux. Je prédis que ce sera l’une des préférées sur l’album. Mais moi, j’ai déjà mes coups de cœur. D’ailleurs…

07. Art Deco – Le voici mon premier coup de cœur! Lana réussit à créer une ambiance onirique dès le départ, et notre oreille s’y accroche. Même si le titre semble tout droit sorti d’un album de Lady Gaga, la comparaison s’arrête là. Le jeu du chant et la répétition de Lies nous hantent et nous donnent envie d’y revenir très rapidement. Quand je pense à ce titre, je pense au calme d’un aquarium. C’est l’un des titres qui donnent le plus d’images. C’est très calme, comme le sera d’ailleurs le reste de l’album. On est très loin des trucs insipides radiophoniques.

08. Burnt Norton (Interlude) – Il n’y a pas grand-chose à dire sur cet interlude qui dure moins de deux minutes, et où Lana nous récite un poème. Pourtant, je trouve que le titre a sa place sur l’album.

09. Religion – L’interlude se termine et nous amène vers une guitare sèche qui peut rappeller un peu ce que pouvait faire Madonna. Il s’agit de mon deuxième coup de cœur. Encore une fois, on dirait une mélodie qu’on connait déjà, mais ça fonctionne à merveille. La mélancolie et la nostalgie s’y croisent, ça me donne une impression d’écouter du vieux trip-hop de qualité. J’aime cette batterie lourde cachée derrière la voix. Certains diront que Lana s’épanche trop en laissant glisser ses murmures, mais pour moi, la construction est parfaite et je ne m’ennuie pas!

10. Salvatore – Encore un très grand coup de cœur! Cette chanson nous fait automatiquement voyager. Il s’agit de la pièce la plus différente du reste de l’album, et elle remplit parfaitement son rôle. Lana se permet quelques paroles en italien, et ça ajoute encore plus d’exotisme. Encore une fois, on se surprend à fredonner la mélodie qu’on semble déjà connaître. Ça m’a fait directement penser aux boîtes de bijoux de l’époque et à cette petite musique triste qui s’activait dès qu’on ouvrait la boîte (vous vous souvenez, avec la petite ballerine qui tournait sur elle-même?). J’adore!

11. The Blackest Day – Encore un autre excellent titre. Pour moi qui aime la musique dramatique, je suis servi. La deuxième partie de l’album est vraiment ma préférée. Les plus beaux titres s’enchaînent dans une douleur et une mélancolie qui me touchent droit au cœur. J’avais un peu peur, car il s’agit de l’une des pièces les plus longues sur l’album, et parfois Lana en met trop, mais ici, ça fonctionne encore une fois, et le titre prend de plus en plus d’ampleur. Pour une rare fois, je ne trouve pas que Lana a fait du remplissage inutile comme elle pouvait parfois le faire sur Ultraviolence. C’est triste, c’est beau, c’est triste et beau à mourir.

12. 24 – Je dois avouer que je m’attendais à une histoire d’âge, mais le 24 est pour les 24 heures d’une journée. Encore une fois, on est dans la mélancolie dramatique, dans la perte, dans la douleur cristalline; c’est jazzy, ça me parle. On ajoute un côté plus grandiose en prime, avec un petit côté mexicain, sans oublier cette guitare western en arrière-plan, et ce saxophone qui est discret, mais presque présent partout sur l’album. C’est tout en subtilité. Encore une belle réussite.

13. Swan Song – Ce ne sera pas ma favorite et je n’ai pas grand-chose à dire sur cette pièce, surtout après la perfection des six chansons précédentes, mais elle ne m’irrite pas (c’est déjà bien lol!) Elle me fait un peu penser à Black Beauty, une des chansons bonus sur Ultraviolence, mais elle est quand même meilleure que cette dernière. Disons que c’est une pièce « Okay ».

14. Don’t Let Me Be Misunderstood – Je n’ai jamais été un grand fan des reprises de Lana. J’ai vraiment détesté The Other Woman, où la voix de Lana ne me plaisait pas du tout. Pourtant, ici, j’ai eu une agréable surprise. Il s’agit vraiment d’une reprise de Nina Simone à la sauce Lana. Avec le drame. Et avec ces cordes et cet orgue (orgue qui revient aussi très souvent durant tout l’album). Je sais déjà que certains ne seront pas capables de le supporter, cet orgue. Mais moi, il ne me dérange pas. Il ne s’agit pas d’une fermeture d’album en force, j’aurais vu Honeymoon comme dernière pièce beaucoup plus facilement, mais comme on dit en bon québécois: ça fait la job!

Verdict? Pour moi, il s’agit définitivement d’un meilleur album que Ultraviolence. J’étais tellement certain de détester que je dois avouer que je suis tombé de ma chaise après ma première écoute. Cet album réunit plusieurs éléments que j’adore en musique (surtout le côté dramatique et mélancolique). C’est l’album de Lana Del Rey le plus direct, celui que j’ai apprécié le plus facilement du premier coup. Je vous conseille son achat les yeux fermés. Si vous aimez les ambiances cinématographiques et cette empreinte de nostalgie dans les chansons, vous devriez être comblés aussi!

9/1o

 

Disponibilité des derniers exemplaires de PEUT-ÊTRE JAMAIS!

PEJ_fblanc

Si vous n’avez pas encore acheté votre exemplaire de Peut-être jamais, voici les derniers endroits où vous pouvez vous procurer le roman. Cette fois-ci, c’est la «vraie» fin; il n’y aura plus de réimpression du roman.

Vous pouvez encore commander votre exemplaire avec la promo dédicace + bande-sonore et précédent roman en format numérique (Comme si de rien n’était) sur la page du roman au www.peut-etre-jamais.com!

CONCOURS POUR TOUS! 

Vous désirez obtenir un exemplaire gratuit du roman Peut-être jamais? Inscrivez-vous au concours sur le forum Mix de plaisirs (concours en ligne jusqu’au samedi 19 septembre 2015!) Bonne chance à tous!

 

La fin de l’aventure approche

remi

Grosse semaine pour moi. Il s’est passé 14 000 affaires. Que ce soit mon bannissement de Facebook, mes pourparlers avec iTunes, les papiers de condo qui n’en finissent plus, le temps supplémentaire grugé par ma job ou la presque mort de mon chat Rémi… ouf, par où commencer?

Allons-y par le début; la fin de l’aventure du roman Peut-être jamais s’achève. Je ne suis pas à plaindre, ça fera bientôt 20 mois. Mais c’est Facebook qui a mis la hachette dans mon élan de ventes à l’international. Après avoir banni plusieurs de mes publicités pour ma bande-annonce, voilà que mon compte publicitaire a été banni au complet. Ce que ça signifie? Ça veut dire que je ne peux plus faire aucune publicité sur le réseau. Conséquence? Mes ventes en Europe se sont effondrées. Me voilà donc, avec mes 23 dernières copies… Il faudra bien que je me débrouille pour les vendre tout de même, et ça, c’est sans compter les exemplaires qui restent au Archambault et Renaud-Bray. Je fais confiance à ma bonne étoile, et peut-être à toi, qui lis cette entrée de blogue; c’est ta dernière chance d’acheter une copie, car je n’en recommanderai plus, puisque je n’ai plus de moyen pour publiciser mon livre.

On dit que rien n’arrive pour rien dans la vie. Eh bien, je vais tenter de me la jouer zen et de me dire que ça suffit. Ce roman a eu une belle existence. Il est temps de passer à autre chose, tout simplement. Si certains veulent m’aider à trouver preneur pour les derniers exemplaires, n’hésitez pas à communiquer avec moi! Au final, j’aurai vendu près de 1500 romans. Pas mal pour un livre que les éditeurs hésitaient à publier. Quelle sera la suite des choses? Je n’en ai aucune idée, je suis tellement pris dans différentes choses ces derniers temps. Ça m’amène à parler de iTunes, et de son système à la Kafka. Depuis avril 2014, iTunes retient mes paiements pour mes ventes de roman, sous prétexte que je dois leur envoyer des formulaires de taxes canadiennes. Je les ai envoyés deux fois, mais rien ne bouge, et les réponses se font rares et nébuleuses. Encore de l’argent que je ne suis pas certain de toucher. Les dessous du monde littéraire = beaucoup d’obstacles. Histoire à suivre, si Brandon du service des taxes peut enfin me répondre un jour…

Sinon, oui, j’ai acheté un condo sur l’île de Montréal. Projet un peu fou, mais pour le moment, j’aime ce que j’ai acheté. C’est du neuf. C’est tout près d’un métro. Je suis au Top de l’immeuble comme je le voulais, avec un balcon vers les feux de la Ronde et un accès à la terrasse du toit. J’ai obtenu un deal dans mes prix, enfin, il y a tellement de flou dans ces histoires d’achat, que je ne sais pas si je m’en sortirai. À suivre ici aussi. C’est pour avril 2016.

J’ai vécu beaucoup de stress ces derniers jours. J’ai pleuré beaucoup. Je croyais que je vivais mes dernières 24 heures avec mon chat, Rémi. Pour ceux qui ont lu mon roman, inutile de dire que la fiction a presque rejoint la réalité, mais pas aussi rose bonbon. L’idée de perdre mon chat m’a inévitablement fait penser à mon ex, et à tout le chemin que j’avais parcouru depuis. Reste que toute cette histoire me semble triste à mourir. Mais la mort fait partie de la vie. Et ça m’a donné une bonne impression de ce qui s’en vient à l’avenir, malheureusement. On ne sait pas encore ce que Rémi a. Peut-être une bactérie, peut-être un virus, peut-être une grosse fièvre pour avoir avalé de quoi. D’ici deux semaines, si son état ne s’améliore pas, je devrai retourner chez le véto. Encore une histoire à suivre…

J’ai l’impression que ma vie s’accélère. Ou que le monde adulte m’avale et me dit que c’est le moment de faire un homme de moi. C’est sûrement ça, et pour l’une des premières fois, on dirait que j’accepte de me faire absorber par ce monstre. En me regardant dans le miroir, je vois bien que l’adolescent en moi s’éloigne de plus en plus. J’ai encore quelques dépendances à régler, mais elles sont d’ordre mineur. Je suis fier de ne plus me saouler, de ne plus toucher aux bouteilles de vin si facile à vider. Je n’ai été saoul qu’une seule fois durant tout l’été, et c’était la semaine passée. Je me sens prêt à vieillir. Même si cette semaine m’a rentré dedans comme un 18 roues. Wellit gets better, comme on dit.